Accueil

Alfred Marie-Jeanne à propos d'ALBIOMA : "Man pa adan konplo-tala !"

Alfred Marie-Jeanne à propos d'ALBIOMA : "Man pa adan konplo-tala !"

   Il devient de plus en plus clair que le PPM/EPMN, allié à certains élus du MIM, veut faire porter au président de la Collectivité de Martinique (CTM) le chapeau de la catastrophe annoncée qui se prépare à l'usine du Galion. Catastrophe parce que malheureusement toutes les solutions proposées auront des conséquences néfastes, voire catastrophiques :

 

   . la réparer dans l'urgence serait un énième bricolage potentiellement dangereux vus les risques d'explosion tant le matériel est vétuste.

 

    . arrêter l'usine dans l'attente d'un matériel neuf reviendrait à plonger dans la détresse des centaines de petits planteurs sans compter qu'il faudra compter au moins 3 ans pour cela. Cela pourrait même signer l'arrêt de mort de la canne à sucre à la Martinique.

 

    . raccorder l'usine du Galion à celle d'ALBIOMA qui fonctionne avec de la biomasse (des résidus de bois importés du Brésil) serait criminel dans une île où le taux de pollution est l'un des plus élevés des territoires français.

 

   Comment en est-on arrivé là ? Qui porte la responsabilité de cette catastrophe annoncée ?

   Sur RLDM, le président de la CTM a rappelé que lorsqu'il était président de l'ex-Conseil régional, il avait proposé de racheter l'emplacement de l'ancienne usine du Lareinty (face à l'aéroport du Lamentin) pour construire une usine neuve et que cela avait été refusé. Il a aussi rappelé qu'il avait alors proposé la même chose pour l'usine du Galion. Nouveau refus ! Il a surtout rappelé le fait que c'est le PPM, lorsque ce dernier était aux affaires à l'ex-Région, qui a favorisé la venue d'ALBIOMA et que c'est Ségolène ROYAL, ministre de l'écologie, qui avait accordé à ALBIOMA l'autorisation de s'implanter en Martinique. Le PPM, par la voix de Daniel CHOMET, a d'ailleurs toujours soutenu ALBIOMA, ce qui fait dire à "CHABEN" sur RLDM ce dimanche 10 décembre que :

   "LETCHIMY ni an lizin bwa o Brézil. Pétet sé la i lé ALBIOMA achté "sciures de bois" a..."

   D'ailleurs, une fois les élections de la CTM gagnées et MARIE-JEANNE devenu président, les dirigeants d'ALBIOMA n'ont cessé de lui demander des rendez-vous, chose qu'il a toujours refusée !

   Comment donc et pourquoi veut-on aujourd'hui lui faire porter la responsabilité d'une éventuelle fermeture de l'Usine du Galion alors même que comme il l'a expliqué sur RLDM :

  "La-Kolektivité pé pa pwan an chaj a li tousel lizin Galion. SA PA POSIB ! Si janmen i sé fè sa, i ka tonbé an fayit."

   En effet, n'importe qui de sensé peut comprendre que la CTM ne peut prendre totalement en charge l'usine du Galion et que le secteur privé tout autant que l'Etat doivent prendre leurs responsabilités c'est-à-dire eux aussi mettre la main à la poche. Il y a donc un véritable complot, comme on le découvrira lors de la prochaine plénière, visant à accabler MARIE-JEANNE de tous les maux de l'usine du GALION et derrière ledit complot, il y a le tristement célèbre "G20", celui qui durant toute l'année 2015 avait comploté pour écarter définitivement de la scène politique martiniquaise Alfred MARIE-JEANNE et Claude LISE pour cause de "vieillesse avancée". Défait par le résultat du 13 décembre 2015, le "G20", tel un mauvais Phoenix renaît de ses cendre.

   "Yo lé fouté mwen déwò !" s'est écrié CHABEN sur RLDM ce dimanche, se démarquant pour la toute première fois (publiquement en tout cas) du seul député que compte le MIM.

   Mais si MARIE-JEANNE ne porte aucune responsabilité dans la catastrophe annoncée de l'usine du Galion, par contre, il porte l'entière responsabilité du "complot" contre sa personne qu'il a dénoncé sur RLDM. En effet, dans son parti, il s'est toujours entouré, ainsi que sur les listes électorales qu'il concoctait durant toutes ces années, de gens pour la plupart (hormis quatre ou cinq) sans envergure intellectuelle, sans aucune idée novatrice pour la Martinique, uniquement préoccupés d'obtenir un strapontin dans des assemblées où ils et elles n'ouvraient jamais la bouche, indépendantistes en parole mais ne s'étant jamais intéressés à savoir comment fonctionnent des pays indépendants comparables à la Martinique comme Barbade ou l'île Maurice. Il s'est entouré, oui, de "doucineurs", de jouisseurs, guère différents de leurs alter ego du PPM ou de la Droite.

   Indépendantistes de posture uniquement, habiles à flatter le nationalisme de pacotille du bon peuple, mais vrais "initil" au sens créole du terme qui aujourd'hui, décident d'abandonner leur masque de bénis-oui-oui grâce auquel ils ont obtenu d'être élus sous l'étiquette MIM (bénis-oui-oui face au Papa CHABEN s'entend) et qui sont désormais décidés à lui planter un couteau dans le dos. Complot ! affirme ce dernier. Eh bien, il n'a qu'à s'en prendre qu'à lui-même...

Pages