Accueil

Chimenn

Jean BERNABE

         Avan poumié simézon an, ja ni zonzon

Yè oswè, man té adan lolo Manzè Yaya, toula ka pwan an ti pétépié épi an bon zig mwen. Konm nou pa té jwenn dépi konmen tan, nou bay adan an sel langann. An mitan chalè milan an, man mandé’y an nov anlè an jenn fanm i té palé mwen dotwa lanné ozavan, konmkwa fanm tala, sé té an moun ki té ka ba lari chenn aléliwon akondi an fonmi-fol. Pass, ni tjek tan, man té wè an bel moso lesbonm ki té ka vansé gran balan anvil, épi toutt dikanman’y. An jenness owonzon trant lanné, dé janm lonng kon golett, tété bien douboutt akondi dé bel kannon kolé-séré anba wob li, chivé koulè fil mango-vè. Afoss i té bel, pou lakanté limiè fidji’y té ka sipé andidan hatt soley la, man pa té pé kwè sé piess fol i té fol. Kidonk, davrè i pa té ni diètè an moun ki ped tett li, man di an fonfonn tjè mwen sé dwett té tjek sigré man pa té pé konnett ki té ba’y tousa balan nan kò’y. Davrè man té aswef sav ési sé té menm moun lan, man di’y:

- Pòté limiè anlè sa ba mwen, konpè! Ess sé menm fanm lan?

Mi sa i réponn mwen:

– Piespa! Sa pé pa menm moun lan, vié frè! Dabò pou yonn, pass fanm lan man té palé’w la pa sé pé nan doukwé ka ba lari chenn ankò. Epi, pou dé, pa ni piess limiè ki sé pé klendé nan fidji’y, ni yè, ni jòdi, ni piess jou ki pou fett. Sé pawol la ki lonng ! Toutt nannan an ki sé pé tijé an boutt lanng mwen dwett nan mizmiz épi foss doulè jenn fanm lan té ka pòté nan fondok tjè’y. A! Konpè, siwwè man fè tan di’w, ou pé ké lé kwè. Mi man ja ka santi zékobel ka tiktayé lanng mwen, riskab fè’y bédji. Poudayè, pawol ja paré pou chapé-désann kon chini asou fil mango bab mwen. Ayen pé ké sa ralé yo déviré mòn. Denpi atjèman, sé tijé pawol ké pran tijé. Sé anni ba yo lè! É mwen menm, pou ayen man pa sé lé woulé akontrilanm.

Sé konsa listwè a koumansé. Mi anvwala atjèman lanrestan sa ki sòti an fonfonn bway konpè mwen. Kouté pou tann, manmay lakou a, tann kon zott pou tann!

 

 

 

                                   Chimène (1)

 

                                          Traduction française

 

Avant la première saison, il ya déjà du spleen

Hier soir, au bar de Mamzelle Yaya, je prenais le punch avec un vieux copain. On ne s’était vus depuis un bon bout de temps, on s’est mis à prendre la blague. Au plus fort de nos commérages, je lui ai demandé des nouvelles d’une jeune femme dont il m’avait parlé des années auparavant, qui passait ses heures à arpenter les rues telle une fourmi-folle. C’est que j’avais, il y a quelque temps, aperçu un beau brin de fille marchant à grands pas en ville, parée de tous ses atours, une jeunesse d’une trentaine d’années environ, jambes longues comme gaulettes, tétés bien debout, sortes de canons pointant sous sa robe, cheveux couleur mangot-vert mature. Elle était si belle dans l’éclat de son visage volé dans l’enclos du soleil, que je ne pouvais la prendre pour folle. Puisqu’elle n’avait pas l’air privée de raison, je me dis en mon for intérieur qu’un tel allant devait avoir une cause de moi inconnue. Comme j’avais hâte de savoir s’il s’agissait de la même personne, je lui dis : 

- Eclaire ma lanterne, compère. Est-ce bien la même femme?

Il me répondit :

- Impossible, vieux frère ! D’abord et d’un, parce que la femme dont je t’avais parlé ne serait plus en mesure de battre le pavé. Ensuite et de deux, parce qu’aucune lumière ne pourrait briller dans ses yeux, ni hier, ni aujourd’hui, ni à l’avenir. Ah! Il y aurait tant et tant à dire ! Tout ce qui passe par ma langue doit être à la mesure de l’intense douleur lovée aux tréfonds de son cœur. Ah! Compère, si je me mets à tout raconter, tu ne voudras me croire. Mais je sens déjà le bout ma langue atteinte de ce picotement qui annonce bégaiement. Mes paroles sont d’ailleurs prêtes à s’écouler, chenilles aux fils de ma barbe, et rien ne pourrait leur faire rebrousser chemin. Elles vont bientôt tomber à foison. Laissons-leur le champ libre. Moi, pour rien au monde je ne voudrais leur faire obstacle.

Voilà comment le récit a commencé. Apprenez maintenant la suite, telle que sortie du tréfonds de son cœur. Oyez, bonnes gens, comme il se doit!

Pages