Accueil

5 QUESTIONS - 5 REPONSES A KARINE MOUSSEAU

       1. MONTRAY KREYOL : Karine Mousseau, vous êtes candidate sur la circonscription du Centre comme certains de vos collègues de la CTM. Que répondez-vous aux critiques qui vous reprochent à tous de délaisser la CTM ?

         Je ne délaisse pas La CTM. Bien au contraire. Il n'y a aucune incompatibilité entre le siège de conseillère territoriale que j'occupe et Le mandat de député. Bien au contraire, pour être une bonne députée il faut être aussi une élue locale, une élue de terrain et ce sont toutes les problématiques que nous soulevons au niveau local que je pourrai défendre au niveau national. Il s'agit de porter le combat à plus haut niveau. Beaucoup de nos solutions à apporter au niveau local ne peuvent se dénouer qu'au niveau national, notamment dans nos secteurs à fort potentiel comme le tourisme, le numérique.....Il s'agit aussi pour moi de travailler à nous faire gagner du pouvoir d'achat En s'attaquant de façon efficace au problème des prix beaucoup trop élevés par rapport à la métropole, au problème de l'octroi de mer qui est finalement à la charge des consommateurs..... Il fait aider nos petites entreprises à créer de l'emploi en les avantageant beaucoup plus au niveau fiscal, au niveau des charges sociales et En les libérant d'un certain nombre de contraintes. Nous devons tout faire pour réduire les inégalités et retrouver ainsi la paix sociale. Nous devons travailler pour notre jeunesse afin qu'elle retrouve espoir.

 

       2. ON VOUS A CONNU FILLONISTE, COMMENT AVEZ-VOUS VECU LA DEROUTE DE LA DROITE AU PLAN HEXAGONAL ? EST-CE QU'AU PLAN LOCALE ELLE A LES MOYENS DE REAGIR ?

Ce ne sont pas les idées de la droite, ni nos propositions qui ont été rejetées.... C'est notre candidat avec les affaires et l'acharnement média dont il a été victime.

La droite est là et bien là. Nous continuons à défendre nos valeurs : Le Travail pour tous, La méritocratie et l'égalité des chances, La liberté et En particulier La liberté de créer et d'entreprendre, l'entreprise au centre de notre économie car elle des richesses et des emplois.... Alors oui, nous voulons une baisse des charges et des impôts qui étouffent notre économie avec un État plus performant garantissant la sécurité, l'égalité des chances, l'éducation, La santé pour tous, La solidarité... mais nous devons réduire les dépenses de l'Etat pour que chacun paye moins d'impôts et de charges et redonner du souffle à notre économie et à notre société. Un État plus efficient mais En réduisant nos dépenses : nous pouvons avoir le meilleur service public d'Europe.
 

       3. DANS VOS PROPOSITIONS, L'AIDE AUX PETITES ENTREPRISES EST UN ELEMENT FORT. POUR QUELLES RAISONS ?

      Les petites entreprises constituent 98% de notre tissu productif. Ce sont elles qui créent les richesses, La valeur ajoutée et les emplois. Elles sont aujourd'hui étouffées par un RSI injuste et trop coûteux, des charges et des impôts trop lourds, trop de contraintes qui nous viennent notamment de l'Europe. Il faut les libérer pour qu'elles soient rentables, qu'elles fructifient et qu'elles créent des emplois. Sur un petit territoire comme Le nôtre, La situation est encore plus dramatique. L'Etat doit tenir compte de nos contraintes : un environnement régional très compétitif car les charges, impôts et contraintes sont bien moindres, un marché restreint donc peu d'économies d'échelle, certains secteurs détenus par des oligopoles qui imposent des prix exorbitants. Il faut tenir compte de ces contraintes et changer les règles, pour nous ! C'est pour cela que je me battrai à l'Assemblée Nationale.

 

       4. VOUS ETES EN CHARGE DU TOURISME A LA CTM. QUEL PREMIER BILAN TIREZ-VOUS DE VOTRE ACTION ?

       Un bilan très positif. Nous avons fait mieux avec moins de budget. Notre nombre de touristes augmentent de 10% et surtout Le Tourisme de séjour qui stagnait voire diminuait est aujourd'hui en hausse. J'ai remis l'équipe En ordre de bataille avec une directrice générale, Mme Joëlle Désir, qui a mis en place un nouvel organigramme beaucoup plus efficace. Nous avons fixé un plan stratégique pour 5 ans. Nous travaillons nos nouveaux marchés, notamment européens et américains.

Mais encore une fois, notamment dans l'hôtellerie, La restauration et La plaisance, on doit imposer une diminution des charges, des impôts, des contraintes qui pèsent sur notre compétitivité. Je mènerai ce combat à l'Assemblée Nationale !

Le Tourisme est un secteur à fort potentiel et créateur d'emplois. Il ne représente que 9% de notre PIB alors qu'on est entre 20 et 50% dans les autres îles de la Caraïbe. Pour nous La marge est importante. Il faut à tout prix nous libérer des freins qui nous empêchent d'avancer. Je mènerai ces combats à l'Assemblée Nationale.
 

 

        5. SI VOUS ETES ELUE, QUELES SONT LES PREMIERES PROPOSITIONS DE LOI QUE VOUS PROPOSEREZ A L'ASSEMBLEE ?

       - Imposer pour nos petites entreprises Le statut de l'entreprise franche : exonérer de charges et d'impôts, elle pourra embaucher et fructifier

        - s'attaquer au problème du pouvoir d'achat et de la vie chère : nous pouvons imposer un contrôle des prix notamment dans l'alimentation sur un petit territoire comme Le notre

         - diminuer les impôts + redonner les allocations familiales à tous + augmenter les petites retraites et pensions de réversion

         - rééquilibrer le territoire avec une loi de programmation pour la ruralité et les territoires et imposer un moratoire sur la fermeture des services publics dans les petites communes - 1 euro pour la ville = 1 euro pour la ruralité

       - favoriser les formations En alternance et l'apprentissage pour notre jeunesse En exonérant de charges les entreprises embauchant un jeune En apprentissage

     - favoriser le développement de la médecine libérale pour lutter contre les déserts médicaux et avoir une politique ambitieuse pour nos hôpitaux publics 

    - travailler au problème de la dépendance et du bien-vieillir en donnant un vrai statut aux aidants familiaux 

    - relancer la création de place En crèches pour permettre à chacun et En particulier aux femmes de concilier vie familiale et vie professionnelle 

     - relancer le programme pour l'intégration des personnes en situation de handicap.

Pages