Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

ABDELMAJID TEBBOUNE ELU PAR...23,6% DES ELECTEURS INSCRITS

   ABDELMAJID TEBBOUNE ELU PAR...23,6% DES ELECTEURS INSCRITS

   Les médias vous diront, sans rire, par...58,15% des suffrages exprimés.

 Sauf que plus de 70% des électeurs algériens ont refusé de participer à la mascarade d'élection présidentielle organisée ce jeudi 12 décembre par le clan BOUTEFLIKA et ses oligarques. Car Abdelmadjid TEBBOUNE, dont le fils est en détention provisoire, soupçonné de blanchiment d'argent dans une sombre affaire de trafic de cocaïne, fut ministre de BOUTEFLIKA et avait apporté un vibrant soutien à une...5è candidature de ce dernier, pourtant devenu impotent suite à un grave AVC.
   Le "hirak" (mouvement de contestation du pouvoir) continue partout dans les rues d'Algérie. Plus que jamais ! Mouvement pacifique, démocratique, multi-ethnique et féministe contre lequel le pouvoir n'a rien pu faire depuis une bonne année et que, fort du résultat de cette mascarade électorale, il commence déjà à réprimer violemment.
   Mais, de notre côté de l'Atlantique, chez nous, aux Antilles, on est en droit de se demander "les oligarques, c'est qui exactement ?". Pas difficile à comprendre : ce sont des néo-Békés. Ils ont remplacé les Békés algériens ou "Pieds-noirs" qui avaient fui en masse le pays peu après l'indépendance en 1962. Et ils font...pire ! Pourquoi ? Parce qu'ils ont réussi l'exploit, ces néo-Békés à transformer un pays exportateur de d'agrumes, de blé, de vin etc... du temps de la colonisation en un pays qui importe plus de 70% de sa nourriture aujourd'hui.
   Mais avec quel argent, se demandera-t-on ?
   Pas très difficile à comprendre non plus : avec les recettes considérables du pétrole et du gaz pendant près d'un demi-siècle. Au lieu d'utiliser cette manne pour bâtir un système économique viable et pérenne, ces néo-Békés l'ont littéralement gaspillé. Ainsi les banques algériennes détentrices de cet argent ont accordé des prêts à des taux ridiculement bas à des "chefs d'entreprise" et à des importateurs de biens occidentaux de tout nature, y compris des biens de luxe comme des automobiles haut de gamme, prêts que ces messieurs s'arrangeaient pour ne presque jamais rembourser. Sans compter tout ce que ces oligarques planquaient dans les banques européennes et nord-américaines. Pas grave ! L'argent du gaz et du pétrole coulait à flots. Sauf que le prix du baril de pétrole a dramatiquement chuté depuis quelques années...
   Au fait, ça ne vous rappelle rien ? Mais si ! Notre fameux CREDIT MARTINIQUAIS dont le seul nom attirait comme des mouches la plupart des fonctionnaires et leurs 40% et qui durant quatre décennies avait, lui aussi, accordé des prêts à 1% à nos chers Béké, prêts qu'eux aussi, pour nombre d'entre eux, n'ont pas jugé bon de rembourser, ce qui a mis l'établissement en cessation de paiements et lui a valu d'être racheté par la BRED.
  Qu'on ne nous dise donc pas, l'Algérie, c'est loin ! Ce qui s'y passe ne nous intéresse pas ! Et autres billevesées. TOUT AU CONTRAIRE ! Nous devons être vigilants et tirer des leçons de ce qu'ont vécu et que vivent aujourd'hui tous, oui, tous les peuples du Tiers-Monde. On a eu beau remplacer ce dernier terme par "Pays du Sud", cela ne change rien  l'affaire. Que ce soit l'Algérie, le Gabon, le Cameroun, la Barbade, la Jamaïque, la Bolivie, le Venezuela, la Palestine ou les Philippines, il y a toujours quelque chose à apprendre. Des avertissements à prendre en compte.
  FANON avait déjà décrit à la perfection dans Les Damnés de la terre (1961) les turpitudes de la bourgeoisie nationale dans les pays du Tiers-Monde. L'affligeant exemple des oligarques algériens et de leur élection truquée (seuls les candidats adoubés par le pouvoir ont été autorisés à s'y présenter !) démontre une fois de plus qu'il fut un visionnaire. Donc sil est bien de combattre nos Békés martiniquais, il faut dans le même temps, garder un œil très attentif sur nos futurs...néo-Békés.
Image: 

Pages