Accueil

Alain Finkielkraut chassé de la "Nuit debout" par des...bobos

   Alain FINKIELKRAUT, FINKIE pour les intimes, "philosophe" avec de gros guillemets (rien à voir avec Deleuze, Guattari, Derrida ou Foucault), celui qui déclarait au quotidien israélien "MAARIV", qu'il y a "trop de Noirs et d'Arabes dans l'équipe de France de football", le grand défenseur de "L'IDENTITE MALHEUREUSE" (comprendre "l'identité française malmenée par les étrangers"), titre de son dernier livre, s'est fait virer comme un malpropre de la manifestation "NUIT DEBOUT" qui se tient depuis une dizaine de jours chaque soir Place de la République, à Paris, afin de protester contre la politique du gouvernement "socialiste" (avec de triple guillemets).

   Le comique dans l'affaire c'est que "NUIT DEBOUT" est une manifestation à 99% bobo. C'est-à-dire qu'elle ne comporte aucun Noir ou Arabe. Ou presque. Pour ceux qui ne connaîtrait pas le sens du néologisme "bobo" (il date d'une vingtaine d'années seulement), c'est la contraction de "bourgeois bohème". Il reprend les deux premières syllabes, "bo" donc, de ladite expression et désigne les personnes de condition aisée ou relativement aisée en rupture avec le système capitaliste, mais de manière très différente des révolutionnaires (marxistes, trotskystes etc.) classiques. Le "bobo" vit dans un "loft", pas en banlieue et il ne va pas travailler en usine pour se frotter à la classe ouvrière, mais exerce dans le milieu artistique et littéraire ou bien le fréquente de près. 

   Rions un peu : Finkie s'est fait expulser par des "Français de souche" (cf. la vidéo au bas du présent article). Ceux-là même qu'il prétend donc défendre bec et ongles contre "l'invasion négro-arabe" de la "doulce France" de Ronsard et Du Bellay. Les mots"Casse-toi !" et "fasciste !" ont fusé dès l'instant où il a pointé son nez dans cette "NUIT DEBOUT" du 16 avril et notre "philosophe" a dû piteusement battre en retraite non sans avoir courageusement agoni d'injures ("connasse !") une manifestante. Lui-même reconnaît qu'il aurait pu se faire lyncher, n'eut été la présence de ses gardes du corps. Maso, le FINKIE alors ? Provocateur ? Frustré ? Avide d'exposition médiatique ? Un peu de tout cela à la fois. Ce qui en fait un vrai clown blanc, ce personnage des cirques européens qui fait tant rire les enfants. Du coup, pas étonnant que les seuls Noirs ou Arabes qui trouvent grâce à ses yeux soient les clowns Chocolat d'aujourd'hui. Ceux des Belles-lettres, illustres descendants du vrai clown Chocolat qui lui exerça ses talents dans le music-hall au début du siècle dernier.

   En 2008, dans un livre-dialogue entre Rony BRAUMAN et lui, FINKIE, après avoir démoli le penseur musulman Tariq RAMADAN, s'en est pris à ma modeste personne en me traitant de "Louis FARRAKHAN francophone". Rien que ça ! Ce livre, toujours en vente en livre de poche (chez "CHAMPS-Essais"), a pour titre : "LA DISCORDE : Israël-Palestine, les Juifs, la France". FARRAKHAN, pour ceux qui ne le sauraient pas, est le leaders de "The Nation of Islam", les fameux "Black Muslims" des Etats-Unis dont a fait partie Malcom X et dont ce dernier s'est retiré (ce qui sans doute lui a valu d'être assassiné) parce qu'il ne voulait plus cautionner leur discours anti-Blancs. FARRAKHAN et ses adeptes qualifiaient, en effet, les Blancs de "diables aux yeux bleus". Depuis, fort heureusement, l'islam orthodoxe auquel s'était rallié MALCOM X a fini par prendre le dessus aux Etats-Unis et apparemment le discours des Blacks Muslims s'est infléchi dans un sens moins racialiste.

   On voit bien là la méthode FINKIE : caricaturer les écrits de tous ceux qui osent remettre en cause son idéologie euro-centrée laquelle n'a de cesse de justifier l'impérialisme et le sionisme. De quoi est-il le nom ? De quelle maladie intellectuelle est-il le symptôme ? On n'a pas besoin de chercher bien loin : la fin de l'époque des grands penseurs français (Sartre, Foucault, Derrida, Lacan, Bourdieu etc...) etl'émergence, voire la prééminence, avec la complicité des médias, de bavasseurs racistes qui, au lieu d'étudier les grands textes du passé et d'en produire eux-mêmes de nouveaux, se contentent de traduire en termes pseudo-intellectuels la non-pensée des beaufs et des "petits Blancs" au sens sociologique du terme.

   Allez, FINKIE, casse-toi, "philosophe" de supermarché et de "prime time" télévisuel !...

Document: 

Alain Finkielkraut agressé Place de la République nuit debout 16 avril 2016

Pages