Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Dany Bebel-Gisler : la grande (d)âme n'était pas l’esclave de la négritude

Interview d'Elie Shitalou, par Jean S. Sahaï.

Il serait simpliste et périlleux de se limiter à penser, et d'aucuns pourraient en être tentés, qu'une personne de l'envergure intellectuelle et de la stature humaine de Dany Bébel n'ait combattu qu'avec en tête une mythique «cosa negra», ou une fougue purement «afro-gwada».

Certes, elle témoignait un respect exemplaire à l'Afrique de ses origines, et savait se parer avec goût de ces tissus qui lui allaient si bien.

Mais l'union de Dany Bébel avec Monsieur Gisler, parisien, et l’interview-scoop que voici sur ses échanges avec le guadeloupéen d’origine indienne Elie Shitalou sont là pour prouver que Dany Bébel-Gisler visait, comme tous les grandes figures, à la dimension universelle de l'homme: elle avait commencé avec Elie et quelques autres indo-créoles (Jacques Sidambarom, Jocelyn Nagapin, Jean S. Sahaï), un travail que sa disparition ne saura empêcher, et dont le fruit paraîtra après son envol.

JS: Elie Shitalou tu es hindou guadeloupéen, ingénieur en agriculture connu de tous les éleveurs pour ton immense travail au service du pays dansle domaine de l'insémination. Tu es aussi un ardent défenseur de la reconnaissance de l'apport indien à la culture, et au développement, à l'évolution de l'ensemble des habitants de notre Guadeloupe. Nous venons d'apprendre la disparition de Dany Bébel-Gisler, militante, combattante. Aux yeux de beaucoup elle incarnait la défense d'une culture nègre, en particulier par son travail sur La Route de l'Esclave. Cependant, tes contacts avec elle montrent tout l'intérêt qu'elle portait également à la présence indienne en Guadeloupe.

Comment l'as-tu rencontrée?

ES: J'ai rencontré Dany dans le cadre de la formation «DULCR» (Diplôme Universitaire de Langues et Cultures Régionales) à l'UAG. Ce fût l'occasion pour nous de partager de longues discussions sur nos combats culturels. Une motivation permanente d'aller à l'essentiel et à l'essence de nos racines propres, diverses. Comprendre, apprendre à comprendre, et agir pour ne plus être des spectateurs jugulés de notre propre anéantissement.

JS: Avez-vous ensuite maintenu le contact, envisagé de comparer votre vision ?

Nous en avons gardé d'excellents souvenirs ,et nous avons poursuivi des collaborations dans des domaines divers, notamment sur «La Route de l'Esclave». Son projet, sur lequel nous étions en train de travailler, était de produire, dans le cadre de cette manifestation, une idée, une action de collaboration forte entre le groupe culturel indien de Guadeloupe et celui des guadeloupéens d'origine africaine.

Au début de cette année 2003, Dany m'a contacté pour me faire part de son projet : écrire un ouvrage destiné aux enfants sur «l'Histoire de l'Arrivée des indiens en Guadeloupe».

JS: Cela a du te surprendre... L'auteure de "Créole, langue jugulée" ne manifestait pas publiquement d'intérêt pour un tel sujet. Etait-ce une prise de conscience nouvelle ?

ES: Sur le coup, j'ai été assez perplexe, me disant qu'il s'agissait d'une idée «en l'air», et me demandant pourquoi elle allait s'intéresser aux Indiens. Le temps passa, et en milieu d'année, à l'occasion d'une fête à Capesterre Belle-Eau, elle me relança sur son projet.

Là encore, ma réaction fut hésitante. Le 1er août, elle me recontacte, souhaitant m'interviewer le lendemain. Hélas, prenant l'avion, je décline son invitation, en lui promettant malgré tout qu'à mon retour le 25 août, j'allais pouvoir lui consacrer du temps.

JS: Quel était ton point de vue sur une telle collaboration?

ES: Durant ces congés, il m'est apparu capital d'aider Dany dans son projet. Car son statut, sa stature, et ses origines, allaient donner plus de force à cette part de notre Histoire qui a été occultée. Il était préférable, et c'était déjà mon point de vue à ce moment là, que ce travail soit fait par Dany Bébél-Gisler plutôt que par quelqu'un d'origine indienne. J'en étais arrivé à cette conclusion. Et le jour prévu, nous avons passé de longues heures chez elle, dans sa maison de Chartreux.

JS: En est-il résulté du positif?

ES: Le 22 septembre dernier, elle me rappelle pour faire le point et solliciter des informations de dernière minute, des détails, comme par exemple le prénom à donner à son héroïne de petite Indienne. Lorsque j'ai avancé le nom de Sundari, ses yeux ont pétillé de joie et de bonheur !

{« Oh, Sundari, tu aurais dû être présente pour partager ce moment d'émotion...»}

JS: Elle vivait donc intensément le projet ! De quoi avez-vous encore parlé? Connaissant-elle bien l'histoire des Indiens de Guadeloupe,et leurs apports à l'ensemble du pays?
de leurs économies aux planteurs-usiniers pour continuer à taire tourner leurs usines... Quand je lui ai raconté l'histoire de cet hindou nommé RAMSAMY qui avait offert une portion de terre pour construire la très catholique église de Saint-François, elle m'a dit : «Ce qui a guidé les Indiens et leur a permis de survivre, dans cet environnement hostile, c'est bien leur FOI en Dieu».

JS: En effet, comment pourrait-on le nier. Mais encore ?

ES: Elle a poursuivi, sur ce fait que beaucoup ignorent : «C'est un autre indien, Mario RAMASSAMY qui a nous donné les 5.000 m2 nécessaires pour bâtir le projet « Bwa-Doubout» - l'école privée au Lamentin (Guadeloupe) dans laquelle elle scolarisera, en créole, à la manière du précurseur Gérard Lauriette, les exclus du système scolaire.

JS: Ce don peu connu, autre exemple de l'oubli, de l'occultation consciente et inconsciente, qui sont le lot d'une importante contribution à notre pays. Les célébrations de 2004 seront une bonne occasion de mieux faire connaître et apprécier le rôle positif de la présence indienne en terre créole...

ES: L'Histoire est peut-être cyclique...

JS: Et, bref, tu n'as plus revu Dany...

ES: Avec un programme de travail très chargé et devant quitter le département le 27 pour une semaine, je l'ai contactée le jour même de mon départ. Nous avons, à différents moments de la journée, échangé au téléphone, sur les détails qu'elle souhaitait avoir pour boucler le projet qui était déjà, à ce moment-là chez son éditeur, Jasor.

JS: Et ce fut votre dernier entretien...

ES: Et ce fut le dernier contact...

JS: Merci de nous avoir révélé un des derniers gestes de cœur de Dany Bébel-Gisler : tout en travaillant à l’orée de 2004 sur la Route de l’Esclave, penser rendre aussi hommage à ce sang indien qui, avec d'autres, coule aussi dans les veines du pays qu’elle aimait… Et qui sait, la Grande (d)âme, puisque ce fut son désir inachevé d’en savoir plus et de connaître l'Inde, renaîtra-elle peut-être... dans le Coromandel !

Merci Elie, merci Dany.

Entretien: Jean-S. Sahaï, 2003.

Post-scriptum: 
Publication posthume : Bébel-Gisler, Dany Grand-mère, pourquoi Sundari est venue en Guadeloupe? L'arrivée des premiers Indiens en Guadeloupe racontée aux enfants Illustrations de Michèle Chomereau-Lamotte. - Pointe-à-Pitre : Éd. Jasor, impr. 2005 1 vol. (40 p.) : ill. noir et coul. ISBN 2-912594-48-0 (br.) : 10,70 EUR. NOTA : On peut regretter que l'éditeur n'ait pas jugé utile de remercier toutes les personnes qui ont contribué à la parution posthume de cet ouvrage... JS. S. (NOTA : On peut regretter que l'éditeur n'ait pas jugé utile de remercier toutes les personnes qui ont contribué à la parution posthume de cet ouvrage... JS. S).

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.