Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Et tout s’est arrêté… Epi blip ! Tout biten-la anni èstòp …

Pierre Alain LEJEUNE
Et tout s’est arrêté…  Epi blip ! Tout biten-la anni èstòp …

Latè té ka déboulé atout balan adan on kouskouri san souf, san papa, san manman,  é kanmenmsi noutout té plis ki sav sa té kay fini mal si sa té kontinyé konsa, ponmoun pa té ka touvé ola bouton omodhèp-la té yé.

Epi tout bidim zagalas-lasa anni èstopé limenm a-y : blip !

Tousa parapòt a on ti-ayen-di-tou, on ti-pipich anpenn pou ou té pé vwè-y, on viris, on mikrob, on pispiristi. A pa jé ! E mi toutmoun doubout ogardavou, défandi gwouyé !

Mé kijan sa kay pasé aprésa ? Lèwvwè latè ké woupwan chimen lavi, davwa yo ké rivé èstopé kalvakad a vyé tibèt mové-la, ka vi an-nou ké ni pou i ka sanm aprésa ?

 

Ce monde lancé comme un bolide dans sa course folle, ce monde dont nous savions tous qu’il courait à sa perte mais dont personne ne trouvait le bouton « arrêt d’urgence », cette gigantesque machine a soudainement été stoppée net. A cause d’une toute petite bête, un tout petit parasite invisible à l’œil nu, un petit virus de rien du tout… Quelle ironie ! Et nous voilà contraints à ne plus bouger et à ne plus rien faire. Mais que va-t-il se passer après ? Lorsque le monde va reprendre sa marche ; après, lorsque la vilaine petite bête aura été vaincue ? A quoi ressemblera notre vie aprèsa ?

 

Après ?

Nous souvenant de ce que nous aurons vécu dans ce long confinement, nous déciderons d’un jour dans la semaine où nous cesserons de travailler car nous aurons redécouvert comme il est bon de s’arrêter ; un long jour pour goûter le temps qui passe et les autres qui nous entourent. Et nous appellerons cela le dimanche.

 

Aprésa ?

Nou ké sonjé jan sa té bon arèsté fè kouboulin, nou ké sitèlman vlé woutouvé tan konfinman-lasa, nou ké désidé pwan on jou adan simenn-la pou nou pozé, blèz kò an-nou é pwan plézi adan konpangni a moun alantou an-nou : nou ké kriyé joupòz-lasa JOU-DIMANCH.

 

Après ?

Ceux qui habiteront sous le même toit, passeront au moins 3 soirées par semaine ensemble, à jouer, à parler, à prendre soin les uns des autres et aussi à téléphoner à papy qui vit seul de l’autre côté de la ville ou aux cousins qui sont loin. Et nous appellerons cela la famille.

 

Aprésa ?

Toulézèz ké ka rété anba menm tòl-la ké pwan on rézolisyon : pasé menm sé twa swaré adan on simenm, ka jwé ki sé kat, domino oben danmyé,  twa swaré ka kozé, ka téléfonné gran-apa ka viv tousèl a-y lòtbò anvil, oben kèk kouzen oswa kousin pou pwan nouvèl a-yo . Nou ké kriyé sé swaré-lasa swaré a LAFANMI

 

 

Après ?

Nous écrirons dans la Constitution qu’on ne peut pas tout acheter, qu’il faut faire la différence entre besoin et caprice, entre désir et convoitise ; qu’un arbre a besoin de temps pour pousser et que le temps qui prend son temps est une bonne chose. Que l’homme n’a jamais été et ne sera jamais tout-puissant et que cette limite, cette fragilité inscrite au fond de son être est une bénédiction puisqu’elle est la condition de possibilité de tout amour. Et nous appellerons cela la sagesse.

 

Aprésa ?

Nou ké fè sé dépité an-nou la maké adan Konstitisyon a péyi-la : «  A pa tout biten moun pé achté. Ké fo sav pa konfonn on biten ou anvi èvè on biten ou bizwen, pa konfonn swèf èvè agouloutri » Ké fo yo maké adan konstitisyon-la : «  menmjan on pyébwa bizwen tan pou i pousé, menmjan ké fo lésé tan fè tan pou lavi-la byen pwan tan kadansé ». Ké fo yo maké adan Konstitisyon-la : « Nonm pa,  é pé ké janmé, mèt a tout biten asi Latè, é sé davwa fondòk a-y frajil i mérité yo bay é limenm a-y osi ba lézòt, lanmou ». Kifè nou ké kriyé sa : LASAJÈS

 

Après ?

Nous applaudirons chaque jour, pas seulement le personnel médical à 20h mais aussi les éboueurs à 6h, les postiers à 7h, les boulangers à 8h, les chauffeurs de bus à 9h, les élus à 10h et ainsi de suite. Oui, j’ai bien écrit les élus, car dans cette longue traversée du désert, nous aurons redécouvert le sens du service de l’Etat, du dévouement et du Bien Commun. Nous applaudirons toutes celles et ceux qui, d’une manière ou d’une autre, sont au service de leur prochain. Et nous appellerons cela la gratitude.

 

Aprésa ?

Touléswè a uitè-d-swè, nou pwan labitid bay waka ba sé moun-la ka okipé swangné santé a moun, mé ké fo-nou sonjé sé moun-la ka okipé dè zòdi an-nou la a sizè-d-maten, ba-yo waka ; sé chofè-transpò-la a névè-d-maten, ba-yo waka, ; sé moun politik-la nou voté ba-yo la, ba-yo waka, é menmjan pou tout moun ka woulé pou nou, pou noutout, souvantfwa san nou menm penga. E pa konpwanndi an fè on érè lè an palé sé moun politik-la, davwa adan mizè-la nou ké travèsé-la nou ké wouapwann ka sa yé sèvis a Léta : toujou rété a dispozisyon pou noutout viv plibyen. Nou ké kriyé sa : LAGRATITID

 

Après ?

Nous déciderons de ne plus nous énerver dans la file d’attente devant les magasins et de profiter de ce temps pour parler aux personnes qui comme nous, attendent leur tour. Parce que nous aurons redécouvert que le temps ne nous appartient pas ; que Celui qui nous l’a donné ne nous a rien fait payer et que décidément, non, le temps ce n’est pas de l’argent ! Le temps c’est un don à recevoir et chaque minute un cadeau à goûter. Et nous appellerons cela la patience.

 

Aprésa ?

Nou pwan labitid atann touatou an-nou adan fil moun ka atann touatou a-yo san ponmoun wouklé ni fè kòlè. Atoupannan nou ka atann nou pwan labitid palé èvè sé moun-la i ka atann menmjan èvè nou la . Kifè aprésa, nou ké konpwann pwan on tan pou palé, on tan pou nou fè lasosyété,  tan-lasa a pa tan an-nou, apa tan a ponmoun, sé on tan Lavi ban-nou  san konté, san nou bizwen péyé ahak, kivédi, aryennafè : « tan, a pa lajan » !  Tan sé on don a Lavi, fo  nou pwan tan-lasa pou nou aprésyé chak minit. Nou ké kriyé sa : LAPASYANS

 

Après ?

Nous pourrons décider de transformer tous les groupes WhatsApp créés entre voisins pendant cette longue épreuve, en groupes réels, de dîners partagés, de nouvelles échangées, d’entraide pour aller faire les courses où amener les enfants à l’école. Et nous appellerons cela la fraternité.

 

Aprésa ?

Tout sé krèy Watsap-la nou té fè la, ké fo-nou  mopfwazé-yo adan krèy réyèl, krèy yonnalòt, séparé manjé, bokanté nouvèl, rété yonnanlòt, fè konmisyon pou yonn, menné timoun lékòl pou on lòt. Nou ké kriyé sa : LAFRATERNITE

 

Après ?

Nous rirons en pensant à avant, lorsque nous étions tombés dans l’esclavage d’une machine financière que nous avions nous-mêmes créée, cette poigne despotique broyant des vies humaines et saccageant la planète. Après, nous remettrons l’homme au centre de tout parce qu’aucune vie ne mérite d’être sacrifiée au nom d’un système, quel qu’il soit. Et nous appellerons cela la justice.

 

Aprésa ?

Nou ké mété ri atè lè nou ké sonjé jan machinasyon- lajan té rivé mété-nou adan on sòt kalité lèsklavaj ola nou té maré-nou noumenm an-nou. Sé koul fwèt a mèt-lasa, lajan, ratibwazé bon enpé vi an moun, atoupannan i té ka dékalboré planèt an-nou la limenm a-y. aprésa nou ké sav sé MOUN pou nou mété an mitan a jé-la é nou pa janmé sakrifyé vi a ponmoun pou kèlanswa sistèm-la. Nou ké kriyé sa : LAJISTIS

 

Après ?

Nous nous souviendrons que ce virus s’est transmis entre nous sans faire de distinction de couleur de peau, de culture, de niveau de revenu ou de religion. Simplement parce que nous appartenons tous à l’espèce humaine. Simplement parce que nous sommes humains. Et de cela nous aurons appris que si nous pouvons nous transmettre le pire, nous pouvons aussi nous transmettre le meilleur. Simplement parce que nous sommes humains. Et nous appellerons cela l’humanité.

 

Aprésa ?

Nou pé ké janmé oubliyé kijan viris-lasa pa té ka gadé grad a moun, ki ras, ki rèlijyon, kèlanswa hoté lajan ou té ni, kèlanswa kilti ou té pé ni, i té byen mansousyé, i té ka vwè onsèl biten sé moun i té douvan-y é tout moun sé moun. Aprésa nou ké sav si nou néta ba moun sa nou ni i plimové adan nou, nou néta ba-yo osi sa i pliméyè. Tousa poudavwa sé moun nou yé. Nou ké kriyé sa : LIMANITE

 

Après ?

Dans nos maisons, dans nos familles, il y aura de nombreuses chaises vides et nous pleurerons celles et ceux qui ne verront jamais cet après. Mais ce que nous aurons vécu aura été si douloureux et si intense à la fois que nous aurons découvert ce lien entre nous, cette communion plus forte que la distance géographique. Et nous saurons que ce lien qui se joue de l’espace, se joue aussi du temps ; que ce lien passe la mort. Et ce lien entre nous qui unit ce côté-ci et l’autre de la rue, ce côté-ci et l’autre de la mort, ce côté-ci et l’autre de la vie, nous l’appellerons Dieu.

 

Aprésa ?

Andidan sé kaz an-nou la , adan tout fanmi moun, ké ni chèz  san moun, yo ké ja pwan chimen lòtbò-lavi, yo pé ké èvè-nou pou yo vwè aprésa-lasa, zyé an-nou ké pléré gwodlo. Sa i ké rivé-nou la ké fè-nou sitèlman mal, kay sitèlman boulvèsé-nou, kifèwvwè nou ké konpwann sé sa i ka fè-nou anlyannaj pli fò pasé longyè-distans, ni longyè-tan, pou nou ka rivé janbé lanmò limenm a-y. Lyannaj-lasa ka lyanné moun  p’asi chak koté a on lari, p’asi chak koté a lavi é lanmò, nou ké kriyé sa : LADEYITE

 

 

Après ?

Après ce sera différent d’avant mais pour vivre cet après, il nous faut traverser le présent. Il nous faut consentir à cette autre mort qui se joue en nous, cette mort bien plus éprouvante que la mort physique. Car il n’y a pas de résurrection sans passion, pas de vie sans passer par la mort, pas de vraie paix sans avoir vaincu sa propre haine, ni de joie sans avoir traversé la tristesse. Et pour dire cela, pour dire cette lente transformation de nous qui s’accomplit au cœur de l’épreuve, cette longue gestation de nous-mêmes, pour dire cela, il n’existe pas de mot.

 

Aprésa ?

Aprésa sa, hak pé ké menmjan-la èvè avan épi apré. Mé pou nou rivé viv onlòt jan lavi aprésa, fo-nou dépi alè, konmansé janbé alèkilé, fo-nou  asèpté konsidi nou ka mò vi a jòd-la an-nou lasa, on sòt kalité mò ka déchèpiyé-nou pasé lòtbò lanmò limenm a-y. Poudavwè, nou pa kay rivé wouviv si nou pa asèpté mò avan. Nou pa néta konnèt lapé si nou pa débarasé èvè tout hayisans i andidan-nou. Nou pa néta konnèt Lajwa si nou pa ka rivé janbé Latristès. Kifèwvwè, si nou vlé rivé di sa, di mofwazaj-lasa ka dékalboré-nou adan boulvès-lasa, Pou nou rivé di  kijan nou touvé-nou ansent dè noumenm épi nou akouché noumenm dè noumenm : PA TINI MO POU DI SA !  

Pierre Alain LEJEUNE

 prêtre à Bordeaux

avril 2020

Èktò Poulé  i mété tèks-lasa

an kréyòl Gwadloup  2 Avril 2020

Pages