Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

ETATS-GÉNÉRAUX : À QUEL JEU JOUENT LES ÉLUS MARTINIQUAIS ?

La grande messe voulue par l’Etat colonial français, sous le nom d’ « Etats-généraux », a donc commencé à Madiana ce samedi 18 avril. Devant une salle comble, on a pu voir le Préfet de la Martinique et le préfet Samuel d’origine guadeloupéenne présenter, tout miel, l’organisation de ce qui se veut une manière de prendre le pouls de la population martiniquaise sur les grands problèmes auxquels elle est confrontée.

On a aussi pu découvrir les présidents et membres des 8 ateliers prévus et noter ainsi que tous les partis politiques disposant d’élus, sauf le MODEMAS, étaient présents à savoir le MIM (8 représentants), le CNCP (1), le PALIMA (1), le PPM (4), le RDM (2), BATIR (1), la FSM (2), les FMP (2) et l’UMP (1). Les partis ne disposant d’aucun élu (GRS, Combat Ouvrier, AOP etc.) ou refusant le système électoral actuel (PKLS) n’avaient de toute évidence pas été conviés ou avaient décliné l’invitation.

Si la participation du MIM n’est pas vraiment une surprise, ce parti étant avant tout soucieux de remettre sur les rails le train de l’évolution institutionnelle qui avait déraillé suite à la grève de février dernier, celle du PPM est plus curieuse. Il semble que le parti d’Aimé Césaire ait, dans un premier temps, décidé de faire la politique de la chaise vide tout en impulsant des « états-généraux martiniquais » à travers le « Gran Sanblé Matinik » et le « Traité du Grand Dérangement ». Puis, constatant que ces belles initiatives avaient fait un énorme flop, le PPM s’est précipité aux états-généraux de l’Etat français de peur de rater le coche (en fait, lorsqu’il apprit que les propositions qui seront faites par ces derniers trouveront, pour certaines, une traduction législative et s’imposeront de fait à tous).

Curieuse aussi la participation du CNCP et du PALIMA que chacun avait pu voir très revendicatifs et très activistes lors des manifestations journalières ayant marqué le mois de février. Ainsi, alors que Marie-Jeanne appelait à un desserrement du blocage des stations services et des commerces d’alimentation, les dirigeants du CNCP et du PALIMA se trouvaient dans la rue, mégaphone à la bouche, pour inciter à la poursuite de la grève et des blocages. Aujourd’hui, tout ce beau monde__MIM, CNCP et PALIMA__est assis côte à côte dans les états-généraux du Papa Blanc !!! Comprenne qui pourra…

Apparemment, le MIM aurait réussi à « imposer » à l’Etat français que le SMDE (Schéma Martiniquais de Développement) et l’AGENDA 21 servent de base aux discussions qui se tiendront au sein des Etats-généraux au cours des mois à venir. Si cette information est vérifiée, alors, on ne peut que souhaiter plein succès à nos chers élus. Par contre, si l’Etat français, comme d’habitude, a feint d’accepter dans un premier temps pour ensuite imposer son propre agenda, alors là nos chers élus se retrouveront cocus.

Et nous avec !...

Pages