Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

En Martinique, la situation invraisemblable des établissements scolaires fermés depuis cinq mois

Marie Piquemal
En Martinique, la situation invraisemblable des établissements scolaires fermés depuis cinq mois

Une grande partie des écoles, collèges et lycées sont fermés depuis décembre, d'abord en raison du mouvement de grève contre la réforme des retraites. Puis de la crise sanitaire. Aujourd'hui, seules 15 écoles ont rouvert.

Tout en parlant, elle feuillette son cahier d’appel. «La dernière fois que j’ai vu mes élèves en classe… C’était le 15 janvier. Oui, c’est bien ça. Depuis bientôt cinq mois, mon collège est fermé et toujours pas de date de reprise !» Florence Lapierre, professeur d’EPS à Sainte-Marie en Martinique, est passée par tous les stades: la patience, l’incompréhension, la colère, la résignation. «A présent, je suis blasée. Comme tout le monde. Comment ne pas l’être ?» Partout sur le territoire, l’année scolaire a été particulière, hachée comme jamais, avec le mouvement de grève contre les retraites, très suivie dans le domaine de l’éducation, puis cette crise sanitaire et la fermeture inédite des écoles. Mais en Martinique, encore plus qu’ailleurs, la situation interpelle. «Une grande majorité des écoles, collèges et lycées sont fermés depuis le mois de décembre», reconnaît le rectorat.

«Il y a une inertie»

Comme Libé l’avait raconté, la crise sociale avait pris sur l’île une tournure inédite : chaque nuit des manifestants bloquaient les accès des établissements avec cadenas et palettes. De sorte que même les non grévistes ne pouvaient faire cours. La situation s’apprêtait à rentrer à la normale quand le confinement a été décrété. «On aurait pu penser que les autorités allaient réagir encore plus vite à la fin du confinement. Mettre le turbo pour rouvrir les établissements dès que possible», poursuit l’enseignante. On l’entend soupirer au téléphone : «Eh bien non. Pas du tout. Il y a une inertie… On dirait que tout est fait pour qu’on ne reprenne pas !» A ce jour, seules quinze (1) écoles maternelles et élémentaires sur les 344 établissements de l’île ont rouvert leurs portes, confirme le rectorat de Martinique. Tous les collèges et lycées restent fermés. «La collectivité territoriale de Martinique a indiqué le 29 mai qu’une reprise progressive de l’activité pourrait être envisagée à compter du lundi 8 juin», précise, avec des pincettes, le rectorat dans un communiqué.

Florence Lapierre n’y croit plus. «Sept minutes après l’intervention du ministre de l’Education qui indiquait que 100% des écoles rouvraient, la mairie de Trinité postait un message sur Facebook appelant à venir chercher les affaires de leurs enfants en classe car les écoles resteront fermées jusqu’en septembre !» Lucie (2), mère d’un enfant en grande section de maternelle, a reçu un message du même type, invitation à venir vider les tiroirs. «On vient de créer un groupe Facebook avec des parents pour essayer de faire quelque chose. Qu’on en parle, au moins. C’est surtout cette passivité qui est insupportable, cette impression que rien n’est fait pour rouvrir les écoles. Une partie des parents ont peur du virus, c’est vrai. Mais d’autres n’attendent qu’une chose, la réouverture. Pour les enfants, et puis, nous, parents pour travailler.»

Rancœur qui enfle

En une paire de jours, une centaine de parents a déjà rejoint le groupe. A mots prudents, elle parle de cette rancœur qui enfle, quand on essaie de jongler entre le travail et la garde des enfants à la maison. Et qu’à côté, «les écoles fermées restent fermées, avec des personnels qui ne font rien pour que ça reprenne». Elle ajoute : «Si le problème c’est le manque de savon dans les sanitaires, les parents sont prêts à en fournir !» Elle raconte ces messages d’amis désespérés, leurs inquiétudes partagées pour ces enfants qui perdent la motivation de travailler à distance, ou n'en ont pas les moyens. Avec une crainte : «Qu’on perde encore du temps en septembre car rien n’aura été fait dans les établissements d’ici là pour s’organiser.»

(1) Après la publication de l'article, le rectorat précise qu'aux 6 écoles rouvertes jusqu'ici, viennent s'en ajouter 9 autres à compter de ce jeudi.

(2) Le prénom a été modifié.

Marie Piquemal

Commentaires

Véyative | 06/06/2020 - 07:07 :
Mettre le turbo, tous ensemble ( enseignants, agents des collectivités..etc) , vous avez raison: on n'a rien vu, ni entendu. La bonne volonté est inexistante. Hallucinant dans un territoire où le virus n'a jamais été très virulent et surtout il s'apaise selon les chiffres.La population sort de plus en plus sans masques.....Ce décalage avec les réalités cache assurément quelque chose ( profiteurs de vacances inopinées ?) .
Véyative | 07/06/2020 - 08:16 :
Zut, j'ai oublié une bonne volonté quand même, qui était bien visible , celle de Sylvia S. élue à la CTM. J'ai bien compris qu'on lui a tiré le tapis sous le pied...