Le billet du jour

COMMENT CAMILLE CHAUVET ET CATHERINE CONCONNE ONT PLOMBE LA LISTE EPMN

   Les raisons de l'échec retentissant de la liste EPMN conduite par Serge LETCHIMY aux élections de la Collectivité Territoriale de Martinique sont multiples et variées. Elles ont été déjà été largement analysées et commentées ici et là : promesses non tenues (5.000 emplois + 17 zones d'activité économique), chantiers non achevés (lycée de la Maternité, TCSP), formation professionnelle sinistrée, soutien scandaleux aux ex-dirigeants du CEREGMIA, projets fumeux (EX-PAY, Téléphérique Vert-Nord), arrogance des élus, sentiment de toute puissance etc...

   Cependant il y a un élément qui a lourdement plombé la liste EPMN, c'est la présence sur celle-ci de deux personnages particuliers, l'un en 2è position, à savoir Catherine CONCONNE, l'autre en 9è position de la section-Fort-de-France, Camille CHAUVET. Si à Fort-de-France, fief historique du PPM, Serge LETCHIMY a fait un score plutôt moyen, score qui ne lui aura pas permis de compenser le retard qu'il avait accumulé dans la section Sud, c'est bien parce que c'est dans la capitale que l'on connaît le mieux ces deux personnages. Nombre de partisans du PPM avaient pourtant depuis des mois et des mois fait part de leur désapprobation quant au comportement de CONCONNE et CHAUVET. Ils avaient en quelque sorte tiré la sonnette d'alarme et pourtant les dirigeants du parti du balisier n'ont rien entendu. A moins qu'ils n'aient fait semblant de rien entendre.  
 
                                                        PERSONNAGE HAUT EN COULEURS
   S'agissant d'abord de Catherine CONCONNE, personne haute en couleurs, pittoresque par moments, il y a eu ce verbe haut, limite méprisant à l'endroit de l'adversaire, cette arrogance devenue vite insupportable qui lui faisait dire et redire "Ce n'est pas chez nous qu'il y a des mises en examen !", faisant allusion à la mise en examen d'Alfred MARIE-JEANNE dans l'affaire de la construction d'une école dans l'île de la Dominique. Sauf que son tour a fini par venir et qu'elle a été, elle aussi, mise en examen pour une affaire qui a scandalisé le grand public : l'octroi d'un prêt par la société vedettes MADININA, dont son compagnon était à l'époque le gérant, au magasin de chaussures de CONCONNE. Prêt non remboursé ledit magasin ayant fait faillite avant. Quand on sait que le Conseil général subventionne largement les Vedettes MADININA, on mesure bien l'impact négatif qu'à eu cette révélation sur l'opinion publique car qui dit collectivité dit fonds publics et qui dit fonds publics dit impôts payés par les citoyens. Il y avait là un mélange des gens sulfureux qui, à moyen terme, risquait de se transformer en petite bombe à retardement. C'est que Catherine CONCONNE s'était retrouvée également au centre d'un autre scandale concernant cette fois un autre magasin de chaussures qu'elle avait au centre commercial Perrinon. Le tribunal l'avait condamnée à payer 328.000 euros de loyers, somme que jusqu'à preuve du contraire, elle n'a toujours pas réglée. Quand on sait qu'il y a des milliers de locataires qui traversent de graves difficultés financières et qui sont menacés d'expulsion par les sociétés d'HLM, cela pour quelques milliers d'euros, on comprend, là encore, l'effet désastreux de cette révélation. Troisième affaire : celle de sa vraie-fausse démission du Conseil régional suite à sa mise en examen. Là, les Martiniquais ont eu l'impression d'avoir été carrément pris pour des imbéciles : ils avaient entendu Serge LETCHIMY parler de démission à la télé et ils avaient lu sur les réseaux sociaux la lettre de CONCONNE dans laquelle figurait bel et bien le mot "démission". Or, LETCHIMY et elle en sont venus à nier l'évidence et ont eu gain de cause devant le tribunal administratif. Ca, les Martiniquais ne l'ont pas pris du tout. Du tout pas !
   Mais le coup de grâce s'agissant de CONCONNE a été son post sur FACEBOOK dans lequel elle rendait hommage à l'un des morts de la fusillade de la boite de nuit "LE PAPARAZZI", un dénommé "l'Américain", qui à l'entendre était un brave garçon au point qu'il lui avait un jour "porté un verre d'eau" (déclaration télévisée). Par le biais au Procureur de la République, qui s'en est inquiété dans une conférence de presse, on a appris que les deux principaux protagonistes de cette affaire, au cours de laquelle 25 balles ont été tirées, était, l'un "Kankan" employé par la municipalité PPM de Basse-Pointe, l'autre "l'Américain", employé par le Conseil régional. Deux délinquants multirécidivistes porteurs de bracelets électroniques ! Au nom de la réinsertion, le PPM embauchait donc des gros bras qui pouvaient servir de gardes du corps et de"dogs" en période électorale. Le post de CONCONNE scandalisa, y compris au sein du PPM, ce qui explique qu'elle s'est trouvée obligée de le supprimer trois jours plus tard. Mais le mal était fait ! La numéro 2 de la liste EPMN "soutirait" des voyous. Voici ce qui se disait un peu partout !
 
                                                           CHAUVET L'IGNOBLE
   Le cas de Camille CHAUVET est aussi grave, sinon encore plus grave. Ce bonhomme, qui se prétend historien sans avoir jamais publié le moindre livre d'histoire, a passé l'essentiel de ces deux dernières années à bombarder à l'aide de mails mensongers et diffamatoires ainsi que de photos-montage odieuses la présidente de l'Université des Antilles, Corinne MENCE-CASTER, et le doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, Raphaël CONFIANT. Le motif ? Un soutien total à la cause de ses amis du CEREGMIA et notamment de Fred CELIMENE, ex-directeur de ce groupe de recherches en économie accusé de détournements de fonds publics par 4 rapports accablants émanant pour 2 d'entre eux de la Cour des comptes, pour un troisième du Sénat et pour le quatrième de l'IGAENER (Inspection Générale de l'Education Nationale). Les rapports en question accusent le CEREGMIA d'avoir détourné pas moins de 10 millions d'euros dans les caisses de l'Université au cours des deux décennies écoulées. Aucun d'eux n'a été rédigé par la Présidente de l'Université ou le doyen de la Faculté des Lettres. Ni l'une ni l'autre ne sont, en effet, conseillers à la Cour des comptes, sénateurs ou inspecteurs de l'Education nationale. Ce sont de simples enseignants, des professeurs d'université, qui ont été démocratiquement élus par leurs pairs aux postes qu'ils occupent. Arrivée aux affaires, C. MENCE-CASTER a bien été obligée de se coltiner ces rapports qui, en page 6 du 2è de la Cour des comptes, écrit clairement :
   "La politique financière du CEREGMIA met en danger les finances de l'Université".
   Autrement dit c'est tout l'établissement qui risquait de s'effondrer suite aux malversations des ex-dirigeants du CEREGMIA ("ex" parce qu'ils ont été suspendus de leur poste, avec salaire, depuis plus d'un an et que le Conseil de discipline de l'Université Toulouse 1 a condamné Fred CELIMENE a ne plus pouvoir diriger un labo de recherches pendant 5 ans et son adjoint, Kinvi LOGOSSAH, lui, a reçu un blâme). Il faut se garder d'oublier qu'il y a une dizaine d'années de cela, Georges VIRASSAMY, lorsqu'il était président de l'UAG avait déjà fait traduire Fred CELIMENE devant le Conseil de discipline de l'établissement suite à la publication du premier rapport de la Cour des comptes. Il faut encore dire que Jacqueline ABAUL, présidente de l'UAG elle aussi, avait été la première à transmettre au Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche un rapport sur les activités troubles du CEREGMIA et qu'elle s'était aussitôt vue proposer (à mi-mandat !) un poste de rectrice dans l'Hexagone, ce qui avait miraculeusement permis à son rapport d'être enterré sans suite. C'est que Fred CELIMENE et le CEREGMIA disposent, outre le PPM, de puissants appuis, de protections occultes (franc-maçonnerie) et de tout un réseau d'affidés en Martinique, Guadeloupe, Guyane et France qui a été constitué patiemment au fil des années et qui ont tous mangé une part du gâteau. Certains d'entre eux ont d'ailleurs déjà commencé à être auditionnés par le SRPJ et l'OLAF (le "FBI" européen) après que le Procureur de la République à Fort-de-France a ouvert une enquête pour "détournements de fonds publics en bande organisée".
   Autrement dit Camille CHAUVET s'en est pris à la présidente de l'Université et au doyen de la faculté des Lettres dans le but de protéger des mafieux et pour ce faire, l'historien auto-proclamé a usé de méthodes tellement odieuses qu'elles ont fini par provoquer un haut-le-coeur y compris chez certains membres du PPM. Chacun se souvient de cette photo officielle de l'Elysée où la présidente de l'Université figure à côté du Président François Hollande et à qui CHAUVET a mis une tête de chien. Sans compter la foultitude de mensonges, accusations délirantes, insultes et menaces distillées sur le blog "LE NAIF" ainsi que d'innombrables mails diffusés à la communauté universitaire. Entre parenthèses, un rasta blanc, Romain CRUSE, homme de main de Fred CELIMENE, a été recruté lui aussi pour faire le sale boulot et salir quasiment chaque semaine MENCE-CASTER et CONFIANT. Pour ses bons et loyaux services, il s'est vu offrir un poste à l'ADUAM, organisme dépendant de l'ex-Conseil régional. Pour en revenir à CHAUVET, il y a eu aussi ses doigts d'honneur et ses insultes régulièrement adressés à l'opposition en plénière, ses propos racistes contre le journaliste Serge BILE d'origine africaine, mais le pompon fut la plainte qu'il est allé, lui le grand "nationaliste", porter à la police "coloniale" française contre Raphaël CONFIANT au motif que ce dernier l'aurait menacé de mort. La grande gueule CHAUVET, le "major" du Bord de Canal toujours prompt à "prendre" un combat, a donc couru se  cacher dans les jupes du Papa Blanc parce qu'il avait senti, selon lui, sa vie en danger !!! CONFIANT a donc vu débarquer chez lui deux inspecteurs de police et il a été interrogé trois heures durant au commissariat de Fort-de-France où on lui a pris ses empreintes digitales, son empreinte ADN et fait des photos de face et de profil comme dans un mauvais feuilleton américain. CHAUVET est ainsi sauvé ! A la moindre petite claque de CONFIANT, ce dernier se retrouvera au trou. Merci donc la police du Papa Blanc, protectrice du grand "nationaliste" CHAUVET !
   Catherine CONCONNE et Camille CHAUVET, en dépit de tout cela, ont été placés en 2è et 9è position sur la liste d'EPMN !!! Manière pour Serge LETCHIMY de dire : rien à foutre ! Sauf que ce fut là une erreur majeure. Beaucoup de femmes n'ont pas appréciées les attaques sexistes de CHAUVET contre la présidente de l'Université des Antilles et beaucoup de nationalistes ont désapprouvé le fait que CHAUVET se soit laissé à aller porter plainte contre CONFIANT auprès de la police de l'Etat français. Il y a des limites à ne pas dépasser dans la saloperie, l'insulte, dans l'indignité et dans l'ignominie. CONCONNE, CHAUVET et leur patron LETCHIMY se sont cru tout puissants. Ils n'ont pas imaginé une seule seconde que le peuple, y compris à Fort-de-France, désapprouvait tout ce qui vient d'être exposé dans cet article.
   Résultat des courses : le PPM-EMPN en a pris plein la gueule aux élections, perdant avec 15.000 voix d'écart par rapport au grand gagnant "GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS". D'ailleurs, sur les 60 bureaux de vote de Fort-de-France, celui de la Pointe des Nègres où habite CHAUVET a été le seul où le PPM a été battu. Manière éclatante d'exprimer la désapprobation des voisins de celui qui s'est auto-proclamé "soldat de Serge LETCHIMY"....

Commentaires

claurita | 15/12/2015 - 15:24 :
Rien est acquis dans la vie ...
eugène jean mic... | 16/12/2015 - 07:06 :
Même si le fait est avéré, je suis d'avis que nous ne tombions pas dans les mêmes travers, je souhaite que les nouveaux élus tiendront compte de ces écarts de conduite et que surtout ils se souviennent de leurs précédente chute pour corriger avant tout leurs propres erreurs Nous sommes un peuple même si cela parait quelque fois difficile à croire nous pouvons arriver à faire sinon mieux au moins différemment mais pour ça il faut qu on soit tous ensemble, souhaitons que le sloggan "GRAN SAMBLE MATNIK" et "BA PEYI A AN CHANS" ne soient pas que des paroles en l'air messieurs on vous observe
kayali | 16/12/2015 - 12:37 :
En plus de tout cela, les uns et les autres ont pu, tout au long de ces dernières années et particulièrement en 2015 (année électorale), observer et ressentir chacun à son niveau, l'arrogance des hommes de l'EPMN. Cette arrogance c'est manifestée jusqu'au soir du 13 décembre sur le plateau de Martinique 1ere dans la bouche de Daniel ROBIN qui traitait tout de go les autres, représentants malheureux du 1er tour présents à coté de lui, de "petites listes"... Il me semble qu'à travers cette élection et particulièrement ce scrutin du 13 décembre, le peuple martiniquais a essentiellement voté contre l'arrogance, hégémonie et le mépris. Le Peuple a dit une chose importante aux hommes politiques de la Martinique tout partis confondus : - Il refuse la magouille, la haine et le mépris. - Il n'est plus dupe des mensonges et de la manipulation. - Il attend l'union des hommes de bonnes volontés autour de projets pour faire réellement avancer notre Martinique. Alors, si les grands perdants de cette élection doivent aujourd'hui réfléchir à leur comportement plus qu'à leurs projets, l'Alliance devra quant à elle faire très attention à ne pas se laisser entraîner dans ces travers périlleux car dans 6 ans le Peuple pourrait très bien leur faire le même sort.
Maed | 16/12/2015 - 16:01 :
Très bel article
Alexandre Legrand | 26/12/2015 - 11:30 :
Maintenant, il ne reste plus qu'à sauver les Foyalais et la capitale de l'emprise du néoPPM. Pour celà il faudrait réactiver le pseudo-dissident Chomet, le carriériste aux dents longues, et attendre une mandature pour qu'il se fasse éjecter, et la voie sera libre pour élire un vrai patriote, et Fort-de-France renaîtra de ses cendres.
gégé | 10/02/2016 - 06:08 :
chauvet et LE connard le plus connu des Antilles,,, quant a l'autre c une voleuse ,vulgaire et sans éducation et instruction !!!!!
Siam | 26/01/2017 - 18:12 :
Camille Chauvet, un bluffeur professionnel...Qui a dépassé sa date de péremption
Siam | 26/01/2017 - 18:17 :
Camille Chauvet, un bluffeur professionnel...Qui a dépassé sa date de péremption

Pages