Accueil

COURRIER A MADAME LA RECTRICE DE MARTINIQUE

SNUEP-FSU Martinique

Madame la rectrice,

 

Nous tenons à vous remonter notre grande surprise suite à l’autosatisfaction qui a sous-tendu votre intervention hier au JT de Martinique 1ère.

 

Nous ne pouvons d’ailleurs que la caractériser de scandaleusement indécente, face aux situations difficiles et de souffrance, que vivent certains de nos collègues.

L’indécence a même atteint son paroxysme quand vous vous êtes autorisée à signaler que vous traitiez les demandes de révision d’affectation des collègues malheureusement affectés hors de l’île, « au cas par cas ».

 

Le SNUEP-FSU Martinique vous avait déjà signalé sa totale réprobation de votre politique injuste de révisions, puisque nous avons les preuves que vous émettez des avis favorables dans des disciplines où il y a déjà des TZR, donc des collègues sans postes fixes, alors que vous refusez de soutenir les autres qui eux, peuvent être accueillis sur des supports et BMP vacants.

 

Vous auriez pu par exemple, défendre le cas de notre collègue mère de famille de 2 enfants en bas âge, en lettres-espagnol, affectée hors de l’île. La bivalence de cette collègue lui ouvrait diverses possibilités, lettres ou espagnol dans le général, et pareil dans le professionnel. Le cas de notre collègue d’économie-gestion commerce et vente, mère de famille elle aussi de 2 enfants en bas âge que vous avez décidé de ne pas soutenir, entraîne également incompréhension et condamnation puisque les BMP dans sa discipline sont nombreux.

 

Nous n’acceptons donc pas que nos collègues soient obligés de laisser leur île et familles parce que vous aurez décidé de ne pas les soutenir et qu’en plus, vous les insultiez en jugeant adéquat de préciser « qu’il s’agit d’un concours national ».

 

Vos services et en particulier vos proches collaborateurs, auraient dû également mieux faire quant à la gestion des professeurs stagiaires, tzr et contractuels.

Il n’est pas acceptable que ces derniers soient prévenus tout juste avant la rentrée, ou soient encore en attente d’une affectation, alors qu’il existe des postes vacants dans leurs disciplines.

 

Nous en profitons pour vous signaler que nous ne pouvons que condamner que vos SG, DRH et Chef de division des personnels 1 pleurnichent, dès lors que nous les mettons devant leurs fautes accomplies et leur manque avéré de rigueur.

Nous attendons d’eux tous qu’ils aient la posture  liée à leur fonction de cadres ou hauts fonctionnaires : Apporter des solutions aux tracasseries des collègues et se mettre au travail pour l’académie de notre Martinique.

 

Nous avons l’honneur de vous demander d’arrêter de vous répandre en phrases racoleuses qui ne trompent personne aujourd’hui, en tout cas certainement pas les professionnels de l’Education :

C’est une ineptie d’essayer de faire croire que « puisque la Martinique a moins d’élèves, elle a donc moins besoin de professeurs ».

Ce faisant, vous êtes en train d’asséner un soufflet à la mesure phare du président MACRON qui lui a bien ciblé le grave problème de l’Education : Nos élèves ont besoin de plus d’encadrants et de professeurs.

Cette vérité est d’autant plus d’actualité en Martinique, quand on connait et maitrise sa réalité. Quand on veut que tous ses élèves rattrapent leur retard et réussissent comme leurs homologues des autres académies de l’hexagone.

 

Madame la rectrice, nous terminerons en vous signalant que nous serons très vigilants sur le sort qui sera réservé aux vies scolaires de nos établissements, aux contrats-aidés mais aussi à l’encadrement de nos élèves en situation de handicap.

Nous vous rappelons que ces derniers doivent être encadrés exclusivement par des AESH ou autres personnels comme les AVS, sélectionnés et recrutés par la cellule du rectorat.

Nous vous rappelons également que nous n’accepterons aucune dégradation des contrats des collègues déjà précaires. Ces contrats doivent commencer le 1er septembre et se terminer le 31 août.

 

Nous vous remercions pour l’attention que vous accorderez à notre courrier et soyez assurée, Madame la rectrice, que nous n’hésiterons pas à revenir vers vous pour dénoncer les problèmes qui affectent l’Ecole de notre Martinique.

 

Christophe THEGAT

Co-secrétaire du SNUEP-FSU Martinique

Pages