Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Antoine Gallimard clame l'urgence de la réouverture des librairies

Gariépy Raphaël
Antoine Gallimard clame l'urgence de la réouverture des librairies

Dans un entretien donné à France Info, Antoine Gallimard s’est exprimé au sujet de la crise que traverse la chaîne du livre dans son ensemble. Le PDG de Madrigall affirme avoir perdu 90 % de son chiffre d’affaires et prévoit une réduction des parutions de l’ordre de 40 %. Pour lui, les librairies doivent rouvrir le 11 mai : elles sont « le poumon » du secteur de l’édition.

Le monde de l’édition est particulièrement touché par la crise du coronavirus, notamment en raison de la fermeture des librairies depuis le 14 mars dernier. Pour Antoine Gallimard, « les conséquences ne sont pas simplement la disparition d’un mois et demi de chiffre d’affaires, cela va beaucoup plus loin. Le monde de l’édition, c’est presque 25.000 salariés. Avec les imprimeurs papier et les distributeurs, on arrive à 50.000. C’est tout ce monde-là qui est bloqué. »

L’éditeur estime avoir perdu 90 % de son chiffre d’affaires, ce qui laisse même présager une baisse de 30 % sur l’année complète, précise-t-il à France Info.

Tous les secteurs sont ainsi touchés, notamment « les maillons les plus faibles » de la chaîne du livre : libraires et éditeur indépendants. Le métier d’éditeur est selon le PDG « en convalescence » pour le moment, et le dispositif d’aide en train d’être mis en place devra sûrement exister jusqu’à la fin de l’année.

Un appel qui trouve écho aux propos du ministre de la Culture, ce matin sur France Inter : pour Franck Riester, « l’une des priorités est de rouvrir le plus rapidement possible les librairies ». Selon le locataire de Valois, les Français doivent pouvoir acheter des livres rapidement de nouveau. Et de lister les solutions de soutien qui leur sont accordées.

Le Syndicat de la librairie française évoquait également la réouverture en soulignant qu’il fallait « tenir compte des spécificités des commerces (superficie, étages, entrées uniques ou multiples...) et déterminer les équipements sanitaires obligatoires ou recommandés pour les salariés comme pour les clients ».

Plus encore, définir « les modalités d’approvisionnement en équipements sanitaires (masques, gel, gants, vitres de protection...). Si l’obligation de porter un masque semble certaine, faudra-t-il également porter des gants ? Faudra-t-il en fournir aux clients ? Faudra-t-il disposer du gel hydroalcoolique à l’entrée de chaque magasin, équiper les caisses de vitres ? Si oui, comment se les procurer alors que la pénurie de ces produits est encore forte ? »

Seul point positif pour Antoine Gallimard, dans cette tourmente, l’explosion des ventes du numérique : « Nous avons vendu par exemple depuis le début du confinement autour de 20 000 exemplaires de La Peste de Camus, dont 10.000 en numérique » une occasion de toucher un nouveau public, quitte à sortir les ouvrages en papier plus tard.

La date du 11 mai avancée pour la fin du confinement rimera-t-elle avec la réouverture des librairies ? Pour l'heure, le ministère de la Culture n'a pas apporté de précisions. « Le Président a donné 15 jours au gouvernement pour travailler aux modalités de déconfinement », assurait simplement la rue de Valois à ActuaLitté. les librairies doivent rouvrir le 11 mai : elles sont « le poumon » du secteur de l’édition.

Post-scriptum: 
ActuaLitté, CC BY SA 2.0

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages