Accueil

Clôture de Journées caribéennes du livre : l’invitée d’honneur salue la richesse de la littérature haïtienne

Clôture de Journées caribéennes du livre : l’invitée d’honneur salue la richesse de la littérature haïtienne

Les deux journées du livre caribéennes ont pris fin le mercredi 27 mars 2019, à la bibliothèque municipale de Delmas. Des expositions de livres, causeries et plusieurs tables rondes ont été animées par Lyonnel Trouillot, Emmelie Prophète, Inema Jeudi, Miguel Duplan Guy Gérald Menard. Plusieurs écoliers ont fait le déplacement pour apprendre de la vie et de l’expérience des auteurs haïtiens et étrangers

Cette manifestation littéraire a pu réunir plusieurs dizaines d’écoliers haïtiens, pour la plupart de la commune de Delmas. Ils ont pu côtoyer des auteurs qu’ils avaient l’habitude de lire et d’entendre. Les échanges fructueux et amicaux ont permis à ces derniers d’enrichir leurs vocabulaires littéraires.

Pour la deuxième journée, le mercredi 27 mars, plusieurs tables rondes ont été animées par les auteurs, celle animée par l’invitée, Nicole Cage-Florentiny, l’invitée d’honneur a permis à l’assistance de découvrir les points de similitude entre la littérature des pays de la Caraïbe, particulièrement de la Martinique. Au terme de sa table ronde, la romancière martiniquaise, la plus prolifique affirme, qu’elle a beaucoup d’intérêt pour la littérature haïtienne, qui selon elle est riche, foisonnante, ouverte sur le monde entier, parce qu’elle est multicolore, avec des odeurs différentes, qui se transmettent dans des vibrations variées.

La richesse et la force de la littérature me servent souvent de muse dans mes écrits.

« Mwen ka nouri anpil, lè mw ka li Syto Cavé, Franck Etienne, Lyonnel Trouillot, Jacques Stephen Alexis,ak lot ankò, mw aprann anpil de yo, otè ka sèvi anpil nan èv mw yo » déclare l’écrivaine avec beaucoup d’émotions dans sa voix. Par ailleurs l’auteur du roman, « Confidentiel » dit constater une grande similitude dans la littérature des deux pays, qui ont un même passé colonial et esclavagiste, d’un même pays qu’est la France. Elle rappelle que son pays est toujours sous le joug de la France, en dépit de l’appellation : « Pays d’outre-mer » qu’on lui accole.

La Martinique et Haïti sont deux pays frères, assez souvent, on tente de nous désunir, mais c’est impossible. « Mwen ka bay tèt mwen objektif pou vann Ayiti yon lot jan, paske yo toujou wè ayisyen yo,kom moun pov, kom travayè, ki vinn pran travay moun Peyi mwen sèlman » explique l’animatrice à Radio Caraïbe Internationale en Martinique. La littérature martiniquaise souligne-t-elle a un grand aura , car plusieurs auteurs martiniquais, comme Aimé Cesaire, Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Raphael confiant, Suzane Roussi Cesaire, la femme de Aimé Cesaire qui a laissé un grand héritage pour la littérature de son pays. Nicole Cage-Florentiny, dit souhaiter qu’Haïti et la Martinique, fasse front commun, pour combattre les barrières, imposées par le colonisateur à l’avancement des deux pays.

Pour sa part, la directrice de la bibliothèque, se déclare satisfaite du déroulement des deux journées du livre caribéennes, l’objectif d’unir plusieurs auteurs de la Caraïbe et d’Haïti a été atteint. Pendant ces deux jours, des professionnels de l’écriture ont pu échanger leur vision de la littérature caribéenne, et de leurs pays respectifs. Gernina Jeudy soutient également, pendant ces deux jours que la Bibliothèque a pu servir comme un lieu de partages d’idées entre écoliers, professionnels, et amants du livre.

Un cocktail d’honneur a été organisé, pour clôture les deux journées. Le maire Wilson Jeudy, a salué l’initiative de la bibliothèque, qui joue sa part, dans sa vision pour la commune de Delmas.

Ces deux journées, dont les auteurs : Miguel Duplan, Franck Salin, Michelle Ricardo, Nicole Cage- Florentiny, ont fait le déplacement pour y participer, ont été déroulées sous le thème : « Quelle mémoire, quel présent ».

Eguens Renéus.

Pages