Accueil

Au nom de ma grand-mère et des femmes africaines

Olivier MUKUNA
Au nom de ma grand-mère et des femmes africaines

Au siècle dernier, au début des années 30, une jeune femme du Kasaï (Congo) avait fait un beau mariage avec un brillant professeur. Elle attendit ensuite "un heureux évènement". Elle fît une fausse couche. L'année suivante, à nouveau enceinte, elle perdit le bébé avant terme. L'année d'après, le troisième enfant naquit et mourut quelques semaines plus tard. Le suivant, également. Les deux années d'après, la même tragédie...

Ainsi, sur 7 années consécutives, cette femme fût 6 fois enceinte et les a tous perdu. A sa septième grossesse, l'enfant survécu, grandit et vit aujourd'hui à Kinshasa. A la huitième, en l'année 1940, l'enfant survécu également, grandit et vit aujourd'hui entre l'Europe et l'Afrique. Cette femme merveilleuse, au courage phénoménal, aujourd'hui disparue, c'était ma grand-mère. Ses deux enfants : mon oncle et mon père. 

 

Alors, tu vois petit Macron, au nom de ma grand-mère et des femmes africaines qui repeuplent un continent que tes aïeux ont assassiné de mille et une manière dont la mortalité infantile : je t'emmerde toi, ta négrophobie, ton néofascisme managérial et ton cynisme criminel d'ordure colonialiste !
 

Olivier Mukuna 
Le 14 juillet 2017.

Pages