Accueil
Haiti-Littérature

DES AUTEURS HAÏTIENS AU SALON DU LIVRE DE QUEBEC POUR FETER LA DIVERSITE

sur www.alterpresse.org

Des auteurs haïtiens séjourneront au Québec dans le cadre de l’évènement « Espace de la diversité » du Salon international du livre de Québec qui se déroule du 13 au 17 avril 2011.

L’initiative est prise par les éditions Mémoire d’encrier, et la délégation haïtienne est composée des auteurs Frankétienne, Gary Victor, Kettly Mars, Michel Soukar, Jean Euphèle Milcé et du comédien Garnel Innocent.

L’espace de la diversité est un espace de partage et de solidarité mis en place par les éditions Mémoire d’encrier en collaboration avec le Salon international du Québec. L’objectif est de célébrer le dialogue, le partage et la solidarité.

« Au-delà du livre, il y a la nécessité d’être ensemble pour penser le vivre-ensemble », précise un communiqué annoncant l’évènement.

Dans le cadre de cet espace, Frankétienne présentera sa pièce Melovivi au public ; Michel Soukar signera son roman Cora Geffrard, qui vient de sortir chez Mémoire d’encrier et Jean-Euphèle Milcé lancera Des jardins naissent, récit paru aux éditions québécoises Coup de tête.

Des auteurs d’horizons divers seront accueillis à cet espace, comme Alain Mabanckou (Congo), Tierno Monénembo (Guinée), Felwine Sarr (Sénégal), Yara El-Ghadban, (Palestine) Liliana Lazar (Roumanie), Sofiane Hadjadj (Algérie), Suzanne Dracius (Martinique).

L’Espace de la diversité, est un « espace vivant de dialogues et d’échanges pour faire appel à la beauté du monde dans le partage et la solidarité », poursuit le communiqué. L’espace fait une large place aux auteurs autochtones : Naomi Fontaine, Joséphine Bacon, Rita Mestokosho, etc.

Pour Rodney Saint-Éloi (photo), écrivain et éditeur de Mémoire d’encrier, « cet évènement illustre notre regard sur le monde… nous mettons en page ainsi certains mots simples comme partage, générosité, amour, ouverture, solidarité, résistance, tendresse… Au-delà du livre, il y a un vivre-ensemble et une dignité humaine à convoquer et à préserver. C’est là le combat. »

Pages