Accueil

EXPRESSION DE SOUTIEN A LA BOLIVIE « UNE ET INDIVISIBLE ».

Par Léandre LITAMPHA

- {{
Pourquoi les grandes puissances pensent-elles que les biens de la terre ne reviennent seulement qu’à eux et pas aux peuples de moindres envergures qui en possèdent également ?

- Pourquoi encore cette nostalgie à la colonisation de ces puissances féroces et voraces, qui ne pensent qu’à leurs profits ?}}

La Bolivie est un pays souverain "une et indivisible", avec un Président de la République élu à la majorité des suffrages.

Le peuple tout entier de ce pays démocratique doit respecter le chef de l'état élu et le gouvernement qui représentent le pays.

Les richesses de la Bolivie lui appartiennent pour le bien de son peuple.
Il est inadmissible que des adversaires se fassent des complices d'un pays impérialiste pour casser en deux la Bolivie et dilapider ses richesses.

L'union fait la force. Tous les Boliviens doivent se mettre ensemble derrière leur Président pour faire avancer leur pays.

Je soutiens fortement la démocratie et le respect que l'on doit à ce chef d'état, Evo Morales, ouvert à l'intérêt supérieur de son pays et de son peuple.

Vive la Bolivie souveraine et maître de son destin !
Vive la coopération pour le bien des Boliviens !
Vive la réussite en Bolivie !

De la Martinique, pays dans la Caraïbe

Le 26 avril 2008

L. Ltmph

----

Des similarités actives. Les mêmes causes créent les mêmes effets.

Il faut se le rappeler. Ce qui s’est passé en Irak risque de se reproduire en Bolivie.

1 - L’Irak, grand pays producteur de pétrole, avait autrefois un intéressant accès à la mer lorsque le Koweït en faisait partie intégrante. L’Angleterre a ouvert la faille, une plaie ; elle a fait du Koweït un territoire sous protectorat britannique. En complicité avec les USA et certaines grandes puissances l’état koweitien a été ensuite créé, un robinet à haut débit hémorragique de pétrole sur le front de mer pour le remplissage direct des tankers. Entre l’Irak et le Koweït, il n’y a pas de frontière souterraine pour empêcher le principe des vases communiquant. Alors…
L’Irak fut ensuite intoxiqué, gangrené, démantelé et enfin rendu inopérant par les USA, avec la complicité de cette même Angleterre. Nous connaissons la suite.

2 - Ce qui se passe maintenant en Bolivie est une activité similaire cherchant à faire de cette fameuse région de Santa Cruz en Bolivie un état autonome sous protectorat et à court terme un état souverain du même type que le Koweït, afin de permettre aux grandes puissances complices d’explorer ses richesses déjà très convoitées et d’avoir raison protéger Santa Cruz et son trésor, d’intervenir contre le nouvel ennemi, la matrice même (la Bolivie) du nouveau pays.

A chaque fois on fait une saignée, qui devient une source d’extraction de richesse ; on isole la plaie et on y porte soin. Lorsque Sadam Hussein intervint pour essayer de récupérer sa brebis égarée, il était déjà blessé et si on n’y prend garde la Bolivie risque de connaître la même sort.

L. Ltmph

Pages