Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Asiparé jis madigwàn ka pwan fè adan bankoulélé viris-tala

Asiparé jis madigwàn ka pwan fè adan bankoulélé viris-tala

 Pèsonn pa ka chonjé yo men asiparé sé madigwàn panyol la ka pwan bon fè dépi zafè koronaviris-la pété atè Matinik.

 Yo sitelman ka pwan fè ki lanméri ek dives asosiyasion blijé ba yo an pal pou sa manjé pis anlo adan yo ni timanmay ki kay lékol épi yo ni loyé pou péyé tou. Nou ni labitid tiré méprizasion ba sé fanm-tala lè nou ka pasé abò loto klimatizé nou ek nou ka wè yo doubout anlè sé totwè-a bonmaten-an-midi-oswè, men fok sav ki sé malérez ki la. Sé moun ki té ka sibi bon mizè nan péyi-yo ek ki désidé chapé pou wè es yo té ké pé trapé an lavi pli méyè an péyi-andéwò.
 Epi salopté koronaviris-la, kliyan pa ka vini wè yo ankò ek sa ka fè pasé kat mwa sa ka diré pis chonjé ki gouvelman té ankazé nou pannan pres dé mwa. San menm palé di sé madigwàn-la ki malad  laek ki bizwen wè doktè oben ay lopital pou trapé swen oben menm opéré ! Lanmizè-tala, lanmizè sé fanm-tala anba zié-nou ek fè konsidiré nou pa ka wè'y, sé an konpowtasion lapia ki la.
 Tout fanm sé fanm, menm sa ki blijé vann kò-yo pou sa dépri kò-yo ek swen yich-yo. 

Commentaires

Michel P. | 04/09/2020 - 19:47 :
La pandémie restreint la prostitution, les clients se faisant rares et certaines prostituées s’étant retirées, par crainte de la contagion. Il en résulte un manque à gagner évident pour ces dernières. La ville et les associations spécialisées peuvent en juger valablement. Pour ma part, je me borne à constater une évolution visible par tous. Il y a quelques années, les trottoirs de certains quartiers étaient envahis de prostituées étrangères, venues seules pour se faire de l’argent. Si le phénomène existe toujours, c’est sans commune mesure. Pour diverses raisons, dont la "crise" qui fait que l’argent circule moins. De ce point de vue, la Martinique n'est plus attractive. Il y a aussi le contrôle accru aux frontières, la lutte contre le "proxénétisme hôtelier", la pénalisation des clients, etc. Aujourd’hui, bon nombre des prostituées qui demeurent sont avec leurs enfants, voire leur compagnon. Elles ont une carte de séjour et certaines sont devenues françaises. Toutes bénéficient des aides de la République pour la scolarité des enfants, la santé, etc. L’espoir possible est que la pandémie accélère leur conversion, avec l’aide des associations et des services compétents, ce qui reste quand même l’objectif ! Enfin, j’ajouterai que ce n'est pas forcément la misère qui conduit des étrangères à se prostituer en Martinique, mais plutôt une situation médiocre, bloquée, sans perspective d’amélioration. Alors même qu'elles viennent de grands pays indépendants, "décolonisés" depuis des lustres.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages