Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

ACTE DE TERRORISME CONTRE LA LANGUE CREOLE

Serge RESTOG

En cette fin d'année 2015, où de nombreux écoliers (ières) prennent le plaisir poétique en disant des poèmes, en créole et en français, ayant pour thème Noël, je dénonce avec force, ceux qui continuent, persistent à mener des actes criminels, des actes terroristes contre la langue créole.

          Sans aucune autorisation, sans compétence à la transcription, à la traduction donc sans respect des métiers de transcripteur et de traducteur, les ennemis de la langue créole s'acharnent  sur des textes écrits, en créole en les transformant en un charabia qui ne reproduit pas les équivalences de sens des mots, des expressions du texte original.

 

          Par exemple, le texte "Papa Nwel" écrit en langue créole (Martinique), publié dans les ouvrages suivants :

 

          Serge RESTOG, Il est d’étranges soirs, Matjè-éditè, 1981, ISBN : 2-903843-02-6

          Serge RESTOG, Muguet-Noël, Éditions Lafontaine, 1996, ISBN : 2-912006-00-7

 

          Il n'a jamais été ni transcrit ni traduit en français. Aucune autorisation n'a été donnée ni par l'auteur ni par des éditeurs pour reproduire ce texte. Cette action est en opposition avec la loi :

 

          Loi du 11 mars 1957 n'autorisant aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article 41, d'une part que les "copies ou reproductions strictement réservées à usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple faites sans le consentement de l'auteur ou des ayants droits ou ayants cause, est illicite (alinéa 1er article 4). Cette représentation ou reproduction, par quel que procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivant du Code Pénal.

 

Serge RESTOG

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages