Vu de Guinée

FRANÇOIS FILLON MENE UNE CAMPAGNE DIGNE D'UN DICTATEUR AFRICAIN

http://www.courrierinternational.com
FRANÇOIS FILLON MENE UNE CAMPAGNE DIGNE D'UN DICTATEUR AFRICAIN

Népotisme, arrogance et complotisme : selon ce journaliste guinéen (Boubacar Sanso Barry), la campagne de François Fillon – mis en examen ce mardi 14 mars – se rapproche davantage de celle d’un chef d’État africain qui s’accroche au pouvoir que d’un ancien Premier ministre français. Difficile de donner des leçons après cet épisode.

Christophe Boisbouvier, l’interviewer attitré de RFI, constatant la formidable capacité d’adaptation dont l’actuel président français, François Hollande, a fait montre dans ses rapports à l’Afrique, avait dit de lui qu’il est devenu “africain”. Mais à coup sûr, il y a désormais au sein de la classe politique française, quelqu’un de plus africain que Hollande. Il s’agit de François Fillon, l’actuel candidat Les Républicains à la prochaine élection présidentielle.

À la différence de Hollande, Fillon n’attend pas d’être à l’Élysée pour dévoiler de nombreuses tendances qui le font ressembler à bien de potentats dont l’Afrique a du mal à se défaire. Le goût excessif du pouvoir, la posture victimaire, le népotisme, la suffisance et même l’arrogance ne sont finalement pas à l’apanage des peuples auxquels la France croit avoir apporté la civilisation. Une petite consolation pour l’Afrique.

Le pari perdu de la morale

Avant tout, il convient de reconnaître que l’ancien Premier ministre français a su cacher ses défauts. À côté de Nicolas Sarkozy, il incarnait ainsi une sorte de force tranquille, quelqu’un qui, tout en se faisant discret, symbolisait l’efficacité de l’équipe gouvernementale. Aux yeux de ses compatriotes, il passait pour un technocrate discipliné et appliqué. Et si les électeurs LR l’ont préféré au maire de Bordeaux, c’est parce qu’ils entendaient s’en servir pour redonner à la fonction présidentielle la dose de morale et de solennité qu’elle a perdue. Bref, Fillon, c’était le pari du retour des valeurs républicaines.

Sauf qu’avec tout ce qu’on sait désormais de son passé et de son caractère, on semble s’être trompé. Parce qu’en réalité, François Fillon est plus proche des dictateurs africains auxquels la France sous son magistère pourrait essayer de donner des leçons.

Un des premiers signes de cette proximité, c’est la boulimie du pouvoir. De nos jours en Afrique, la plus grande menace à la démocratie, c’est le fameux tripatouillage des constitutions dont usent les dirigeants pour se maintenir ad vitam aeternam au pouvoir. Naturellement, on imagine qu’une telle chose est inenvisageable dans le contexte français d’aujourd’hui. Cependant, on ne peut s’empêcher de relever le fait que François Fillon se dédise pour rester dans la course.

En effet, il avait publiquement promis d’abandonner la bataille s’il est mis en examen. Alors que la perspective de cette mise en examen est de plus en plus irréversible, voilà que le candidat Les Républicains a oublié cette promesse. Quid de la parole donnée ? Pour ceux qui avaient parié sur le retour des valeurs, c’est plutôt raté non ?

Un débat de caniveau

Or, il n’y a pas que cela. Cette façon de se présenter comme victime systématique d’un complot ourdi par des adversaires et mis en œuvre via des médias au service de la mauvaise cause, c’est aussi quelque chose qu’on a l’habitude de retrouver dans les campagnes électorales en Afrique. De telles attitudes de la part des leaders africains sont souvent sommairement présentées par les médias français comme le signe d’un débat de caniveau ou de la légèreté des candidats. Surtout si, comme c’est le cas de François Fillon, les soupçons qui fondent certaines accusations sont quasi-établis.

De fait, comme souvent en Afrique, on a l’impression que l’ancien Premier ministre convoite la présidence française pour se mettre à l’abri des poursuites judiciaires. Autrement, il ferait preuve de sérénité et laisserait la justice faire son travail. Hélas ! À l’image de ce qu’on vit dans de nombreux pays africains, il pense que la justice est vendue ou aux ordres. Conséquence, il se déleste de son humilité légendaire et de son flegme habituel et se présente comme l’unique remède face au péril Marine Le Pen. Se révélant à la fois suffisant et arrogant, François Fillon, par ailleurs convaincu du bien-fondé de la colonisation, ne réalise même qu’il a déjà perdu son avantage comparatif, à savoir les valeurs.

 

Boubacar Sanso Barry

Post-scriptum: 
Dessin de Ramses Morales Izquierdo, Cuba.

Pages