Accueil

CEREGMIA : Serge Letchimy mouillé dans le scandale des archives régionales

CEREGMIA : Serge Letchimy mouillé dans le scandale des archives régionales

   On comprend mieux maintenant pourquoi Serge LETCHIMY, président du PPM et président de l'ex-Conseil régional défendait mordicus Fred CELIMENE lorsque le scandale du CEREGMIA et le détournement de 14 millions d'euros au détriment de l'Université des Antilles ont éclaté au grand jour. En effet, S. LETCHIMY et son compère Victorin LUREL, président du Conseil régional de Guadeloupe et responsable des fonds européens pour la Caraïbe, dits INTERREG, ont tout fait pour protéger celui qui était à l'époque le directeur du CEREGMIA. Jusqu'à ce LUREL, mesurant sans doute le danger pour lui, finisse par déclarer à la radio que "Serge LETCHIMY vient souvent en Guadeloupe défendre le CEREGMIA" avant carrément de s'écrier en pleine Assemblée nationale, à Paris, lors du débat sur l'ordonnance de création de l'Université des Antilles : "Les mafieux du CEREGMIA, qu'ils aillent en taule !".

   Fred CELIMENE est depuis longtemps membre du PPM même s'il ne se met jamais en avant, technique qu'il a rodée depuis des lustres au sein de l'Université où cela lui avait toujours réussi jusqu'à ce que 2 rapports de la Cour des Comptes, 1 du Sénat et 1 de l'IGANER lui tombent sur le nez et mettent en lumière ses turpitudes. Et qu'il soit finalement révoqué par le CNESER ! Décision récemment cassée par le Conseil d'état pour des questions juridiques et aucunement sur  le fond du dossier, le Conseil d'état ne jugeant jamais sur le fond. Le trio du CEREGMIA repassera donc le 09 avril prochain devant le CNESER, mais malheureusement la nouvelle gouvernance a renvoyé l'avocate de l'Université qui connaissait le dossier pour en embaucher un autre qui a le culot de parler "d'apaisement". Le pire est donc prévisible....

   Pour en revenir à l'affaire des archives régionales, c'est FRANCE-ANTILLES, dans son édition du samedi 10 mars qui a révélé que Fred CELIMENE et Pascal SAFFACHE avaient été mis en examen par la juge d'instruction en charge du dossier pour "recel et complicité de recel" pour avoir signé une convention, sous le nom de "UAG-CEREGMIA", avec le Conseil régional et donc son président Serge LETCHIMY.  Il s'agissait pour le CEREGMIA de numériser les archives régionales, chose à laquelle s'était opposé, à l'époque, le directeur des archives régionales, qui avait présenté sa démission à LETCHIMY qui l'avait refusée. Or, cette convention est totalement illégale car comme elle dépasse 90.000 euros, il aurait obligatoirement fallu faire un appel d'offres. Qui va nous faire croire que le député Serge LETCHIMY, élu pour voter les lois à l'Assemblée nationale, ne le savait pas ? En tout cas, le CEREGMIA a empoché 160.000 euros dans cette affaire, mais__tenez-vous bien !__, pas 1 seule page d'archives régionales n'a été numérisée et pourtant S. LETCHIMY n'a absolument rien dit !

   Vous avez dit bizarre ?

   Comment ces messieurs-dames disent-ils déjà ? Ah oui : "il faut laisser la justice faire son travail !"...

Image: 

Pages