Accueil

COMMENT TRADUIT-ON "PASSER DE VIE A TREPAS" EN CREOLE ?

COMMENT TRADUIT-ON "PASSER DE VIE A TREPAS" EN CREOLE ?

   L'indispensable processus de recréolisation linguistique évoqué dans les précédents articles ne concerne pas les seuls mots ou vocables (que les linguistes nomment "lexèmes"), mais aussi et surtout les expressions dite idiomatiques, c'est-à-dire la manière particulière avec laquelle chaque langue appréhende, puis décrit le réel étant entendu que ce dernier terme ne doit pas être confondu avec ce qui est uniquement matériel, visible ou palpable. La langue, par exemple, n'est visible ni palpable et elle est seulement audible. Nos idées, quand elles, ne sont ni visibles ni palpables ni audibles. Cela veut-il dire pour autant qu'elles n'existent pas ? C'est dire que le terme "réel" recouvre à la fois ce qui est matériel et ce qui est immatériel.

   De tous les aspects d'une langue (phonologie, syntaxe, lexique), le plus important, surtout pour une langue en danger comme le créole, est ce que l'on pourrait appeler son idiomaticité. C'est cette dernière qui lui donne son originalité, sa spécificité. Ainsi, en créole, on peut tout à fait avoir une phrase dont tous les mots sont d'origine française mais qui comporte un fort coefficient d'idiomaticité. Par exemple :

   __Man fè'y pwan lanmè sèvi gran savann.

   Aucun des mots de cette phrase n'est d'origine caraïbe, africaine ou indienne. Ni n'est une création du créole lui-même. Tous ses mots sont d'origine française :

   . Man (Moi)   / Fè (faire  / Y (lui)  / Pwan (prendre)  /  lanmè (mer)  /  Sèvi (servir)  / Gran (grand)  /  Savann (savane).

   Or, malgré cela, la phrase est incompréhensible pour un Français ou un francophone, voire même pour un créolophone qui l'entend pour la première fois de sa vie. Cela signifie quoi ? Que recréoliser ce n'est pas forcément recourir à des tonnes de mots caraïbes, africains, indiens ou créés par le créole lui-même. On peut produire un énoncé extrêmement créole avec des mots qui sont tous d'origine française. La preuve !

    Venons-en à notre expression du jour :

 

                            FRANCAIS : passer de vie à trépas     //    CREOLE : monté an Galilé.

 

   NB. On trouve aussi : pati kay Man Moun ; ped ta'w la.