Accueil

Ces images que CNN et les télés occidentales ne montrent que furtivement...

Ces images que CNN et les télés occidentales ne montrent que furtivement...

   Tôt ou tard, la vérité se saura quant à la prétendue "révélation" par la télé étasunienne CNN de pratiques esclavagistes en Libye à l'encontre des migrants d'Afrique noire. Car d'une part, ces pratiques sont anciennes, ancestrales mêmes, et c'est Mouamar KHADAFI, assassiné par la France, qui y avait mis fin. S'il n'est pas question de nier lesdites pratiques ou de les minimiser ni non plus de ne pas voir la négrophobie, tantôt latente tantôt ouverte, qui règne dans les pays arabes, il ne faut pas se laisser abuser non plus par les médias occidentaux.

   Le vrai problème, en effet, c'est l'exode de dizaines de milliers de Sénégalais, Maliens, Tchadiens, Burkinabé, Camerounais ou Congolais qui veulent à tout prix rejoindre l'Europe parce que cette dernière en exploitant férocement leurs pays les a rendus invivables. La Libye ne porte aucune responsabilité dans l'exploitation des richesses africaines par les grandes compagnies occidentales ni n'est responsable de la "Françafrique". Certes, certains Libyens se livrent à des pratiques esclavagistes ignobles qui doivent être condamnées le plus fermement mais pas, surtout pas par ceux qui sont les vrais responsables de l'exode des Africain à savoir l'Europe et l'Extrême-Europe (ou Etats-Unis).

   Regardez la vidéo plus bas ! Là, ce ne sont pas des migrants vendus à la criée par de méchants Arabes. Ce sont des migrants qui ont embarqué, le long des côtes libyennes à bord de bateaux menés par des passeurs et des trafiquants lesquels bateaux ont coulé en pleine mer Méditerranée. Cette dernière bien évidemment a ramené les corps sur ces mêmes côtes. Ces images terribles, horribles, scandaleuses, pourquoi CNN et les grands médias occidentaux ne les montrent-ils pas, hormis de manière furtive ?

   Réponse : parce que dans ce cas, beaucoup plus fréquent (32.000 noyades à ce jour) que les ventes d'esclaves à la criée, cela risque de pointer du doigt le premier, le grand responsable de cette détresse africaine : l'Occident... 

 

Pages