Accueil

AUSSI BÊTE QU'INNOCENT ? SI C'EST FINKIEL QUI LE DIT, RIEN N'EST MOINS SÛR...

M. Finkelkraut est un petit coquet : il n'assume pas tout ce qu'on lui fait dire, et il veut bien reconnaître qu'il lui arrive de dire des choses [bêtes et innocentes->http://www.plumenclume.net/textes/2008/zoe/loismemorielles/finkiel1.htm]. Oh le coquin ! Mais on ne rigolera pas longtemps à ses dépens, car il a un axiome tout à fait sérieux (plus le droit de rire, à partir d'ici) : l'État d'Israël n'est pas plus criminel qu'un autre. Priver un peuple de son territoire, de ses ressources, de sa légitimité, de son histoire, ce n'est pas criminel, non, et ce par des manœuvres frauduleuses financées par des maffieux de l'Occident impérialiste, ce n'est pas criminel. Pire : c'est notre devoir de défendre le dit État, parce que s'il n'est pas unique par son degré de criminalité, il est bien unique, incomparable et indispensable à l'humanité toute entière, point. En effet, comme nul ne l'ignore, l'État d'Israël repose sur l'idée de réparation des malheurs de certains. Que c'est beau, quel humanisme ! Mais pour Finkielcroit, il y a des malheurs plus uniques que d'autres : la shoah est pour les siècles des siècles un phénomène unique, caractérisé par l'emploi unique de chambres à gaz uniques, voir [sa crâneuse emphase sans faille pour endoctriner les députés->http://www.plumenclume.net/textes/2008/zoe/loismemorielles/finkiel1.htm]. À partir de là, il n'y a pas lieu de s'étonner qu'il soit bien empêtré, comme les parlementaires qui se confondent en génuflexions devant lui, pour régler la question des lois mémorielles. Celles-ci ont en effet un tort extrêmement grave : relativiser l'unicité de... vous savez quoi, etc., etc.

Notre gouvernement n'envisageant sous aucun prétexte de contester l'unicité du génie de M. Finkielkoi, hypothèse qui repose exclusivement sur l'axiome de l'unicité de vous savez quoi, dont découlerait l'obligation de défendre les intérêts israéliens avant tout et par dessus tout, cette nouvelle mascarade des larbins de l'État d'Israël ne peut déboucher sur rien.

Pourquoi la commission parlementaire ne nous consulte-t-elle pas ? Nous lui expliquerions plusieurs choses :

-- Chaque communauté n'a de mémoire que de ses souffrances et de ses hauts faits, comme les individus. Et la mémoire, ça se travaille, les professionnels de l'industrie de l'Holocauste le savent ! Au moment où les Africains et descendants d'Africains viennent massivement revitaliser l'économie, la démographie, la culture, la médecine, les sciences de la nature, le sport, la religiosité et l'humour de la France, où est-il, l'enseignement des grandeurs de l'Afrique et des Africains ? Le déficit est là, béant, et dans ce déséquilibre, incubent les pires réactions animales, vivement encouragées par M. Finkielkloac, celui-là même qui prêchait il n'y a pas si longtemps l'union de "David, Kader et Sébastien" contre les nazis-noirs-antisémites que fabrique son imagination... aussi supérieure que soi-disant unique, comme de juste. Nous disons qu'il est criminel d'encourager l'arrogance blanchiste dans une société qui connaît une métamorphose aussi grandiose que délicate, ce que fait constamment M. Finkielkraut, qui en cela n'est certes pas unique, puisqu'il épouse la logique de toute la racaille israélienne qu'il admire.

-- Au moment où les souchiens voient leur créativité totalement étouffée par l'obligation du culte unique de la mémoire unique d'un peuple unique, et la confiscation des postes de responsabilité par les prêtres héréditaires du dit culte, assistés par quelques larbins honteux, seuls ceux qui viennent d'ailleurs fabriquent en ce moment de la culture française vivante, en s'asseyant allègrement sur les dogmes shoateux, qui les laissent indifférents, tout simplement, car ce n'est pas leur mémoire à eux, ils ont assez de [fantômes perso à gérer->http://www.plumenclume.net/textes/2007/hnegres291007.htm].

-- Les Africains et descendants d'Africains ont un heureux caractère : ils n'en ont rien à faire, du culte de leurs souffrances, contrairement à ce qu'imagine le seigneur Finkielfolklo. Ce ne sont pas des mendiants de compassion hypocrite. Mais par contre ils se battent et se battront contre la tyrannie d'une oligarchie qui refuse de leur reconnaître les droits qu'elle se prodigue largement. [Louis Sala-Molins pose la question->http://www.plumenclume.net/textes/2008/zoe/salamolins-300808.htm] : peut-on, du point de vue juridique, ne pas réparer ? Non, on ne peut pas, c'est tout, à moins de revenir sur la notion de "crime imprescriptible". Ce n'est pas une affaire de mémoire, mais de droit.

Tant que M. Finkiel K. et consorts refuseront de revenir au terrain du droit, il n'y aura pas de négociation possible, ni de solution au casse-tête des lois dites mémorielles. Et les Français de toutes origines et de toute confession continueront à créer sans ces gens-là la mémoire de leur grandeur. Cette grandeur, c'est celle des gens qui ont un idéal diamétralement opposé à l'escroquerie criminelle de l'État dIsraël. C'est bizarre, 260 000 personnes qui se déplacent pour Benoît XVI, dont une quantité immense de descendants d'Africains et d'Africains en plein travail créatif pour vivifier la culture de la France. Non, petit Finky, contrairement à vos désirs monstrueux, ce ne sont pas du tout des "post-chrétiens" qui peuplent la France, et qui seraient naturellement aussi soumis à votre arrogance qu'une poignée de parlementaires. Ce sont des croyants, figurez-vous, de confession variée, dont une bonne partie qui, traditionnellement en pointe pour ce qui est de l'esprit critique occidental, croient d'abord aux gens qui prouvent leur foi en protégeant les déshérités, comme un certain abbé Pierre, par exemple. Tandis que d'autres continuent à aimer les incarnations que leurs ancêtres ont donné à Dieu, et donnent des gages d'endurance et de loyauté sans tricherie envers leur tradition, en respectant le ramadan. Et que d'autres encore, moins visibles, maintiennent la boussole de leur éthique en gardant fidélité à d'autres traditions encore. Les traditions et leurs grandeurs se rejoignent toutes à un niveau secret, celui où se réalisent les mariages féconds, les pactes sexués entre personnes que les catégories sociologiques voudraient emmurer dans une identité stérile. Tous, ils sont déjà visiblement unis dans leur recherche d'idéal par la nouvelle chanson française et en français, qui s'appelle le rap, ne vous déplaise, ô Finko!, et par une [méfiance par principe de tout ce que vous pourrez proférer->http://www.plumenclume.net/textes/2007/poirierfinkelkraut2007.htm], que vous l'assumiez ou non: vous avez fait vos preuves!

Vous espérez continuer à régner en glissant le poignard de la division parmi ceux qui vous démasquent. Mais vos bassesses hautaines continueront à nous faire bien rire...

Commentaires

arf | 04/10/2008 - 19:27 :
Franchement votre article est désagréable et improductif. "L'état d'Israël n'est pas plus criminel qu'un autre". De fait Israël est tombé progressivement dans la banalité des états qui refusent leurs droits légitimes à certains des peuples qui les habitent : Turquie (Kurdes), Chine (Tibétains et autres), Soudan (chrétiens), Espagne-France (Basques), Autralie (Aborigènes), etc. Tous ces états ont néanmoins leurs patriotes, souvent d'autant plus qu'ils n'y habitent pas. Vos invectives ne peuvent que renforcer cela. "La shoah est pour les siècles des siècles un phénomène unique." Eh bien, il faut l'espérer, non ? De fait elle a été précédée et suivie de massacres horribles, plus ou moins exhaustifs, à plus ou moins grande échelle. Mais elle a ceci d'unique pour nous que ce sont nos parents qui l'ont subie, pas nos ancêtres ou nos descendants plus ou moins lointains et anonymes. De plus, elle est amplement documentée par un des plus éminents des "peuples du livre", et a donné lieu de ce fait à un grand nombre d'oeuvres absolument fascinantes et déchirantes. Par exemple, les gitans ont subi la même chose au même moment, mais personne n'en a rien à foutre (sauf eux, peut-être, cela semble ressortir dans de rares documents) parce qu'ils ont subi ça en silence : pas de devoir de mémoire pour eux. Quand (comme moi) vous êtes exposé à cette littérature de la Shoah, et qu'en plus votre propre famille y a laissé "des plumes", surtout si vous êtes un lecteur exceptionnel (en quantité et en qualité) comme Alain Finkielkraut, vous êtes marqué à vie, c'est comme ça. Si vous êtes un homme public, ça s'entend, et vous avez tort de le lui reprocher, surtout sur un site comme Montray Kréyol, dont l'entretien de la mémoire de ses propres blessures est un des "fonds de commerce" (vous parlez bien d'"industrie de la Shoah"). "génie de M. Finkielkoi" Cette façon de déformer le nom de votre adversaire est un procédé typiquement antisémite (cultivé avec talent par Céline dans ses pamphlets antisémites), en êtes-vous consciente ? Quand au génie de AF, il n'y a que vous pour évoquer une hypothèse aussi loufoque. Personne ne le prend pour un génie, et je l'ai suffisamment écouté sur France-Culture, semaine après semaine, pendant des années, pour affirmer que lui non plus. En revanche, il est certain qu'il se prend au sérieux, et qu'il est assez imbus de lui-même. Mais il est effectivement assez appliqué, et ça n'est pas de sa faute si avec l'âge il fait de plus en plus partie des meubles culturels de la France. Ecoutez-le, et vous verrez qu'il n'est d'ailleurs pas sans mérite : il lit de bons auteurs, avec une grande attention, il prend bien ses notes, et restitue tout cela avec intelligence et ferveur. Il y croit, il s'y croit un peu aussi, il devient aussi de plus en plus réactionnaire, mais c'est qu'il n'est plus tout jeune, et il subit là visiblement un sort assez commun. Songez au trajet en ce domaine de Régis Debray, qui n'est pourtant ni juif (que je sache), ni bête non plus ! "obligation du culte unique de la mémoire unique d’un peuple unique" Pfff... faites-en autant, si vous le pouvez. Actuellement les juifs tiennent effectivement une place dans la culture et autres domaines plus importante que leur part démographique. Et alors ? Chacun sait que dans les écoles (américaines au moins) ce sont les asiatiques qui sont et de loin les meilleurs. C'est probablement lié à leur façon d'élever les enfants, comme les blagues sur les mères juives le laissent penser. Faites-en autant si vous pouvez, c'est tout ce qu'il y a à dire et à redire sur un sujet comme ça. Bourdieu, Passeron, et Chamboredon, dans les années 70, devinrent célèbres par leur livre La reproduction, sur la reproduction des élites sociales, en dépit des discours égalitaires du système scolaire. C'est comme ça. Il y a 30 ans, un de mes collègues s'insurgeait contre l'inégalité de destin scolaire entre les enfants qui ont eu des livres à la maison (dont moi), et les autres (dont lui), et le résultat : j'étais plus diplômé, plus gradé, mieux payé que lui, alors que je n'étais en somme pas meilleur. Il faut interdire les livres à la maison ? "Louis Sala-Molins pose la question : peut-on, du point de vue juridique, ne pas réparer ? Non, on ne peut pas" Re-pfff... Louis Sala-Molins, pour une raison qui m'échappe de la part d'un esprit si distingué (et manifestement supérieur au mien, je le dis tout de go), déconne évidemment sur ce sujet. Vous n'aurez pas un sou. Je ne dis pas que vous ne devriez pas avoir quelque chose, par exemple un effort particulier de la métropole en faveur des DOM-TOM dans les domaines de l'école, de l'ordre public, de l'environnement, de l'investissement à but autre que d'évasion fiscale... Je dis simplement que vous n'aurez rien de plus que ce que vous avez déjà, et que, pour ce que j'en ai vu, vous n'utilisez pas tellement bien. D'abord il n'y aura pas de majorité électorale ou de pouvoirs d'influence pour l'obtenir, ensuite il n'y aura que de moins en moins de sous à gaspiller pour que vous cessiez d'emm... les pouvoirs publics au point qu'ils aient envie de vous calmer et arrosant un peu vos petits coins du monde : on va avoir tellement d'ennuis chez nous qu'on n'aura plus ce genre de ressources. Désolé, mais je crois que vous allez devoir vous débrouiller tout seul. La lecture fréquente de votre site me fait penser que vous avez de nombreuses ressources et richesses humaines mobilisables... Cultiver un antisémitisme de concurrence mémorielle ne vous y aidera certainement pas. Tiens, je vais regarder Amistad ce soir de Steven Spielberg (pas de bol pour vous : encore un juif...). Cordialement

Pages