Accueil

CONFINONS-NOUS MAIS NE SOYONS PAS DUPE !

Raphaël CONSTANT
CONFINONS-NOUS MAIS NE SOYONS PAS DUPE !

Sans doute est-ce un effet du confinement… cette attention accrue qui nous amène à nous interroger avec recul sur ce que nous entendons ou voyons

C’est effarant mais cela semble vrai.

Le 25 mars, le Directeur de la Santé (un bureaucrate macronien depuis 2016) rapidement chiffré à 1.100 le nombre de décès en précisant « à l’hôpital », excluant ainsi les autres personnes mortes du Coronavirus.

Effarant, on ose nous expliquer qu’il est difficile comptabiliser le nombre de décès dans les EHPAD. De qui se moque-t-on ? Les EHPAD n’ont pas de téléphone ? N’ont pas de fax, d’adresse mail ? Le ministère de la Santé ne les a pas ?

Bref, la réalité est que le gouvernement joue avec les vrais chiffres.

Comme il annonce (toujours le 25 mars) 22300 infectés du coronavirus alors qu’en réalité, il ne fait état que des personnes testées. En Martinique, le directeur de l’ARS admet que s’il annonce 66 infectés, il peut y en avoir 2 à 3 fois plus. Puisque la France a, contrairement aux demandes de l’OMS, refusé d’effectuer des tests systématiques, quand on écoute les « spécialistes », on comprend que les personnes infectées sont plus nombreuses.

Et ce sont ces braves gens qui accusaient la Chine (ou aujourd’hui l’Iran) de mentir sur les chiffres.

De même, le débat sur la chloroquine. On nous annonce qu’il ne faudrait l’utiliser que pour les cas les plus graves (quand on est presque mort ?) alors que le Pr. Raoult explique ce matin sur LCI que ce médicament ne peut avoir d’effet bénéfique qu’en début de traitement. Qui croire ?

Tout est étonnant.

Quand on regarde les images à la télé de la Chine (mais c’est vrai que cela ne compte pas) de Corée, d’Italie, toutes les personnes portent de masques. En France, on a trouvé des politiques et des bureaucrates pour expliquer que le port du masque n’est pas utile. Tout cela pour justifier qu’on avait oublié d’en commander en heure et en temps utile ! Aujourd’hui encore, médecins libéraux, ambulanciers de Martinique réclament des masques.

Effarant !

Quand la Chine ou la Russie ou Cuba envoient de l’aide et des médecins en Italie, la presse bienpensante et nos experts expliquent que ce sont des régimes autoritaires qui veulent « redorer » leur blason. Pourtant, avant qu’elle ne soit aussi touchée, la France n’a jamais aidé l’Italie. Quant à l’Allemagne, elle n’a pas voulu y exporter ses masques. Manifestement, il ne faut pas avoir comme pays amis de supposées démocraties.

Bref, la France est parfaite et elle fait mieux que tout le monde !

On croit rêver mais c’est bien cela que nous pouvons tous entendre en écoutant les chaînes en continu !

Le conseil des ministres français vient de se tenir et sa première obsession est d’alléger les règles du code du travail. Pour le patronat, le rêve au nom de la lutte contre le coronavirus : remise en cause du droit aux congés, remise en cause du droit aux heures supplémentaires, remise en cause de la durée hebdomadaire du travail, augmentation des pouvoirs de l’employeur, etc…. Le Medef en rêvait, Macron l’a fait ! Le coronavirus a bon dos.

Décidément, ce pouvoir parfait ce qu’il a commencé, remettre en cause les droits des salariés au bénéfice du patronat.

Il faut le dire : la loi d’urgence sanitaire est une loi liberticide (facilités des placements  en garde à vue, audience de mise en détention en secret etc…) qui remet en cause les droits des plus pauvres et ceci sans aucun équilibre ou contrepartie.

On ne cesse de parler de plan de relance alors qu’il  s’agit en fait de lignes de crédits accordés aux grandes entreprises à bas prix. Pour les petits, aucune décision quant aux crédits à la consommation ou aux crédits immobiliers. Le serviteur du Cac 40, le nommé Philippe, l’a dit. Pour eux ; ce sera au cas par cas. Donc l’arbitraire !

Pour être aidé, il faut être déjà riche.

La bourse chute. Le Canard Enchainé nous révèle que les chefs du Cac 40 rachètent leurs actions à bas prix avec des économies substantielles.

On décide de fermer les marchés où les agriculteurs et autres indépendants vendent leur production sous le fallacieux prétexte que les mesures de distanciation sociale ne sont pas respectées (où sont les policiers et autres gendarmes pour le faire ?). Quels beaux cadeaux aux multinationales des hypermarchés ! Merci pour les Parfait, Fabre et Hayot dont les marges bénéficiaires ne bougent pas d’un iota !

Ce gouvernement profite de la crise pour écraser les petits et enrichir ses amis.

Et voilà Macron qui annonce un « plan massif » pour l’hôpital. Après l’avoir refusé pendant plusieurs mois. En pleine guerre, voilà donc notre général qui se rend compte qu’il a trop sabré dans son armée.

En Martinique, à bien lire les communiqués pour le moins abscons de l’Ars, la quasi-totalité des cas de coronavirus viennent de l’extérieur. Pourtant on passe en phase 3. Pourquoi sauf à vouloir justifier l’incohérence des autorités qui ont sciemment (ou par inconséquence, ce qui serait pire) laisser le virus circuler dans notre société.

Et voilà donc les contrôles avec des policiers ou gendarmes arrogants venant nous expliquer que nous sommes peu sérieux de bouger comme cela alors que le gouvernement a dit de rester chez soi.

Je pense qu’il faut se confiner mais ceci ne justifie ni la répression ni ces leçons de civisme venant d’autorités incapables.

D’autant que, on pourra dire ce qu’on veut mais le confinement à Volga Plage ou à Dillon est différent de celui de la résidence préfectorale de Didier. Or personne ne semble prendre en compte cette différence !

Voilà aussi qu’on nous explique que les caissières sont quasiment des héroïnes. Sauf qu’elles sont à leur poste pour un salaire minimal car elles n’ont pas d’alternative sinon le licenciement. Aucune n’a envie d’être là. Ce sont des héroïnes contraintes et forcées qui n’auront que des clopinettes (et encore !) au regard des profits monstrueux de leur patron.

Il faudrait arrêter avec cette hypocrisie.

Que dire de nos politiciens sans pouvoir qui implorent le gouvernement de faire ceci ou pas cela, quitte à demander de l’aide à Cuba !

Pathétique !

Des syndicats français ont demandé au gouvernement de définir ce qu’étaient les « commerces essentiels ». Ce dernier s’y refuse car ce qui est essentiel à ses yeux est que l’économie libérale continue de fonctionner le mieux possible en attendant le retour à la normale. On a même vu une ministre du travail dénoncer des patrons qui refusaient de faire travailler leurs salariés sans risque.

Ici aussi, qu’est ce qui est « essentiel » selon le nouvel arrivant de la Préfecture ?

Quand j’écris (toujours 25 mars au matin) nous en sommes à 66 infectés en Martinique dont 12 en réanimation. Quand on interroge le directeur du Chum, il dit avoir au moins 50 respirateurs (c’est la machine qui permet de survivre quand on est en réanimation) mais n’indique pas le nombre de salles de réanimation.

Dans ce paysage de mensonges, notons la réponse du chef du service des urgences du Chum à la question de savoir si on est prêt : je ne sais pas car j’ignore ce qui nous attend.

Humilité et honnêteté !

Il en faut. Il ne faudrait que cela.

Restez confinés !

                                                                                   Raphaël CONSTANT

                                                                                                           Avocat et Militant confiné

Pages