Accueil

France "0", tarifs aériens, 40% des fonctionnaires, abattement fiscal etc. : le pouvoir régalien se fout de nous dans l'indifférence de nos parlementaires

France "0", tarifs aériens, 40% des fonctionnaires, abattement fiscal etc. : le pouvoir régalien se fout de nous dans l'indifférence de nos parlementaires

   En 1969, l'Angleterre dit à ses colonies antillaises (Sainte-Lucie, Dominique etc.) : "Ecoutez, je ne peux plus assumer mes devoirs régaliens envers vous. Je vais donc m'en aller d'ici dix ans, mais je vais vous aider durant cette décennie à préparer votre accession à l'indépendance."

   Ce qui fut dit, fut fait : en 1979, ces îles devenaient des états indépendants immédiatement acceptés à l'ONU.

   Cette attitude britannique, quoique teintée de colonialisme (puisqu'à aucun moment il n'a été question de payer des réparations suite aux trois siècles d'esclavage qui ont profité à l'Angleterre et à elle seule), est tout de même plus franche, plus honnête que celle de la France, Patrie des Droits de l'Homme et du Citoyen, Fille Ainée de l'Eglise Catholique Apostolique et Romaine et bla-bla-bla.

   Pourquoi ?

   Parce que la France, tant aux Antilles que dans ses colonies d'Afrique et d'Asie, a toujours cherché à imposer ses droits régaliens tout en se soustrayant aux devoirs régaliens qui vont avec. Et elle continue, après la perte de son empire colonial, à agir exactement avec nous, ses ultimes possessions ultramarines. Face à pareil comportement, nos élus de tous ordres, surtout nos parlementaires et nos maires, font les chiens couchants, n'ayant à la bouche que l'idiote antienne qu'est "la solidarité nationale". A  la limite que la droite martiniquaise tienne ce discours, cela n'a rien d'étonnant ni d'illogique. Mais quand on voit des autonomistes et pire, certains, indépendantistes y faire appel, il y a de quoi s'arracher les cheveux. Car enfin, ces personnes qui n'ont que les mot "Nation martiniquaise" à la bouche et qui vénèrent le drapeau rouge-vert-noir, se rendent-elles compte qu'il y a une incongruité à faire appel à la "solidarité nationale française" ?

   En effet, de deux choses l'une : soit on considère que la Martinique fait partie de la Nation française et à ce moment-à, il n'y a aucun problème à solliciter sa solidarité ; soit on considère à l'inverse qu'il existe une Nation martiniquaise distincte de la Nation française et à ce moment-là cette requête devient absurde.  Ce qu'autonomistes et indépentantistes devraient au contraire réclamer haut et fort, c'est que la France assume ses devoirs de puissance de tutelle, ses devoirs régaliens envers la Martinique. Un devoir régalien n'a rien à voir la solidarité et encore moins avec la charité !

   Devant l'incurie totale de nos élus, parlementaires en tête, l'Etat français se fout carrément de nous en :

 

   . supprimant unilatéralement la chaîne de télé "FRANCE O" qui permet à nos centaines de milliers de compatriotes immigrés dans l'Hexagone de conserver un lien avec la terre natale.


 

   . en ne faisant rien contre le prix des billets d'avion sur la ligne France/Antilles et inversement, prix qui ne bougent pas, alors même que les prix de toutes les autres destinations sont en forte baisse d'une part et que le marché aérien antillais est un marché captif au bénéfice des compagnies françaises, d'autre part.


 

   . en menaçant régulièrement de suppression les 40% des fonctionnaires et surtout en les accusant d'être les responsables de la vie chère en Outremer alors que l'Etat sait fort bien que les principaux bénéficiaires en sont les importateurs de marchandises franco-européennes depuis le camembert jusqu'à la BMW en passant par le tuyau d'arrosage.


 

   . la suppression de l'abattement fiscal dont on nous dit maintenant qu'elle ne serait plus à l'ordre du jour et qu'au contraire, l'Etat s'attaquera aux niches fiscales en Outremer qui ne profitent qu'aux grosses entreprises. A voir !...


 

   . en ne remplaçant pas sans délai l'hélicoptère de la Sécurité Civile de la Martinique endommagé après un choc avec des lignes à haute tension et en décidant de lui affecter en partage celui de la Guadeloupe alors même que 250kms séparent les deux îles et que la météo n'est pas toujours clémente.


 

   . en n'actionnant pas le bras de la justice pour que les responsables du CEREGMIA, pourtant révoqués de la fonction publique par leurs pairs, rendent des comptes et remboursent les millions d'euros qu'ils sont soupçonnés d'avoir soustrait à l'Université des Antilles.

 

   __La suppression sous couvert de réforme des congés bonifiés qui permettent, tous les trois ans, à certains fonctionnaires ultramarins en poste dans l'Hexagone, de bénéficier de deux mois de congé supplémentaire et du billet d'avion pour rentrer dans leur territoire à condition d'y avoir des attaches familiales ou d'y posséder un bien foncier. Trop coûteux, déclare le gouvernement MACRON ! Nos parlementaires et maires, si prompts à démarcher la communauté antillaise hexagonale en période électorale en vue d'y récolter des procurations de vote, ne se sont guère bougés pour s'opposer à ce qui n'est rien d'autre qu'une infamie.

 

  Etc...etc...

   Bref, de quelque côté que l'on se tourne, on constate__surtout en Martinique__que la puissance de tutelle traite ses sujets par-dessus la jambe et que les chefs de villages indigènes (députés, sénateurs, maires etc.) n'émettent que des protestations feutrées qui n'ont rigoureusement AUCUN EFFET. Et après tout ça, on trouvera des "tèbèdjè pour aller mettre un bulletin dans l'urne pour les Macronistes aux prochaines élections européennes !...

Pages