Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

ALFRED MARIE-JEANNE REFUSE UNE NOUVELLE FOIS DE PLIER

ALFRED MARIE-JEANNE REFUSE UNE NOUVELLE FOIS DE PLIER

   Ce n'est plus un secret pour personne qu'au sein du MIM (Mouvement indépendantiste Martiniquais) des voies dissidentes se font entendre et cela bien avant les élections territoriales de décembre 2015. Chacun se souvient, en effet, du fameux "G 20" (ridiculisé sous le nom de "G FAIM" par ceux qui s'y opposaient) qui avait tenté__en vain__de renvoyer Alfred MARIE-JEANNE, président du parti, et dans le même balan, Claude LISE, président du RDM (Rassemblement Démocratique pour la Martinique) aux oubliettes de l'Histoire. Motif : ces deux hommes seraient trop vieux. Place aux "jeunes" quinquagénaires fringants et frétillants ! Le G 20 avait alors cherché à placer ses hommes et ses femmes en tête d'une liste comprenant des gens du MIM, de certains RDM, souvent maires, du MODEMAS et de divers partis communaux comme celui de Sainte-Marie. A. MARIE-JEANNE et C. LISE n'étaient pas écartés de ladite liste, mais ils ne figuraient pas en tête et à aucun moment le G 20 ne les envisageait comme président du Conseil exécutif et président de l'Assemblée.

   C'était sans compter sur la maestria politique de CHABEN qui refusa de se soumettre au diktats de ces personnes qui n'avaient jamais rien prouvé politiquement et n'étaient (/ne sont) que des héritiers. Rappelons, en effet, que le leader du MIM avait eut l'audace inouïe de lâcher sa circonscription du Sud où il disposait d'un électorat quasi-captif pour s'aventurer (suicidairement, pensèrent certains analystes) dans celle du Centre-Atlantique où il ne disposait que d'une seule commune, le Gros-Morne. Ce coup de poker fut néanmoins réussi grâce au formidable charisme de CHABEN, mais aussi du soutien décisif de Fabrice DUNON, leader du mouvement, "LA RELEVE LAMENTINOISE", le Lamentin étant la plus grosse commune de cette circonscription.

   Rappelons aussi qu'au soir du 1er tour des élections territoriales de décembre 2015, la coalition de 6 partis rassemblés autour du MIM sous le nom de GRAN SANBLE n'avait pas fait un score pharamineux. Loin de là : seulement 30% pour le GRAN SANBLE contre presque 39% pour le PPM/EPMN mené par Serge LETCHIMY. Il a fallu un nouveau coup de génie, un nouveau coup de poker politique de CHABEN pour pouvoir renverser la situation et gagner au second tour : ce fut le "pacte de gestion" avec la Droite menée par Yan MONPLAISIR. La victoire fut au bout avec 54% des suffrages pour le GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS et 15.000 voix d'écart avec EPMN.

   On aurait pu alors croire que les G 20 revenus au bercail presqu'à la dernière minute, que les G 20 adeptes du "jeunisme", désormais repentis, feraient cette fois preuve d'intelligence en attendant tranquillement leur tour puisque l'horloge biologique tourne. Que non ! Les législatives approchant, leurs dents longues recommencent déjà à s'aiguiser et contre qui ? Contre CHABEN !!! Eh bien, une nouvelle fois, ce dernier a résisté et a refusé de céder à toute forme de pression (comme celle qu'on peut découvrir dans le communiqué ci-après) et a fait le choix de la loyauté (CAROLE, DUNON) contre celui de l'opportunisme. Mieux : il a publiquement demandé aux scissionnistes de s'en aller lors du GRAN BOKANTAJ, réunion de bilan de l'équipe dirigeante de la CTM qui s'est tenue à Rivière-Salée ce samedi 17 décembre 2016...

Image: 

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages