Accueil

GAZA COMME AILLEURS: COLLUSION OU PEUR ET SOUMISSION DES JOURNALISTES DE L'INFORMATION

"Les journalistes n'ont pas le droit de travailler à l'intérieur de Gaza", ou "l'armée impose une censure sur l'opération" annoncent France Info et France Inter ce matin du 05/01/2009.
Alors pourquoi ces mêmes radios se font l'écho des communiqués propagandistes de l'armée de l'État Juif (terme officiel employé par le gouvernement de cet État, http://www.mfa.gov.il/mfa/) qui contrôle ainsi toute la communication sur cette sale guerre.

Cela nous rappelle les "embedded" journalistes de la guerre du Golfe, véritables propagandistes sélectionnés, transportés et protégés par l'armée de l'envahisseur; les autres journalistes ont quelquefois payé de leur vie.
Ces embedded nous ont "fait vivre" en direct cette autre sale guerre avec des mensonges enrobés dans des preuves fabriquées: fausses armes de destruction massive, uranium du Niger, mise en scène de l'arrestation de Saddam Hussein à la Nicolas Chaucescu, etc.

Pourquoi les vrais journalistes de l'information ne protestent-ils pas [ne peuvent pas, sont interdits de protester ?] vigoureusement contre cette stratégie de la manipulation-distorsion de l'information ?
Pourquoi les professionnels de l'information ne boycottent-ils pas les communiqués de cette armée qui leur interdit de faire leur métier en toute objectivité ?

Mais force est de constater que c'est cette même méthode qui prévaut dans les autres conflits de par le monde où la colonisation, néo ou pas, est en action; en Côte d'Ivoire, au Tchad, au Zimbabwe, en Inde, au Pakistan, en RDC, au Soudan, c'est la même stratégie de la désinformation et de la guerre psychologique qui est utilisée par les forces étrangères et qui est relayée par les mêmes médias.

Et après chaque mensonge, après la victoire du Mal, quand vient la preuve que les rares journalistes enquêteurs ou les militants avaient raison, alors arrivent les débats "démocratiques" pour démontrer la capacité du "monde libre" à reconnaître ses erreurs et à "changer" de dirigeant, sans jamais changer de direction, sans jamais renoncer "au bénéfice de la victoire du Mal".

Voilà pourquoi quand des manifestations de protestation pour dénoncer les crimes de la colonisation en Afrique, en Amérique du Sud, en Inde, au Pakistan, en Iraq, en Palestine, les médias "omettent" d'annoncer ces manifestations (pas de publicité "partisane" intempestive ?!) et n'y accordent que très rarement une ligne discrète après les manifestations. Mais les contre-manifestations organisées par les partisans de la colonisation sont très largement annoncées et commentées avant et après.

Ceux qui ont manifesté tant de fois, dans l'indifférence des médias, contre les opérations de l'Arche de Zoé le confirmeront aisément. Ils se rappellent comment étaient annoncées et commentées les manifestations des partisans de l'Arche de Zoé.

Ceux qui ont manifesté hier dimanche à Paris à la Place de l'Opéra contre les massacres israéliens le confirmeront aussi; Ils ont bien entendu l'annonce et les reportages sur le rassemblement du Conseil Réprésentatif des Institutions de France en soutien à l'armée coloniale d'occupation.

Quant à la gigantesque manifestation d'hier dimanche à New York pour dénoncer les crimes de l'Etat sioniste, rien, tout simplement rien (http://www.youtube.com/watch?v=9FPWYRSeMaA&feature=channel)

{On peut tromper une partie du peuple pendant un temps,
_ On ne peut pas tromper tout le peuple tout le temps.}

{{Gilbert Léonard}}

Pages