Accueil

An zafè « nappy » ki pa ka fini…

   Gran lanmod sé fanm lakay-nou a dépi yonn-dé tan, sé sa yo ka kriyé chivé « nappy ». Sé pa ayen yo envanté pis an kréyol yo ka kriyé sa « grennen » ek an fwansé « crépu ». Si fok kouté yo, « nappy-grennen » sé an bidim révolision adan lanmanniè Nègres ka penyen kò-yo, bagay ki pé fè nenpot ki istorien pété ri, mé kon an gran nonm té enmen di « Au royaume des couyonnes, les dimi-couyonnes sont reines ».

   An révolision pou-di-vré ? Lè ou ka gadé pli pré konpowtasion sé « nappiyez »-la, ou ka konstaté ki sé ayen ki bagay fwansé oben méritjen ki anlè yo, sé gwo 4/4 japoné yo ka woulé, sé soulié « Louboutin » yo ni an pié-yo ek sé tjilot-estring brézilien ki oliwon bonda-maté yo. Pli ganmé ki yo, pa ni ! Kantapou manniè palé-yo, pa menm palé ! Sé manzel ni an ti manniè « de-ce-que-de » adan plodari-yo ek si ou wè ou vréyé gwo kréyol anlè yo, yo ka wouklé akwèdi kanna ki ni an zé an travè an fes-yo.

   Konsidiré sé chivé ki ka fè moun ! Sé vré ki Blan rasis tiré méprizasion pannan siek ba chivé grennen ek ki Nèg (soutou Nègres) vini rayi chivé-yo. Sa vré ki fanm té ka féré chivé-yo an tan lontan épi dé gwo fè-a-chivé ki yo té ka mété chofé anlè chabon. Mé sa vré tou ki adann sé lanné 1970-80, kivédi ni pres 40 lanné di sa, Mouvman Neg Mériitjen épi zafè « Black is beautiful » la, vréyé-alé méprizasion chivé grennen tala nan razié. Anni chonjé ki sé nan lépok-tala chivé « afro » paret ek chonjé foto Angelas Davis épi gwo boul chivé’y anlè tet-li !

   Kivédi sé napiyez-la pa envanté an tjou-patat ! Jòdi-jou, zafè chivé grennen kont chivé féré pa ni pies lentéré ankò, sa pa ni pies kalté sinifikasion ni senbolik ni politik ki ayen. Es Michelle Obama ni chivé « nappy » ? Awa ! Es Béyoncé ni chivé « nappy » ? Awa ! Es Serena Williams ni chivé « nappy » ? Awa ! Nou pé pwan dizenn ek dizennn ekzanp Nègres ki réyisi adan lavi-yo (Oprah Winfrey sé an bel ekzanp tou) ek ki pa ka terbolizé lespri-yo pou sav es fok yo konsèvé chivé-yo grennen oben es fok yo féré’y. Kèsionnaj-tala sé adan sé lanné 1970-80 i té ni an sinifikasion, mé lépok-tala bout.

   Lè nou ka bien gadé, lespri « nappy » jòdi-jou a ka sinifié an sel bagay : vid idéolojik sé fanm-tala. Menm manniè pontalon ka tonbé anba fes ka koresponn a lespri koko-flo sé jenn boug-la. Mandé yo, ki fanm ki nonm, ki liv Frantz Fanon yo ja li, yo pa fouti réponn. Thomas Sankara té prézidan ki péyi ? Yo pa janmen tann palé di misié. Poutji ni an gawoulé ki pété nan li-sid Matinik an 1870, yo ka gadé’w akwèdi mouton ki brè dlo frapé. Mé dapré yo, yo révolisionnè pasé pèsonn pis yo « nappy » !

   Final di kont, anba lo chivé « nappy »-tala, sa ki ni sé pas néwòn, sé pi souvan ki rarman kaka kalbas. Ayen dot !...

                                                                     Jean-Laurent Alcide

Commentaires

Kate DERI | 28/09/2015 - 21:21 :
Quelle est l'intérêt de cet article sinon partager une humeur, des impressions, des idées-reçues, des généralités erronées, des stigmatisations... C'est peut-être dommage de s'appeler NAPPY plutôt que crépu ou grennen... des mots, à l'époque, péjoratifs qu'il faut se réapproprier autant que l'on se réapproprie sa vraie nature. D'ailleurs pourquoi s'appeler ? Mais bon, s'il faut en passer par là dans un premier temps. Pourquoi tant de verve ? Il faut saluer cette reconquête de soi, de son esthétisme... Une reconquête qui a le mérite d'exister malgré un contexte où les critères de beauté imposés sont ceux qui ne nous ressemblent pas. Vous supposez qu'aucun "nappy" n'a lu Fanon, soit, si ça vous rassure... Mais ces "nappy" qui semblent tellement vous déranger, FONT, ILS FONT, ils écrivent leur propre histoire et les générations futures sauront qu'il existe un autre type de beauté, une façon d'être soi, naturellement sans plus de revendication, naturellement soi. Si Fanon était là, je crois qu'il serait rassuré et être lu serait le cadet de ses soucis.
deborah972 | 28/09/2015 - 23:56 :
je ne pense pas qu'il soit judicieux de cracher un article sur un sujet que l'on ne maitrise absolument pas!
deborah972 | 29/09/2015 - 00:02 :
associer un style capillaire à un niveau intellectuel..!? de quoi parlez vous? ça n'a aucun sens!
deborah972 | 29/09/2015 - 00:02 :
associer un style capillaire à un niveau intellectuel..!? de quoi parlez vous? ça n'a aucun sens!
Alex Robert | 29/09/2015 - 04:45 :
Misyé Alcide sé pa épi dé pawòl kon ta-w la nou ké sa chanjé an patat. Man ka jis pito kwè wou menm pa konprann adan ki sa nou yé la-a. Man byen dakò pou di pétèt ni an zafè lanmòd adan tout' zafè chivé "nappy"-tala èk ni yonn dé ki pa sav adan kisa yo yé. Menm mannyè ni anlo boug ka pòté locks pou soukwé chivé-a sèlman. Sé "Rasta-Coquet" tala paka mouyé chivé yo lanmè! Pwoblèm-lan poko bout. Chivé "grennen" sé toujou mové chivé pou anlo moun èk ni jenn fanm ki pé pa kwè ni an lòt mannyè pou wè bagay-la. Ou ka fè épi sé nappy-a kon sé boug la ki té ka ri sé fanm-lan ki té ka fè afro an tèt yo. Yo té ka di yo té mété an kas-moto. Ou ba nou anlo ègzanp fanm méritjen épi chivé féré ki vini dé gran modèl fanm. Ou konnèt yo pou sav yo pa tèrbolizé lèspri yo? Ou té la? Ou sav ki bétiz yo tann anlè chivé yo lè yo té pli jenn? Ou té pou di sé jenn fanm-lan sé pa yenki chivé ka fè an fanm, ou té pou di yo ni nonm ki enmen tout modèl fanm épi tout kalité chivé, ou té pou di yo ay chèché sav sa ki té Frantz Fanon épi Thomas Sankara avan ou kraché anlè yo. Sé sa sé jenn fanm nou-an bizwen lè sé an nonm ka palé di an bagay li-menm pa viv.
cherrylane | 29/09/2015 - 11:09 :
Cher Choupinet, (oui « choupinet » car devant tant de fiel, je choisis le chemin inverse, genre « amour de mon prochain » tu vois…) Je vais essayer de mettre de côté le côté injurieux et misogyne de l’article, pour ne parler que du fond… Alors comme ça, toi, grand sociologue tu as ainsi croisé toutes les nappy antillaises, et peut ainsi affirmer qu’elles sont toutes non seulement incultes mais aussi acculturées… Le mouvement « nappy » n’avait pas eu pour intention de créer ou d’inventer quelque chose de nouveau. Ce que tu liras le plus concernant ce mouvement, c’est le terme de « réappropriation ». Que des gens considèrent comme totalement normal de passer par la case défrisage ou lissage pour être socialement acceptable (vie professionnelle, amoureuse et autre) , que le cheveu crépu soit dénigré dans la culture populaire (« chivé jex » etc…) ce sont des choses que les femmes noires se mettent à refuser. Non, la problématique du cheveux crépu n’a pas été résolue dans les années 60-70 comme tu sembles le croire…. La preuve la plus visible étant le défrisage massif et quasi systématique de la femme noire, qui a repris de plus belle après ces années de « black is beautiful » . S’il avait été question de porter ses cheveux crépus sans que cela ne fusse une injure à la norme, sans que ta maman aille te dire « ay penyen », et que les copains ne mettent à la fête tes ti-zeros, sans palir d’envie devant la petite voisine aux cheveux métissés, alors oui, ton texte, aurait peut-etre eu un sens… (encore que..) Mais porter ses cheveux crépus dans les années 2000 n’a jamais été naturel, et les femmes ont du braver le regard des autres pr le faire. Braver le regard des autres pr porter ses propres cheveux… Allo ?? Et voici le non-sens dans lequel nous étions tombées. Pour 10 femmes « nappy » que tu croiseras dans la rue, tu n’en trouveras pas deux qui te fourniront la même raison. Certaines te parleront de beauté, d’autres de praticité, d’autres d’identité et d’autres d’effet de mode… Mais au final, peu importe la raison, tant que le cheveu est porté sans complexe, je dis AMEN… Tu es qui pour préjuger de la valeur de la femme qui porte son cheveu naturel ? Que connais-tu de son histoire et de ses aspirations… J’ai envie de te dire « ti bolonm pa rété la », mais comme je t’ai déjà prêté bcp d’attention avec mon gros message et que j’avais dit que j’étais cordiale, la « demi-couyonnes » que je suis te salue et te renvoie vers le livre de Smeralda « cheveu crépu, histoire d’une aliénation ». Mais attention, il faudra réfléchir un peu pour le lire, désolée :-(
Evemarie972 | 29/09/2015 - 11:34 :
J'ai créé un compte sur le site spécialement pour répondre (d'ailleurs peut-être était-ce le but, si c'est ça bien joué !). Autant l'article pour moi l'article est d'un vide sans nom, si bien que je m'en suis voulu d'avoir perdu ces 5 précieuses minutes de mon temps). Autant les commentaires ont sauvé la publication et m'ont enchanté. Merci à vous, vous avez tout dit.
delphineaqua | 29/09/2015 - 18:39 :
Je suis bien triste de constater tant de méprise sur le courant nappy Je suis nappy oui je porte mes cheveux au naturel et pourtant je ne roule ni en 4*4 ni ne porte des louboutin Et pourtant dans ma bibliothèque on retrouve du Césaire du Chamoiseau du Confiant le grand livre qui parle de l’histoire des noirs de France mais aussi le livre qui parle des grandes femmes de la martinique et les cahiers du patrimoine Et avant toute chose je suis fière de porter mes cheveux non défrisé Combien de fois je suis rentré en Martinique avec ma touffe de cheveux non défrisé ou on m’a regardé avec de gros yeux Une fois je les ai lissés avec des plaques et bizarrement tout le monde m’a trouvé tout de suite plus classe plus jolie j’ai été choqué je me suis demandé si la norme était vraiment aux cheveux lisse Le soir je suis rentré chez moi passage sous la douche et retour aux frisettes Et le pire c’est que ça me fait mal au cœur de voir une fillette dire à sa maman je n’aime pas mes cheveux parce qu’ils ne sont pas raide comme les autres Cette enfant n’a que six ans et est déjà complexé par ses cheveux frisés qui sont magnifique parce que tout ce qu’elle voit est raide Etre nappy n’est pas juste un truc de riche c’est avant tout oser porter son jex ou ses frisettes sans craindre le regard des autres Alors peut être que le courant nappy n’a pas de revendication politique comme du temps du black power Mais c’est avant tout une réappropriation de sa chevelure Se dire nappy c’est avant tout chose oser ne plus se défriser les cheveux c’est oser montrer aux petites filles que la norme de beauté c’est tous les types de cheveux quel que soit leur texture Que ça soit par pur fainéantise ou parce qu’on est fier de son jex et de ses boucles ou bien parce que c’est la mode Le courant nappy a permis de voir la photo d’une femme blanche avec une afro et un mode d’emploi pour comment faire une afro sur des cheveux raides De plus c’est grâce à ce courant que enfin on commence à proposer aux femmes noires quel que soit leurs origine des produits plus adapté car ce courant a permis fait ressortir aux yeux du monde que la femme noir est capable de s’aimer telle quelle est sans chercher à ressembler à une blanche Et vous savez quoi je suis fière d’être une nappy

Pages