Accueil

Fok an moun dékatiyé bagay tala ba mwen !

Serghe Keclard
Fok an moun dékatiyé  bagay tala ba mwen !

   Poutji toupatou oliwon latè-a yo ka palé Kréyol, pandan mwa oktòb-la,  yo ka gloriyé lang tala - Miyami, Pari, Monréyal, Sésèl, Moris, Ayiti, toupatou - ek Matinik, pani ayen ?  

   Ayen Lékol, 

   Ayen  adan gran jounal-la, 

   Ayen Latélé, yo ka kriyé «Martinique la 1ère», 

   Ayen adan piès Lanméri, 

   Ayen la CTM,

   Ayen Twopik-Latriyom, 

   Ayen piès koté Matinik. 

   Sé sanfoutépamal nou sanfoutépamal, oben sé tèt-nou ki flo, bon flo ?

   Pa di mwen sé Lafrans ki pa lé, ek kon nou anba grenn-li, nou pé pa fè ayen.  An-an, taa pa fèt piès !

   Libèté, sé wou ki ka mété'y doubout ! Déja-pou-yonn, nan tèt-ou, apré andidan tou sa ou ka fè touléjou. Si nou tout lé obidjoul kréyol-la, nou pé fè'y. Lè nou  lé, la nou lé, ek pèsonn pé pa koubaré-nou. Lè ou lé fè an bagay, i ni an chimen ba'y ! Alos, sa ka pasé ?

   Mwen ni lidé, sé pas touléjou nou ka gloriyé'y, kay-nou, épi tianmay-nou, épi zanmi-nou, madanm-nou, nonm-nou, lè nou ka fè lanmou, palé sérié oben fè lafet. Kidonk nou pa bizwen palantjé ankò ! Mwen ni lidé sé sa menm ! 

   Men, mwen ni an lot lidé. 

   Sé pè nou pè. Nou pè kò-nou. Nou pè moun andéwo di, épi zafè kréyol-tala, nou pa fransé, nou lé kaskod, nou pa ka vansé, nou ni dé pié-nou adan menm soulié-a dépi nanni-nannan. Pas sa moun ka di anlè-nou, sé sa ki potalan, dapré nou. Men sa nou ka fè ba nou, pou nou pé sa obidjoul, pou nou pé sa adoumanman nan tet-nou, anlè dé pié-nou, kanpé, nou sanfoutépamal. Bon kalté-a ! 

   Kouman yo pé kriyé sa ?    

   Mi menm teks-la nan fransé, pas man pa ni ayen kont lang tala, sé ta mwen tou :

   Il faudra que quelqu'un m'explique cette chose étrange !

   Pourquoi, partout où l'on parle le créole sur la planète, le mois d'octobre durant, on célèbre comme il se doit la langue créole - Miami, Paris, Montréal, les Seychelles, Maurice, Haïti, enfin partout où il existe des créolophones,- alors qu'en Martinique,  rien ?

   Rien, à l'Ecole,

   Rien, dans la presse et le grand quotidien,

   Rien, à la Télévision, celle qui s'autoproclame «Martinique la 1ère»,

   Rien, dans aucune des municipalités du pays,

   Rien, à la Collectivité territoriale de la Martinique,

   Rien, à Tropiques-Atrium,

   Rien, nulle part sur le territoire.

   Est-ce par mésestime,  ou sommes-nous, tout simplement, décérébré-e-s ?

   Que l'on ne me rétorque pas que la France est, par sa politique coloniale, -souvent oubliée par la majorité d'entre nous - la seule et l'unique responsable de cet assourdissant silence linguistique. Pour tout avouer, je n'y crois guère ! 

   La Liberté, ne s'octroie pas, elle est en nous, si nous le décidons ! D'abord, elle se dresse dans notre tête, puis, dans nos gestes  quotidiens. Si nous voulons ré-enchanter le créole, nous le pouvons, et personne n'y peut rien. «Où il y a une volonté, il y a un chemin» dit-on. Alors que se passe-t-il ?

   Il est vrai qu'habitué(e)s, que nous sommes, à célébrer le créole, chez nous, avec nos enfants, nos ami-e-s, nos épouses, nos maris, nos compagnons, nos compagnes, nos hommes, nos femmes, dans nos ébats amoureux, dans nos plaisanteries salaces ou nos paroles sérieuses, il nous paraît superfétatoire d'en faire davantage ! Non ? Pour sûr, je le jurerais ! 

   Mais, j'ai une autre interprétation. Nous avons peur. Peur de nous-mêmes. Peur qu'on dise - étrangers, touristes, que sais-je encore ? - qu'avec cette lubie créole,  nous ne sommes pas de vrais français, que nous voulons nous émanciper, voire demeurer dans notre ghetto, refuser de nous affranchir du passé et tourner le dos à la «modernité». Car ce que disent les gens à notre propos nous importe davantage, que ce que nous nous faisons à nous-mêmes, pour notre bien-être. Afin que nous soyons, femmes, hommes, enfants, réconcilié-e-s, équilibré-e-s, marchant sur nos deux pieds et toisant l'avenir à hauteur d'étoiles. C'est vrai, nous n'en avons cure, et c'est grave ! 

   Comment appelle-t-on une telle posture ? 

   Eti Kréyol-la, éti'y ? É/ Où est-il, le créole ? Serghe Kéclard, Oktob/Octobre, 2018. 

Image: 

Pages