Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

BARACK OBAMA CRUCIFIE LE PEUPLE PALESTINIEN

Le 29 novembre prochain, Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, présentera devant l’Assemblée générale de l’ONU une demande d’adhésion de son « pays » en tant qu’ « état non-membre ». « Pays » entre guillemets parce qu’en 1948, lors de la création de l’Etat d’Israël, des centaines de milliers de Palestiniens furent expulsés de leur terre natale vers les pays voisins (Syrie, Jordanie, Liban etc.) où depuis ils croupissent dans des camps de réfugiés.

Ils se sont donc retrouvés apatrides, cela avec la complicité active de l’Europe et des Etats-Unis alors qu’ils n’y étaient pour rien dans les malheurs vécus par le peuple hébreu en terre chrétienne depuis 2.000 ans, malheurs qui ont atteint leur zénith avec le nazisme.

Refusant cette expulsion-colonisation, les Palestiniens se sont dotés d’organisations de libération dont les plus actives furent l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine) dirigée par Yaser Arafat et le FDLP (Front de Libération de la Palestine) dirigée par Georges Habache. Trente ans durant ces combattants de la liberté se sont opposés les armes à la main à l’armée sionistes lourdement armée par l’Occident. Des dizaines de milliers de morts et des centaines de milliers de blessés plus tard, Israël a dû se résoudre à accepter la création d’une autorité palestinienne sur la Cisjordanie et la bande de Gaza, territoires qui, soit dit en passant, ne représentent que 30% de la Palestine historique. Il s’agissait là d’une concession extraordinaire de la part des Palestiniens dont la plupart acceptaient de facto de ne plus pouvoir revenir dans leurs villages et villes d’origine. L’objectif de cette « paix » sous contrôle étasunien et avec la bénédiction européenne était d’aboutir à moyen terme à la création de deux états, l’un israélien, l’autre palestinien. Or, Israël a tout fait pour empêcher cette création et pire, a multiplié les colonies illégales en Cisjordanie (300.000 colons aujourd’hui !), mitant ainsi la peau de chagrin qu’est la Palestine actuelle et rendant chaque jour plus improbable la création d’un état palestinien.

S’agissant de l’Autorité palestinienne, il convient de rappeler qu’elle a moins de pouvoir qu’un bantoustan dans l’Afrique du Sud de l’Apartheid. L’armée israélienne quadrille la Cisjordanie, a installé des check-points partout et contrôle manu militari les déplacements des Palestiniens. Quant à Gaza, d’où Israël, a été obligée de se retirer car elle ne parvenait pas à la contrôler, cette frange côtière, peuplée d’un million et demi de Palestiniens, subit un blocus féroce de la part des Israéliens puisqu’il lui est interdit de posséder un port et aéroport, toutes les approvisionnements devant au préalable transiter par Israël. Ce dernier ne se gêne pas pour étrangler Gaza de temps à autre, ce qui a déclenché une riposte armée à laquelle les sionistes répondent avec une sauvagerie inouïe comme lors de l’opération « Plomb durci » en décembre 2008 au cours de laquelle ils détruisirent des écoles de l’ONU, l’Université islamique de Gaza, des immeubles administratifs, des hôpitaux, des routes et même des…cimetières. Plus de 500 morts et 1.400 blessés palestiniens en seulement un mois, parmi lesquels bon nombre d’enfants.

De guerre lasse, face à l’agression colonialiste permanente d’Israël, face à l’hypocrisie de l’Europe et au cynisme des Etats-Unis, le président de l’Autorité palestinienne tente d’abattre une ultime carte : demander que son « pays » devienne un « état non-membre » de l’ONU.

Barack Obama, le président des Etats-Unis, vient de lui faire savoir qu’il était opposé à cette demande et qu’il voterait contre. Obama, le président « Noir » des Etats-Unis…

Ce faisant Barack Cohen Obama crucifie le peuple palestinien…

Pages