Accueil

0-0 ou pourquoi le football est génial...

Raphaël CONFIANT
0-0 ou pourquoi le football est génial...

   Ceci est un petit hommage à Camille ALEXANDRE, le journaliste sportif martiniquais récemment décédé dans un accident de la route. Un bref hommage à un homme qui lorsque nous nous croisions__dans les locaux de la télé qui l'employait quand je venais présenter un livre ou dans la rue__me taquinait de sa voix mi-bourrue mi-enrouée :

   "Alors, monsieur l'écrivain, on vient quand sur le plateau parler du football ?"

   Il dégageait une telle sympathie que je lui promettais de venir, surtout pendant les coupes du monde de foot pendant lesquelles, à la mitan des matches, il recevait des invités pas forcément sportifs, mais toutes sortes d'amoureux du ballon rond. Et évidemment, je ne venais jamais ! Ce petit jeu entre nous dura longtemps, des décennies sans doute. Il ne m'en a jamais voulu. J'imagine que je l'amusais. Lui aussi me faisait ce même effet.

   Un jour, non loin de la Jetée (qu'on n'appelait pas encore "Malecon") de Fort-de-France, nous nous rencontrâmes, lui visiblement pressé et en sueur mais le sourire aux lèvres, moi flânant ou plutôt "drivant". Cette fois-je le devançai :

   "Monsieur le journaliste, je vais venir sur votre plateau pour expliquer pourquoi le football est génial !"

   Camille ALEXANDRE me regarda alors, les yeux ronds, avec cette mimique inimitable qui était sa marque de fabrique, mi-enjouée mi-ironique, et de s'écrier :

   "Ah bon ? Comment ça ?"

   "Parce que 0-0 !"

   Mais il avait à faire ce jour-là et reprit pour la énième fois mon numéro de téléphone. Désormais quand nous nous croisions, y compris en voiture, dans quelque embouteillage, il me lançait, jovial :

   "0-0, pa obliyé ! Fok ou vini yonn di sé jou-a !" (0-0, n'oublie pas ! Faut que tu viennes en parler un jour !).

   Evidemment, les jours, les mois et les années passèrent et je ne vins jamais.

   En hommage à sa personne et parce que peut-être de là où il se trouve à présent, il peut lire ces lignes, je lui dis ce que j'aurais aimé expliquer sur son plateau. Voilà ! Le football est génial parce que c'est le seul sport de balle dans lequel un match peut se terminer sans aucun but. Par un score de 0-0 ! Cela est totalement impossible en basket, handball, rugby, volleyball, cricket, baseball, football américain, hockey sur glace, hockey sur gazon, badminton etc...etc...Impossible ! Mieux : c'est le seul sport dans lequel le score est totalement déconnecté de la qualité ou de la beauté du match. Autrement dit, on peut assister à un super match qui s'est terminé par 0-0 et à un match très médiocre se terminant par 6-2. Mieux encore : plus le score est élevé, plus le match ou alors les équipes qui l'ont joué sont médiocres. Ou alors peut-être qu'il y a eu un incident qui a faussé le jeu pour l'une des équipes : gardien de but blessé, joueurs expulsés etc...On n'imagine pas un Real Madrid-Barça se terminant par 7-4 !

   C'est pourquoi le football-socccer, le sport-roi sur la planète, ne s'implantera jamais aux Etats-Unis. D'ailleurs, quand on l'y a implanté dans les années 70-80 du siècle dernier, les Américains ont immédiatement voulu en changer les règles : supprimer la règle du hors-jeu et agrandir les buts de 3 mètres. On comprend pourquoi ! Sans hors jeu, ils planteraient un bonhomme en permanence face aux buts lesquels buts feraient non plus sept mètres de large mais dix et comme ça on aurait un but toutes les cinq ou dix minutes comme au basket. Un Américain normal ne peut pas supporter des matches qui se terminent régulièrement par 0-0. Impossible ! Par miracle, ces modifications ont été rejetées car il existe quand même deux ou trois choses dans le monde que l'Oncle Sam ne contrôle pas : l'Islam, la Francophonie et donc le Football. Bon, ce dernier a bien fini par s'implanter chez eux et leur équipe nationale est même allée deux ou trois fois en Coupe du Monde, mais la majorité des joueurs sont des Latinos, des Européens, des Caribéens ou des Africains. D'ailleurs, quand un grand joueur de foot veut finir sa carrière, il va aux Etats-Unis.

   Voici que j'aurais aimé te dire, Camille, si jamais j'étais venu sur ton plateau.

   Ah oui, il y a aussi le fait que n'importe qui peut jouer au foot et devenir un grand joueur ! I On peut, en effet, être infirme d'une jambe comme le génial ailier brésilien GARRINCHA, quasi-nain comme MARADONA, filiforme comme Jean TIGANA, "bouboule" comme RONALDO le Brésilien,  armoire à glace comme RONALDO le Portugais, géant comme IBRAHIMOVIC, rase-mottes comme Lionel MESSI etc...alors que pour ne prendre que l'exemple du basket, hormis des cas rarissimes comme Tony PARKER, si on ne fait pas plus d'1,90m, on n'a aucune chance de percer. Au rugby, on n'a pas trop intérêt à être maigrichon.

   Donc, Camille, tu aurais pu devenir un grand joueur car tu avais exactement la même morphologie qu'un célèbre avant-centre du club dont ma famille et moi avons toujours été fans : le Club-Colonial. Il s'appelait Guy MARDAYE. Quand on le laissait arriver aux vingt mètres et se mettre en position de tir, aucun gardien ne pouvait"brilé chout-li" (stopper son tir !). C'était l'époque, désormais lointaine (années 60-70), où les retransmissions-télé n'existaient pas encore et où un Assaut-Club Colonial ou un Golden-Star-Good-Luck drainaient les foules au stade Serge ROUCH ou à celui de LOUIS-ACHILLE.

   Ah, oui, salue Lev YACHINE de ma part, Camille ! J'ai adoré, dans mon enfance, "l'Araignée noire", ce magnifique gardien de but de l'équipe d'Union soviétique...