Accueil
LA COURONNE DE LAURIERS (SEMAINE DU 04 AU 11 FEVRIER 2008)

ESTELLE DEAU, NOUVELLE ASTROPHYSICIENNE MARTINIQUAISE

En matière de « stars » ou d’étoiles, notre presse locale privilégie chanteurs, musiciens, sportifs et mannequins de mode à longueur d’année. Pourtant, une jeune Martiniquaise de 27 ans, Estelle Déau, vient de prouver qu’on peut avoir la tête dans les étoiles sans pour autant rêver d’être finaliste de la Star Academy.

En effet, elle a brillamment soutenu, en novembre dernier, une thèse de doctorat en astrophysique intitulée (excusez du peu !) :

{ « Le traitement des images de la sonde spatiale Cassini et l’étude des anneaux de Saturne et du satellite Titan »}
C’est le Commissariat à l’Energie atomique qui a couronné cette thèse de 450 pages écrite par Estelle Déau, ancienne élève du Lycée Schoelcher de Fort-de-France, puis étudiante à Poitiers et enfin à Paris.

Soutenue par une bourse régionale de formation doctorale au cours des trois dernières années, notre jeune astrophysicienne est venue présenter ses travaux au Conseil Régional de la Martinique cette semaine.

{{WOULO-BRAVO DONC A ESTELLE DEAU !}}

(Rappelons qu’elle est la deuxième jeune martiniquaise à obtenir un doctorat en astrophysique ces derniers temps)

{Cliquez pour agrandir.}

Commentaires

algo | 11/02/2008 - 15:34 :
Woulo ba Estelle Deau...J'espère qu'elle pourra travailler en martinique dans la fonction qui l'interesse,histoire que ça ne soit pas encore un non martiniquais qui obtienne ce poste....
fcy_tjb972 | 16/03/2008 - 22:28 :
Je porte à votre connaissance que ma fille Valentine Wakelam a soutenu avec succès sa thése de docteur en astrophysique le 21 septembre 2004 à l'observatoire de Bordeaux. Elle est née à Trinidad et a effectué toutes ses études de la maternelle jusqu'au baccaulauréat dans les école, collège, lycée général de Trinité en Martinique. Elle a continué ses études supérieures, du DUEG juqu'à la maitrise à l'université de Fouilloles en Guadeloupe, cette matière n'étant pas disponible en Martinique. C'est un pur produit de l'éducation antillaise. Ayant épuisé les possibilités locales, elle fut contrainte de continuer son doctorat et sa thèse à l'université de Toulouse, détachée à l'observatoire de Bordeaux. Après 2 ans de post-doc aux Etats Unis, université de Columbus dans l'Ohio, elle présente le concours d'entrée au CNRS en 2006. Reçue brillamment, elle est actuellement la seule astrophysicienne issue uniquement de l'éducation antillaise à être chargée de recherche au CNRS (titularisée depuis un an, en poste à l'observatoire de Bordeaux). Ci-dessous son adresse mail : walentine.wakelam@obs.u-bordeaux1.fr et la mienne : autrebord@wanadoo.fr Dans l'attente de vous lire, cordialement E. MANGE