Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

AFRIQUE DU SUD : VIOLENCES DANS UNE UNIVERSITE

Par Lynsey Chutel http://journalmetro.com/

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud – Des étudiants sud-africains en colère ont incendié plusieurs immeubles d’une université, forçant les responsables de l’institution à fermer le campus et à renvoyer les jeunes chez eux, a indiqué jeudi un porte-parole. Un bloc administratif qui abritait notamment un centre scientifique a été rasé sur le campus de l’université North-West dans la ville de Mahikeng mercredi soir. Les manifestants ont aussi incendié la résidence du superviseur des résidences universitaires.

«Aucune colère ne devrait amener les étudiants à incendier leur université et à se priver, eux-mêmes et d’autres, de leur éducation», a dit le président Jacob Zuma.

Les campus universitaires sud-africains ont été le théâtre de nombreuses manifestations au cours des derniers mois. Les étudiants réclament habituellement une réduction de leurs frais de scolarité, davantage de résidences étudiantes et l’élimination de statues ou d’oeuvres d’art qui évoquent le passé raciste du pays.

L’université était tranquille, jeudi, et les étudiants qui étaient toujours dans les résidences étaient en voie d’être évacués. L’établissement demeurera fermé pour une période indéterminée.

La violence a éclaté quand des étudiants ont voulu interférer avec l’inauguration d’un nouveau conseil étudiant. Faisant fi d’un ordre du tribunal, un leader étudiant suspendu, Benz Mabengwame, est entré à l’université pour s’adresser à ses partisans. Des gardiens de sécurité ont alors voulu disperser la foule avec des gaz lacrymogènes et des balles de caoutchouc. Les étudiants ont répliqué avec des pierres et ont incendié un véhicule qui appartenait à la firme privée de sécurité.

Des images chaotiques diffusées sur les réseaux sociaux montrent des véhicules policiers qui entrent sur le campus pour rétablir l’ordre. Les étudiants réagissent alors en incendiant les lieux.

M. Mabengwame a nié que les étudiants soient responsables des incendies.

M. Mabengwame était membre d’une association étudiante dissoute qui réclamait l’abolition de l’Afrikaans comme langue d’enseignement, sous prétexte que cela accorde un avantage déloyal aux étudiants blancs sur un campus majoritairement blanc. Il réclame aussi que les étudiants qui sont incapables d’acquitter leurs frais de scolarité puissent poursuivre leurs études.

L’université avait obtenu une injonction pour empêcher les étudiants d’interférer avec le fonctionnement du campus, dans la foulée des manifestations étudiantes.

L’Université North-West, qui possède des campus dans trois villes sud-africaines, compterait plus de 60 000 étudiants.

Pages