Accueil

des travailleuses des champs privées de leur utérus "pour améliorer leur rendement"

des travailleuses des champs privées de leur utérus "pour améliorer leur rendement"

C’est une ONG du nom de Tathapi qui a alerté l’opinion publique en Inde : dans le district de Beed (à l’est de Bombay), un nombre anormal de femmes a subi une hystérectomie, une ablation de l’utérus. L’objectif de cette opération serait d’empêcher ces travailleuses des champs, employées dans les plantations de canne à sucre, d’avoir leurs règles. Elles sont ainsi plus productives puisqu’elles peuvent travailler sans arrêt.

Dans cette région de l’Inde, 36% des femmes qui travaillent dans les champs ont subi une ablation de l’utérus. Un chiffre bien plus élevé que dans le reste du pays, note Tathapi, une association indienne qui défend les droits des femmes. "La moyenne en Inde s’établit à 3,2%", rapporte le site internet du Courrier international qui relaye une enquête publiée par le média Firstpost le 16 juin dernier.

"Les employeurs des coupeuses de canne à sucre poussent souvent les femmes à procéder à l’opération pour qu’elles n’aient plus leurs règles, ce qui rendra leur vie plus simple et leur permettra, entre autres, de travailler sans interruption", peut-on lire dans l’article de Firstpost.

Les opérations chirurgicales sont effectuées à la demande des employeurs par des cliniques privées. L’un de ces établissements ne compterait même pas de gynécologue dans ses équipes. "Certains témoignages de victimes indiquent que des médecins instrumentalisent la peur du cancer du col de l’utérus pour arriver à leurs fins", écrit encore Courrier International. Pire : ce sont les femmes elles-mêmes qui payent les frais médicaux, entre 250 et 500 euros, alors que leur salaire tourne autour des 400 euros par saison.

 

Post-scriptum: 
Une femme au milieu d'une plantation de canne à sucre dans la périphérie d'Ayodhya, au nord de l'Etat d'Uttar Pradesh (Inde), le 6 décembre 2018. - © SANJAY KANOJIA - AFP

Pages