Accueil

BREF SOUVENIR DE THIERRY CAILLE

Francesca Palli

Thierry n’est plus de ce monde, la nouvelle imprévue m’a frappée même si au fond je l’attendais.

La majorité des lecteurs de Montray n’a de lui probablement qu’une image très partielle; avec ses mots, je voudrais montrer un autre côté de cet homme complexe et souffrant.

Après un très long silence, le 11 mai, il m’avait brièvement écrit:

« Chère Francesca,

Voici un nouveau poème pour Montray. Ici c'est le printemps, tout revit, je revis.

Bises”

J’avais préparé le poème dédié à Raphaël Confiant avec affection; après des heures de réflexion, parmi mes photos, une me sembla enfin représenter mieux les pensées de Thierry.

Le premier juin arriva son dernier texte pour Montray « «Rue des Syriens» ou la perfection d'un style d'écriture … », je l’ai publié aussi sur Potomitan, il l’avait su mais depuis aucun signe n’arriva, j'étais un peu inquiète puisqu'il n'avait pas répondu à mon dernier mail.

Nous nous sommes rencontrés sur la toile, suite au décès de Pierre Papaya. Raphaël Confiant m’avait demandé de donner un coup de main à la mise en ligne de Montraykreyol, Thierry m’envoyant ses premiers textes avait spécifié :

« Comme promis dans mon précédent mail, voici les textes que publiait Pierre le lundi matin accompagné chacun d'une photo. L'ordre des textes et des photos est de 1i à 1n et la classification des photos correspond à cet ordre 1i à 1n.

Je vous remercie d'apporter le même soin dans la mise en ligne que Pierre, soit le respect de la "graphie" »

Heureusement il fut tout de suite satisfait de mon travail, même si j’avais dû lui dire que je n’aurais pas pu faire exactement ce qu’il souhaitait, puisque ça demandait trop de temps que je n’avais pas.

Peu après il se présenta à moi:

 «Je me présenterai succinctement. Je suis un ingénieur français en agronomie, (formation mathématiques et biologie) qui ne fait aujourd'hui que de la production cartographique sur le logiciel MAPINFO pour une Direction Départementale du Ministère de l'Agriculture. J'ai vécu 4 ans à la Martinique. Bien des années après j'ai adressé un texte extrait d'un recueil de poésie, destiné à Aimé Césaire, à Raphaël Confiant. Ce dernier, m'a immédiatement demandé si j'accepterais de tenir un bloc-notes sur un site au nom de MONTRAY KREYOL. Nous étions en 2007 soit près de 10 ans après mon retour de Martinique. Mais j'admirais la langue de Confiant et surtout je trouvais dans ses romans l'illustration d'une Martinique que je n'ai pas connue, celle d'avant les années 60-70 et dont j'avais rêvé. J'ai accepté. Mais je ne parle pas un mot de créole. J'ai rencontré Raphaël quelques heures en 2008 à Fort-de-France. Je n'ai jamais vu Pierre  Papaya, mais nous nous sommes liés d'abord  pour la mise en ligne de mes textes puis, un jour, je lui ai téléphoné et nous avons eu d'autres rapports très amicaux et à caractère privé. En 2 ans je me suis lié à toute l'équipe rédactionnelle. J'entretiens surtout une correspondance avec Raphaël Confiant, et c'est à sa demande, contre mon gré un peu, au début, que j'ai entrepris d'écrire Une chronique de la lagune, racontant mon expérience africaine, ce qui après la partie narrative que vous possédez va me demander beaucoup de travail de recherche. Bien sûr en dehors de mes heures de travail pour le Ministère. Je vis seul mais j'ai épousé une jeune ivoirienne qui sera auprès de moi en mars. Je ne suis pas écrivain, j'ai écrit quelques poèmes qui ont plu à Césaire. Jeune, j'étais un excellent analyste en mathématiques et passionné de chimie, surtout la chimie des particules, mais je ne suis plus l'actualité des travaux dans ce domaine hélas. J'ai 50 ans. Je vis dans le Sud Ouest de la France, au-dessous de Bordeaux.

Que vous dire d'autre? J'aime les antillais et les africains, le monde noir. Mais mon approche n'est pas la même que la vôtre. La mienne est sans doute moins scientifique, plus politique, plus combattante. Puisque j'ai aussi écrit des textes sur le conflit en Palestine, qui a un lien avec la Martinique, le colonialisme.

Je souhaite que cette collaboration que vous dites provisoire avec le site MONTRAY KREYOL, nous permette toutefois, quelques échanges.

Cordialement, en mémoire de Pierre qui était l'ami simple de tous. »

Son souhait devînt réalité, presque tout ce qu’il publia sur Montray après le décès de Pierre passa par mes mains et ça nous donna l’opportunité d’échanger beaucoup, il me confia ses souffrances, son vécu,…

Il apprécia beaucoup l’espace que je lui ouvris sur Potomitan; j’ai encore une centaine de ses documents sur mon ordinateur, il les avait accompagnés avec ces mots :

« Francesca,

Ton travail est de grande qualité donc sans doute très exigeant en temps. Pour ce qui concerne les 100 textes que je t'ai envoyés, il n'y a pas que des poèmes. C'est très diversifié. Tu as toute la vie pour faire ce travail. Et même si je mourrais demain cela me serait égal. Prends ton temps à ton rythme. Je ne veux en rien te bousculer.
Bon courage
Amitiés
Thierry »

Mon hommage à Thierry, sera de publier encore quelques textes parmi la centaine qu’il m’avait consigné.

Son âme a trouvé la paix,
Francesca

 

Pages