Accueil

A défaut des députés, on a un transport maritime

Nady NELZY-ODRY
A défaut des députés, on a un transport maritime

Hier, pour la première fois, en dépit d'un ciel plutôt maussade, j'ai pris le bateau de « Case Pilote, vers Fort de France »., vous quittez le littoral du Nord Caraïbe pour la ville Capitale, et en dix-huit minutes  vous y êtes , ça , c'est formidable !

Depuis le Carbet, j'entends les jaloux  et pourquoi pas Bellefontaine et pourquoi pas Saint Pierre ? Atann , zot tro présé !

 

Par ici, la  face maritime y est  plutôt belle, et on prend conscience de la richesse de cette partie de l'île et je ne puis m'empêcher de penser, « ça y est, on est prêt ! » 

C'est maintenant que l'on peut parler de tourisme, d'espace identitaire  et de la notion d'insularité. C'est par toutes ces actions que se développera notre Martinique. 

 

Sur le quai, le village apparaît plus coquet que jamais car  tout  y est pour attirer le chaland, ces touristes européens désormais  en quête de la France d'Outre-mer. Ici les maisons coloriées, apportent un air de vacances, les restaurants  sont à la mode, pensez que vous pouvez déguster du poisson frais à la cime d'un arbre à pain, ou envoyez vos mails dans un cyberespace en bord de mer.

Le centre offre une partie de  l'histoire de l'île avec sa plus vieille  église, une habitation qui date du dix-huitième actuellement en restauration Ce transport maritime est une aubaine qui rapproche les gens de la ville à ceux du bord de mer, merci Monsieur Boutrin !

 

On reconnaît aussi les voyageurs du bord de mer. Ils ont quitté leurs tongs et les vieux shorts, pour des chaussures et un pantalon. Même les jeunes font cet effort, les grandes personnes elles aussi sont heureuses. Installées confortablement, elles expriment comme au « temps d'avant » leur contentement depuis qu'elles n'ont plus besoin de « chaperon » pour les conduire à Fort de France, C'est pas rien, c'est notre capitale ! Elles disent aussi « A défaut de députés, nous avons un transport maritime. »

 

Car il faut bien le dire, en matière d'élections législatives, la population se sent bien loin de l'Autre grand bord, celui  des grands salons de l'Assemblée Nationale.  Ces dernières élections ont paru encore plus ambiguës que les précédentes et le choix proposé dans  le politique martiniquais, particulièrement au deuxième tour, il faut le reconnaître,   c'était la biguine des nuls.

 

Nous voilà donc reparti dans la reculade ! Un territoire qui a tout pour avancer. C'est presque immoral que de se retrouver avec une politique et des dirigeants  dans un  archaïsme de circonstance.

 

Installée moi aussi sur la bateau  je me suis mêlée à la conversation  des grandes personnes et j'ai donné mon avis.

 

Moi femme, presque vieille femme, au soir des résultats législatives, j'ai eu honte d'entendre à la télévision, des femmes martiniquaise, fêter la victoire de la première député femme de la Martinique. Certes me direz-vous elle a déjà été présidente de Conseil Général aussi a-t-elle un électorat qui la suppose apte  à représenter la Martinique.

 

Pourtant, une vraie rage est montée en moi et pour tout vous dire, je vais y aller de ma mauvaise foi,  j'aurai préféré à sa place  un homme ! Un homme nul, on s'est un peu habitué à cette gente masculine arrogante, pleurarde, pleurnicharde qui ne sait qu'abonder et dire  « comme ces messieurs»

 

Si nous voulons une femme martiniquaise député,  dans ce vingt et unième siècle, Messieurs et Dames, ça n'est pas n'importe qui !

 

Nous rêvons d'une belle femme de la tête au pied, sa belleté, est ce qu'elle porte en elle, c'est visible par tous ses pores, par son intelligence,  sa  générosité se lit dans ses yeux, son énergie est  contagieuse. Son programme  sera  celui de nos prétentions, écrit  pour mener le pays au firmament et pour imposer notre voix dans l'hémicycle de l'Autre bord.

 

Aussi, j'ai envie de dire aux femmes, particulièrement aux jeunes femmes qui rentrent en politique. Vous du Pays Martinique, qui vous décidez à entrer en politique ayez le devoir de  vous réunir, de vous entendre,  de vous comprendre pour qu'ensemble nous formiez un groupe fort,  en capacité de faire décoller notre Martinique, la belleté, c'est naturel chez nous !

 

Bonne traversée !

Pages