Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

COLLUSION U.S.A-ISRAEL : LA PREUVE PAR DURBAN II

S’il fallait à certains une preuve que le nouveau pouvoir étasunien marche la main dans la main avec l’entité sioniste d’Israël, la conférence de l’ONU sur le racisme, dite « Durban II », qui vient de s’ouvrir à Genève, nous l’apporte de manière éclatante. En effet, les Etats-Unis ont carrément refusé d’y participer (ainsi que 7 de leurs alliés occidentaux) au motif qu’ils craignaient que le sionisme n’y soit, à nouveau, assimilé à du racisme.

Rappelons que lors de « Durban I », en Afrique du Sud, les Etats-Unis, alors dirigés par Bush, s’étaient retirés de la conférence lorsqu’ils avaient réalisé qu’ils ne pourraient empêcher que la résolution finale condamne les actes criminels de l’état hébreu.

« Durban I », Bush se retire. “Durban II”, Obama boycotte.

Où est la différence ? Que les noiristes nous l’explique !

En fait, ce boycott met au grand jour, ce que la plupart des observateurs savent : la campagne d’Obama et son élection ont été quasi-totalement pris en charge, managés, menés d’une main de maître par une équipe composée majoritairement de sionistes étasuniens. Cela n’enlève évidemment rien aux qualités personnelles d’Obama : bon orateur, solide culture personnelle à l’inverse de Georges Bush, idées progressistes sur certains sujets intérieurs comme l’avortement, modestie affichée etc…

Obama n’est, en effet, pas arrivé au pouvoir grâce à une équipe de Noirs américains. Il n’a d’ailleurs reçu qu’assez tardivement le soutien de la NAACP (la plus grande organisation noire) et du pasteur activiste Jessie Jackson pour lesquels il n’était pas un « descendant d’esclave » et ne pouvait donc sérieusement représenter le ghetto. Certes, tous les Noirs se sont finalement ralliés à sa candidature, mais Obama a toujours pris soin de se placer au-dessus de la mêlée raciale, ce qui est tout à son honneur d’ailleurs.

Aujourd’hui, c’est clair : la politique étrangère des Etats-Unis est dirigée par une clique de sionistes qui dictent à Barack Obama et à Hilary Clinton leurs choix. Rien n’a vraiment changé par rapport à Bush, sauf que désormais cette politique présente un double visage. Un visage avenant, voire souriant, faussement compréhensif : celui d’Obama et d’Hilary Clinton lesquels multiplient les « gestes de bonne volonté » envers ce qu’ils appellent « le monde musulman ». Un visage raciste et fasciste, que personne ne voit, qui agit dans l’ombre, et qui est formé des conseillers sionistes du président étasunien.

Rappelons qu’Israël vient d’élire un gouvernement d’extrême-droite dirigé par Benyamin Netanhyaou et que son ministre des affaires étrangères, Lieberman, celui qui est donc censé discuter avec les Arabes en général et les Palestiniens en particulier, est dirigeant d’un parti qui se trouve à la droite de…l’extrême-droite ! L’extrême-extrême-droite en quelque sorte…

Et dès l’arrivée de ces fascistes au pouvoir, la colonisation de la Cisjordanie a repris de plus belle. Le projet d’expulsion d’Israël du million de Palestiniens de nationalité israélienne a été réactivé. La construction du mur de l’apartheid se poursuit à la vitesse grand V. Mahmoud Abbas, le président de la soi-disant Autorité palestinienne se trouve réduit plus que jamais à un rôle de pantin. Et bien sûr, la minuscule bande de Gaza (le tiers de la superficie de la Martinique !) où croupissent près de 2 millions de Palestiniens, continue à subir un implacable blocus.

Voici donc le gouvernement auquel Barack Obama et Hilary Clinton apportent leur soutien objectif en boycottant la conférence « Durban II » !

Pages