Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

De la farine de manioc (suite)...

Léandre LITAMPHA
 De la farine de manioc (suite)...

Un travail d'hommes et de femmes,...

Localement, il y a toujours un grand besoin de farine de manioc, de galettes, de tapioca...

Chaque année les jeunes, suite à leur brillantes études pas toujours appropriées aux besoins locaux, quittent nombreux le pays sans apprendre à en produire ; 

les aînés disparaissent avec leur savoir-faire.

Les cases à farine et les moyens techniques s'effondrent. 

Pourquoi en faire venir d'ailleurs, alors qu'on pourrait continuer à en faire chez nous avec d'autres moyens à innover ou modernes.

Allez demander à ceux qui restent au pays comment produire. On peut les compter sur les doigts d'une main. Bof ! Le reste ne sait pas ou bien se dit que cela demande trop physiquement et en petit investissement.

Nos terres sont polluées à force d'en abuser massivement à pratiquer d'autres cultures pour l'exportation. Tout de même...

Il semble qu'il faudra sous peu que nous revenions à des productions locales pour notre autosuffisance alimentaire.

Opérations pour la farine : Extraction des racines - grattage ou épluchure - lavage - râpage au moulin - récupération de la pâte dans le bac - mise sous presse et récupération du jus pour extraire le tapioca -

Utilisation d'un tamis pour casser les mottes, ajouter du tapioca et les passer afin d'obtenir dans un autre bac les grains encore humide -  C'est au bout de 2 ou 3 heures que l'on peut récupérer par décantation le tapioca au fond d'un seau, après avoir jeté l'eau jaune au-dessus - Séchage progressif dans une platine chauffée sous contrôle au feu de bois ; le manœuvre fait bouger la farine pour qu'il n'y ait pas agglomération des grains humides au moment du séchage ; il prend soin d'ajouter de temps en temps, à l'aide d'un "coui" de calebasse, le produit frais à la partie déjà plus avancée au séchage. Enfin, une fois qu'il a manœuvré (remué la farine dans tous les sens à l'aide d'un rabot ou d'un caret - dans le cas du séchage motorisé il y a une certaine autonomie d'actions automatiques-) et qu'il est satisfait du degré nul d'humidité, il le récupère dans un sac ou un récipient bien sec - Après refroidissement il remplit ses petits sachets pour 1 kg, prêt à la consommation. 

Voici alors des photos des diverses opérations.

Martinique, le 24 mars 2019.
De Léandre LITAMPHA.

Pages