Accueil

Chimenn (2)

Jean BERNABE

Poumié simézon

Fanm-tala, pannan konmen tan i batt lapikoré. Mi sé sa ki ba tibren lanng bon kabi aléliwon toutt péyi a, ki an tett mòn, ki an fondok fandjass, ki asou tèplatt. Sé té an fanm mayé. Li épi toutt fanmi’y té ka rété adan an bidim kay lakanpann atè Létan-Brilé. An lannuitt, tou lonji adan kabann lan, i mété’y ka lévé chalbari asou nonm li davrè i té soupwann li ka bay kòn épi an an lott fanm. Sé pa ti madichon, sé pa ti jouré i voyé ba boug la ! Afoss i babié, lanng li trapé langoudi é siwwè i té fett an zo, asiré sé démi i sé démi. Rivé an lè, yo tou lé dé glinsé do pou do adan an vié landòmi. Jou apré, madanm lan anni pran bò’y adan an chanm nan lott boutt kay la.

Ayen pé té ké ayen siwwè, tjek tan apré, disparett pa té pran fanmdéwò a éti jik jòdijou piess moun pa jen rivé sav ola i yé, ési i ka viv toujou oben ess lanmò ja chayé’y alé nan Péyi-san-chapo, otila chalè soley pa ka brilé lapo, pa ka kléré piess ziété. Ankò pli potalan, mett-kokè a, li menm, an boug pabò lé karant lanné, vini ped lavi’y toukon i té ka ba kò’y bann – an bann bien bwarenng an final di kont –  pou i té pé sa rédi sé senk yich li a anba an papa godifé ki té pri an kay la, poulakoz an jenn ti bòn sé limen an chaltounen ki té dédjeldésann an lanmen’y asou an kabann. Mi sé lesplik tala ki tijé anba lanng fanm-mayé a, éti sé li yonn ki té rivé chapé anba chalè dannpantanng tala. Dapré’y, lè toubil tala rivé, i té adan chanm li jik lotbò kay la, tou ka li an woman, ki fè i tadé pou konprann sa ki té ka rivé. É sé davrè i janbé finett i touvé i chapé anba boulay-la. Sa vré ki i pa ka pòté piess boss, piess flanng ni piess zoboy asou lapo sapoti’y li.

Ess sé aselfen dédikapé kò’y adan an bab, i voyé douvan kalté lesplik tala ba lakolbok? An toutt manniè, ti bòn la, davrè li menm tou, i té trapé lanmò adan chèpè lélékou a, i pa té pé douboutt piess koté ankò pou testé ayen douvan piess metjwass. Ni pou ni kont! Ki fè, konm kolbòkò pa pliss ki jij pa té rivé rapé an ti krass zendik obidjoul pou té sa voyé sel riskapiez-la douvan labad-tibinal, yo anni ladjé’y lib kon zibié nan klèté siel blé a. Sa ki vré, sa ki pa vré adan sa?  Kouto sel sav sa ki an tjè jonmon. An toutt manniè, divini jenn fanm lan tounen pli dékalboré ankò ki piess lajol sé pé mété’y. Mé pa ni an sel moun asou latè Bondié ki sé pé di ési sé té gwotjè davrè i té ped toutt fanmi’y ki té ka toumvasé’y oben si sé pa té tjek rimòday ki té ka tiotjo fonntjè’y.

 

Konmdifett, fonntjè’y koumansé ka batt li akondi lanbi asou woch, akwèdi an manniè pou mété’y wontez kò’y ek fè’y pran lanmè pou gran doum la oti disparett sé pé pran’y, an manniè pou klozé doulè’y. Konmkwa sa ki adan kabech oben adan bway an moun andwa rivé désann an pié’y. Menm manniè toutt lariviè ka denngolé an lanmè. Mé avan lanmè, sé boultè ki ni, épi piébwa, chankann, chimenchien. Avan lanmè, sé chimen kòsiè ek chimen blan, sé trass nan gro danbwa. Avan lanmè, sé bouk, lanvil ek lantouvil. Avan lanmè, sé tiwett, sé lari kalbosé, sé granbidim bouliva. Avan lanmè, sé luiloud, sé totwè flandjé épi fandass, sé dalo ka woulé vié dlo tjim ek zétwon otila chatt, chien épi ratt ka bay désann toutt bway déwò, sé chalè ek lapousiè anba soley, sé piti ek mada kay, sé bidim imeb an vè, an fè ek an masonn, san piess koulwè pou abrijé di lapli, di nwèsè lannnuitt, di bawouf bann zawa ka pofité anlè sa ki flègèdè kon fanm, tianmay, viékò. Anni ki vié ti lankonni éti pa menm an ti kabicha pé pa woulé nofrap. Wi, avan lanmè, mi sé tou sa ki ni!

 

 

                                     Chimène (2)

                           Traduction française

Première saison

Les déambulations de cette femme ont défrayé la chronique et fourni aux langues bien du travail à travers le pays, à l’en-haut des mornes, dans le fond des vallées et dans les plaines. Elle habitait avec mari et enfants une grande maison dans la campagne d’Etang-Brûlé. Une nuit, elle s’est prise de querelle avec son homme qu’elle avait surpris à la tromper. Pour ce qui est de le maudire et de l’insulter, elle n’a pas été en reste. À force d’invectives, sa langue a été prise d’engourdissement. Si elle avait été un os, elle se serait démise. De guerre lasse, ils ont, tous deux, glissé dos à dos dans un sommeil mauvais. Le lendemain, la femme s’est carrément exilée dans une chambre située à l’autre bout de la maison.  

Ce n’eût été qu’anecdote si, peu après, la maîtresse en question n’avait disparu. À ce jour, personne ne sait où elle se trouve, si elle vit encore ou si la mort l’a emportée au Pays-sans-chapeau, où la chaleur du soleil ne brûle aucune peau, n’éclaire aucun regard. Bien plus, le grand fornicateur lui-même, un homme d’une quarantaine d’années, perdit la vie en tentant – vainement – d’arracher ses cinq enfants à un incendie déclaré dans la maison. Une jeune domestique aurait allumé un flambeau qui serait tombé de ses mains sur un lit. C’est du moins l’explication fournie par la femme, qui seule réchappa de cette terrible catastrophe. À l’entendre, quand ce malheur arriva, plongée dans la lecture d’un roman, elle était dans sa chambre à l’autre bout de la maison. C’est pourquoi elle n’avait de suite compris ce qui se passait, et n’aurait été épargnée qu’en sautant par une fenêtre. Il est vrai que sa peau sapotille ne portait aucune tuméfaction, aucune lésion, aucune blessure.

Est-ce pour se tirer d’embarras qu’elle a avancé ce genre d’explication à la police ? De toute façon, l’employée, décédée elle aussi dans la tourmente, ne pouvait plus porter aucun témoignage devant aucune autorité. Ni dans un sens, ni dans l’autre ! En sorte que policiers et juges n’ayant pu mettre la main sur le moindre indice permettant de traîner en justice la seule rescapée, on laissa cette dernière libre, pareille à un oiseau dans la clarté du bleu. Qu’y a-t-il de vrai, qu’y a-t-il de faux dans toute cette affaire ? Le couteau seul sait ce qui se passe au cœur du giraumon. De toute façon, l’avenir de cette femme prit un tour bien plus désastreux que tout ce qu’aurait pu lui faire souffrir la prison. Pas une créature sur la terre du Bondieu ne pourrait dire si c’est chagrin d’avoir perdu toute sa famille qui la tourmentait, ou si remords torturait sa conscience.

De fait, elle a commencé à la battre, sa conscience, comme lambi sur roche, histoire peut-être de susciter en elle un sentiment de honte, de l’inciter à voir dans la mer le gouffre où disparaître, afin de mettre terme à ses souffrances. À croire que ce qui est en tête ou dedans entrailles arrive à descendre vers pieds. De la même façon, les rivières dégringolent vers la mer. Mais avant la mer, il y a monticules de terre, arbres, champs de cannes, chemins creux. Avant la mer, il y a sentiers de coursière, routes poudreuses, tracées dans bois touffus. Il y a bourgs, villes, quartiers. Il y a ruelles, rues bossuées, grands boulevards. Il y a bitume, trottoirs emplis de fondrières, dalots roulant eau dégoûtante, pleine d’écume, d’étrons, charriant chats, chiens, rats entrailles à nu. Il y a chaleur et poussière sous le soleil, maisons petites ou énormes, immeubles en verre, fer, béton, sans le moindre couloir où trouver abri contre la pluie, la nuit noire, la rapacité des voyous profiteurs de la faiblesse des femmes, des enfants, des vieillards. Il n’y a que minuscules encoignures où le moindre repos est troublé. Oui, avant la mer, c’est tout cela qu’il y a.

Pages