Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

500 moun néyé nan 3 simenn

500 moun néyé nan 3 simenn

  Sé moun-tala sé té jenn manmay Sénégal (laplipa adan yo té ni ant 20 ek 30 lanné asou tet-yo) ki té ka chaché chapé di péyi-a pou sa rijwenn l'Ewop.

  Bato-yo chalviré adan gran lanmè l'Atlantik-la ek yo anni ped rev-yo ek lavi-yo. Rev-yo sé té touvé an lot kalté lavi, touvé an travay, vréyé lajan ba fanmi-yo kisasayésa...Poutji ? Sé davwè abo anlo adan yo ni diplom, délè gwo diplom, yo pa ka jwenn pies travay Sénégal. Kifè yo blijé fè djob, fè débriya, délè menm fè trafik zeb oben kokayin pou yo pa mò fen.
  Sa tris ! Sa led !
  Kiles moun ki lotè sitirasion-tala ki sé an véritab vakabonnajri ? Poutji, apré pasé 60 lanné lendépandans, Sénégal pa fouti ofè lajennes-li an divini ki sérié ? Poutji lajennes-tala blijé pwan kouri nan péyi-andéwò, soutou l'Ewop men atè Kannada ek lé Zéta-Zini tou ?  Sé vré ki Sénégal, abo i ni an drapo, an chanté nasional ek an prézidan larépiblik anba grenn la Fwans toujou, men sé pa sel lesplik-la. Ni an dézienm lesplik : gwotjap sénégalé ka pijé pwop pep-yo, ka manjé lajan péyi-a pou genyen bel loto ek bel kay. Oben apatman nan lavi Pari.
  500 jenn moun ki trapé lanmò-yo, sa red toubannman men sa pa terbolizé pies gran jounal, pies gran télé l'Ewop ! Konsidiré tout lavi pa ni menm valè...

Commentaires

michel mirgan | 15/11/2020 - 08:22 :
Tout à fait d'accord avec l'explication sans compter la non-maitrise de la démographie :le Sénégal avait 3 millions d'habitants en 1960. Ils sont 16 el bientôt 20 millions .Est ce la faute de l'Europe ? Ces gens veulent rentrer ILLEGALEMENT en Europe. S'ils veulent émigrer ,ils peuvent faire des démarches officielles pour obtenir des visas. Contrairement à ce que dit l'article ,la presse rend régulièrement compte de ces drames.
Michel P. | 15/11/2020 - 10:57 :
1) Avec la pandémie du coronavirus, le tourisme au Sénégal s'effondre, alors qu'il est l’une des principales sources de revenus du pays. Les manifestations hostiles aux français n'arrangent pas les choses. Il en résulte une recrudescence de l'émigration illégale. 2) Cette recrudescence s'applique à une émigration illégale constante et soutenue, due à la dégradation des conditions de vie en milieu rural (désertification), au déclin de la pêche, aux faibles salaires, etc. 3) Le PIB par habitant est voisin de 2.700 dollars (24.500 euros en Martinique). L'absence de perspective motive de nombreux candidats, en dépit de milliers de morts. Ce ne sont pas les plus pauvres qui partent mais ceux dont la famille peut réunir l'argent nécessaire au passage, escomptant un retour sur investissement. 4) De préférence, les émigrés tentent de rejoindre les Canaries (Espagne), au large du Maroc. D'autres gagnent les bords de la Méditerranée puis s'embarquent vers l’Espagne, la Grèce ou l’Italie. 5) Le départ de la jeunesse désœuvrée est une soupape de sécurité pour le régime. C'est un espoir pour les familles, auxquelles ceux qui réussissent envoient de l'argent. Ce flux monétaire alimente l'Etat en devises. Enfin, tout un business (usuriers, passeurs) s'est développé autour du phénomène qui n'est pas près de se tarir.
Michel P. | 15/11/2020 - 20:08 :
1) Contrairement à ce que prétend l'article, les médias ont dûment parlé des 480 personnes mortes au large des côtes sénégalaises depuis le 24 octobre, en tentant de rejoindre l’Europe. On trouve régulièrement dans la presse le compte rendu des drames de l'espèce. Les images montrent des embarcations surchargées qui évoquent la traite négrière. Mais cette fois, c'est l'Afrique qui organise le trafic et les transportés sont volontaires et paient leur passage ! 2) La médiatisation ne semble guère affecter les autorités sénégalaises. Un ancien ministre sénégalais, qui rend sa légion d'honneur, préfère s'intéresser à l'honneur de Mahomet. 3) La médiatisation est dirigée vers l'Europe pour l'inciter à secourir et accueillir les migrants qui lui sont envoyés. D'un point de vue humanitaire, c'est bien sûr nécessaire. Mais l'effet pervers est que le système se trouve entretenu, au bénéfice de tous ceux qui en profitent : usuriers, passeurs, certaines ONG et les exploiteurs européens de main d'oeuvre illégale.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages