Accueil

CHLORDECONE : LE SOUTIEN DE F. BAYROU

Corinne Lepage - Soutien de François Bayou pour la campagne présidentielle

{{Mes chers compatriotes,}}

La pollution par le chlordécone, et surtout ses conséquences sur l'environnement et la santé des martiniquais et des guadeloupéens, est un sujet qui me tient particulièrement à coeur. Je ne voudrais pas en effet que le drame du chlordécone devienne demain aux Antilles ce qu'ont été à la France ceux du sang contaminé ou de l'amiante.

Je ne reviens pas en détails sur les conséquences gravissimes à long terme de cette pollution : terres, sources et rivières polluées pour plusieurs siècles, population contaminée{{*}} à près de 100%, risques mal connus sur la santé des antillais et surtout de leur descendance,... ni sur les aspects présents de cette crise, qui touche de plein fouet le monde agricole antillais, en particulier les producteurs de cultures vivrières.

Tout cela est grave, mais ce qui l'est encore plus dans cette affaire c'est l'irresponsabilité, le déni ou le mensonge menés par l'Etat et les responsables politiques, de droite comme de gauche, depuis 1976.
Alors, quand je vois aujourd'hui que les conseils généraux et régionaux antillais votent des motions ou déposent des plaintes contre X, au lieu d'applaudir des deux mains, je ne peux m'empêcher de regretter que ces mêmes élus aient attendu si longtemps pour réagir. Pourquoi n'ont-ils rien fait ou presque dans les décennies précédentes ? pourquoi ont-ils joué avec la santé de leurs concitoyens ? Il aura donc fallu attendre que Louis Boutrin et Raphaël Confiant donnent un écho médiatique à l'histoire et aux enjeux de cette contamination pour que nos politiques se manifestent ?

Quand en 2005 l'Etat a autorisé de nouveau, sans réelle justification, que des produits contaminés par le chlordécone puissent être commercialisés, au mépris de tout principe de précaution et de la Charte de l'Environnement que le gouvernement avait lui-même fait adopter quelques mois plus tôt, j'ai été la seule, sous l'impulsion de Benoît Chauvin, le représentant Outre-Mer de cap21, à porter plainte devant le juge administratif. Cette plainte, que j'ai rédigée personnellement, est en passe d'être jugée très prochainement par le Conseil d'Etat. J'espère que ces résultats contribueront à stopper la commercialisation d'aliments pollués et à faire avancer les choses.

Aujourd'hui, j'ai rejoint la candidature de François Bayrou, pour diverses raisons dont la principale était de donner une plus grande chance à mon programme d'être mis en oeuvre, et donc de s'attaquer dès maintenant à l'urgence écologique et climatique, sans perdre encore cinq ans supplémentaires. C'est en son nom aujourd'hui que je me permets de répondre à votre lettre ouverte, qui je l'espère contribuera à tirer parti de la campagne présidentielle pour faire la lumière sur ce scandale sanitaire, agricole et environnemental.

Plus concrètement, si François Bayrou est élu, je m'engage à tout faire pour que la lumière soit faite sur les responsabilités des uns et des autres, et notamment sur celle de l'Etat. Je m'engage aussi à ce que les agriculteurs pénalisés par la pollution soient aidés à hauteur des préjudices qu'ils ont subi et non pas à un dédommagement symbolique, et à agir pour que nous aidions les agriculteurs qui le souhaitent à se convertir à l'agriculture biologique. Je m'engage enfin à ce qu'il soit interdit de commercialiser des produits contaminés et à ce que la population soit correctement informée sur les risques encourus, pour éviter d'aggraver davantage une situation sanitaire déjà fortement mise à mal.

L'heure est grave mais nous avons les moyens, le 21 avril, de faire la lumière sur ce drame. Je compte sur vous pour m'y aider.

{{Corinne Lepage

Présidente de cap21

Soutien de François Bayou pour la campagne présidentielle}} (merci de me préciser les titres à mettre)

Pages