Accueil

Crapulerie électoraliste et violence circulaire

Yvon Serenus
Crapulerie électoraliste et violence circulaire

Ca se dit indépendantiste, ça se dit « patriote », ça se dit « défenseur du peuple Martiniquais » et jamais ils ne font un écrit ou une déclaration verbale pour dénoncer les conséquences de la politique colonialiste et la scélératesse des politiques ultralibérales de l’Union Européenne dans notre pays !

Si les petits commerçants, les petits entrepreneurs, la petite paysannerie sont ruinés et voués à la disparition, ce n’est pas pour eux à cause de la politique scélérate des banques et des assurances, ce n’est pas à cause des normes inadéquates imposées qui les écrasent. Pour eux, c’est parce qu’ils sont incapables de mener valablement leur affaire !

Si la majorité de la population est endettée, ce n’est pas à cause du caractère abusif des prix imposés par les monopoles coloniaux et de l’injustice fiscale. Pour eux, c’est parce que les élus qu’ils veulent « déchouker » ne font pas leur travail, ne créent pas des emplois et ne savent pas « booster l’économie ».

Si les collectivités martiniquaises sont dans la tourmente financière, ce n’est pas à cause du désengagement criminel de l’Etat colonial et ultralibéral, ni des compétences attribuées sans financement. Pour eux, c’est à cause de la « gestion calamiteuse » de ces élus, dont il faut absolument leur donner la place ! D’ailleurs le Colon leur donne régulièrement des satisfécits de bonne gestion.

Pour occuper de minables strapontins du pouvoir, il faut à tout prix écraser ses semblables, s’adonner à tous les acoquinements possibles avec l’Europe et ses commissaires, avec l’AFD, la macronie et ses préfets !

Outre que ces comportements relèvent de la crapulerie électoraliste, ils sont surtout une manifestation de la violence circulaire que dépeignait Frantz FANON : On cherche à détruire ses compatriotes colonisés pour avoir le sentiment d’exister. Le plus tragique est que ces « élites » attisent dans la population cette violence, ce déchirement, ces divisions qui entravent tellement la lutte pour la décolonisation. Car, leurs fanatiques, ceux qui ont déjà reçu des miettes ou qui espèrent encore des retombées, mais aussi les inconscients qui se laissent manipuler, amplifient les ravages de leur lamentable politique de trahison en répercutant leurs messages indécents.

L’histoire les jugera !

Yvon Serenus

Pages