Accueil

62 nouveaux docteurs à l'université

Melinda Boulai
62 nouveaux docteurs à l'université

  L'Université des Antilles et singulièrement le campus de Schoelcher ont fêté leurs nouveaux titulaires de doctorat. Ils sont 62 a total pour les années 2016 et 2017. Dans l'article de France-Antilles ci-après, qui relate l'événement, le focus est mis sur Mina ADELE ROY-BELLEPLAINE qui a travaillé sur le jardin créole dans le cadre du laboratoire CRILLASH et dont le directeur a été Raphaël CONFIANT, professeur à la Faculté des Lettres et Sciences humaines...

 
***
 
Samedi matin, l'université des Antilles a mis à l'honneur ses nouveaux docteurs des promotions 2016 et 2017. En Martinique, ils sont 28 à avoir obtenu le plus haut diplôme universitaire.
L'amphi Michel-Louis du campus de Schoelcher était bien rempli en ce samedi matin (toutes nos photos ici). Eustase Janky, le président de l'Université des Antilles (UA) était là, ainsi qu'Aurélie Nella, la conseillère exécutive en charge de l'enseignement supérieur, de la recherche.
Et pour cause, l'université mettait à l'honneur ses docteurs.
Des hommes et des femmes - il n'y a que les femmes qui se sont déplacées-, qui ont consacré plusieurs années à des enquêtes, des études, de la recherche sur un sujet de thèse qui leur tenait à coeur. Parmi ces nouveaux docteurs, Mina Adèle Roy-Bellepaine qui a réalisé sa thèse sur le jaden martiniquais. « Le jaden, une approche historique et anthropologique d'un objet culturel au coeur des enjeux de développement économique, patrimonial et écologique dans la Martinique d'aujourd'hui » .
Professeur d'histoire-géographie et de créole au lycée Montgérald du Marin, elle a choisi de conjuguer sa vie professionnelle avec sa vie étudiante puisqu'il lui a fallu reprendre ses études pour mener à bien son travail de recherche. « Je suis une enfant du jardin. C'est une encyclopédie sans fin. J'avais besoin de comprendre certaines choses pour vulgariser et démocratiser » .
Mina Adèle Roy-Bellepaine, professeur d'histoire géographie et de créole au lycée Montgérald du Marin avait « besoin » de réaliser une thèse sur le jaden.
UN EPANOUISSEMENT PERSONNEL
Durant 4 ans, Mina a mené des enquêtes dans toute la Martinique et particulièrement à Rivière-Salée, Morne- Rouge, Fond Saint-Denis... Un petit jardin mis en place au lycée avec ses élèves lui a aussi servi de laboratoire pour comprendre le jaden. « Le jaden est un mode de vie. Il y a certaines valeurs qui se perdent et ces valeurs sont dans ces poches de résistance que sont les jaden martiniquais. Le jaden est une méthode qui s'appuie sur une pratique ancienne que l'on peut reproduire à l'infini » explique-t-elle avec beaucoup de pédagogie. C'est une passionnée. « Je n'ai pas abordé la thèse comme quelque chose de difficile, mais je l'ai entrepris avec beaucoup de plaisir. Ce travail a contribué à mon épanouissement personnel » confie Mina.
Mariée et mère de 4 enfants, Mina est fière de devenir une référente scientifique. « J'aimerais montrer comment aujourd'hui, on peut faire un jaden permaculturel facilement. Au-delà de planter pour se nourrir, le jaden apporte un véritable mieux-être aux personnes » .
- Samedi 5 mai, ce sont les docteurs qui ont soutenu leurs thèses en Guadeloupe qui seront mis à l'honneur au campus de Fouillole.
Simone Vaity a réalisé sa thèse sur la question de la modernité dans l'art bèlè martiniquais.
Les nouveaux docteurs diplômés sur le campus
Ils sont 62 nouveaux docteurs - Martinique et Guadeloupe - sur les promotions 2016-2017. 28 ont soutenu leur thèse sur le campus de Schoelcher.
Manuella Lise - Le droit universel, européen et français relatif à la non-discrimination liée au travail et ses déclinaisons dans les collectivités territoriales régies par l'article 73 de la Constitution.
Simon Mondo Mumbanza -Le Kponingbo des Azandé : patrimoine musical dans une organisation socioculturelle singulière.
Alexandra Roch -Le marronnage dans la littérature caribéenne : thématique et stratégies d'écriture.
Mina Adèle Roy-Bellepaine - Le Jaden, une approche historique et anthropologique d'un objet culturel au coeur des enjeux du développement économique, patrimonial et écologique dans la Martinique d'aujourd'hui
Karen Portel-Tareau - De la transmission des pratiques traditionnelles culturelles à la Martinique : les cas du bélé et de la yole ronde. Analyses anthropologique et linguistique dans une perspective didactique.
Fatima-Ezzahara Radouani - Polymorphisme des récepteurs du Fc des immunoglobulines G et maladies auto-immunes en Martinique : Impact du FcyRIIb sur la régulation du Lymphocyte B.
Adèle Dauchy - Ecosystèmes microbiens des poissons tropicaux, Thunnus albacares et Sciaenops ocellatus après abattage et incidence sur la qualité des produits
Ambroise Loiseau - Les pratiques culturelles, artistiques et musicales, lues comme dispositifs d'insertion pour les jeunes Martiniquais sans qualification professionnelle
Marie-Françoise Pindard - Les rythmes fondamentaux de la musique traditionnelle créole de Guyane. Signes, symboles et représentations d'un fait social total original.
Simone Vaity - La question de la modernité dans l'art bèlè martiniquais
Dimitri Jean-Baptiste - Elaboration et optimisation de nouvelles approches thérapeutiques contre HTLV-1.
Jessy Patrice - Identités et pratiques culturelles autour de la migration, le cas des martiniquais installés en France hexagonale
Marie-Marthe Bredas - Institutions, démocratie et croissance dans la Caraïbe anglophone : idées préconçues et réalité.
Abdelaziz Rbiaa - La figure Complexe de Rey et la Figure Complexe en Arabesque entre une évaluation classique et une évaluation dynamique pour l'examen psychologique de l'enfant marocain d'âge scolaire. Thèse en cotutelle avec le Maroc.
Edison Ndayisaba - Le tribunal pénal international pour le Rwanda face à sa mission « Contribution à l'étude des limites des juridictions internationales répressives contemporains »
Salma Ktat - Impact des critères E-S-G sur la performance financière des entreprises de secteurs controversés.
Chantal Boula - Salaire minimum, inégalités salariales et croissance économique : le cas des Départements Français d'Amérique.
Anne-Catherine Berry - Le corps archipélique dans les arts plastiques des Antilles françaises.
Yolande-Salomé Toumson -Hermeneutique littéraire du cinéma de Euzhan Palcy.
Catherine Thiollier - L'image du corps dans les pratiques photographiques contemporaines en Martinique.
Manuella Erimée - L'entrée payante dans le contrat.
Elodie Cocotte - Création d'un lexique bilingue espagnol cubain-français régional des Antilles et enjeux traductifs et interculturels.
Thierry Bellance -Réussite et pratiques informationnelles à l'université : entre enjeux et influence.
Barbara Thiandoum - Se mobiliser contre la violence et le VIH : dynamiques subjectives de l'engagement associatif des femmes à la Guadeloupe et à Saint-Martin.
Lidvine Godaert -Aspects épidémiologiques et cliniques d'une infection par le virus du Chikungunya chez les sujets âgés de 65 ans et plus : Etude sur les spécificités d'une atteinte par arbovirose dans une population âgée.
Anne Pajard - L'héritage malgré soi ? Le couple patrimoine-territoire à l'épreuve de la Caraïbe.
Nadia Chonville - Vers une déconstruction de la fiction hétéronormative dans le système scolaire martiniquais.
Jennifer Ithany - Transculturation et perspectives féministes chez les amérindiennes caribéennes kali- nago et garifuna.
Que faire avec un doctorat ?
C'est le plus haut diplome de l'enseignement supérieur ( Bac +8). Un prestigieux diplôme qui ne rime pas forcément avec emploi à la clé. L'insertion des docteurs est largement liée aux conditions de réalisation de la thèse, mais aussi à la discipline choisie.
« Le doctorat est l'ouverture pour ceux qui veulent embrasser une carrière universitaire l'a rappelé Eustase Janki, le président de l'université.
« C'est aussi un pas vers le secteur public car la majorité de nos thèses se passent sur les thématiques spécifiques à nos régions. Il y a un avantage important pour nos collectivités, nos entreprises d'embaucher nos étudiants » .
327
C'est le nombre de doctorants inscrits à l'Université des Antilles en 2016-2017. Les doctorants bénéficient de soutiens financiers divers. Certains ont des contrats doctoraux financés ou cofinancés par les collectivités territoriales, et aussi par l'UA et des instituts de recherche. D'autres sont salariés ou boursiers.

 

Pages