Accueil

Guadeloupe. Université de Fouillole : Justice pour Wendy

Guadeloupe. Université de Fouillole : Justice pour Wendy

Pointe-à-Pitre. Mercredi 3 octobre 2018. CCN. Wendy était étudiante en première année de droit l’an dernier. Elle ne peut pas passer en deuxième année à cause des erreurs de la faculté.

Depuis le mois de juillet, Wendy se bat avec sa mère pour être rétablie dans ses droits. Au niveau de la faculté de droit, elles n’ont rencontré que mépris et indifférence. Le responsable de cette faculté, le doyen Montauban, a claqué la porte sur Wendy et sa mère. Il a accusé Wendy d’être une tricheuse !

Mais lorsqu’une réunion a été organisée en fac de droit, le 24 septembre, Montauban ne s’est pas présenté ni le professeur concerné, Mignot. Alors que Wendy est venue dans cette réunion, les responsables du problème, eux, se sont défilés ! Ils ont accusé Wendy, alors que ce sont eux les coupables. À leur place, ils ont envoyé deux autres profs, Rauzduel et Chicot. Ces messieurs ont été très arrogants, ils ont choisi eux aussi d’accuser Wendy pour ne pas reconnaître les erreurs de leur faculté.

Wendy est une étudiante boursière. L’année d’avant, il y avait déjà eu des erreurs dans ses notes, mais elle n’avait pas osé protester et elle avait accepté de redoubler. Là, elle risque de perdre sa bourse et de devoir renoncer à ses études. C’est inacceptable !

Si Wendy était une « fille de », son problème serait déjà réglé. Mais comme ce n’est pas le cas, les chefs de la fac de droit abusent de leur pouvoir au lieu de rectifier leurs erreurs. Dans cette faculté, on n’apprend pas le droit aux étudiants. On leur apprend la loi du plus fort et la justice à deux vitesses, que tous les malheureux connaissent bien en Guadeloupe.

Wendy a écrit au président de l’université, Janky, le 6 septembre. Pas de réponse. Là encore, mépris et indifférence. Le 25 septembre, nous avons manifesté dans une université quadrillée par des vigiles et des policiers. On aurait cru que la guerre était déclarée, c’était complètement ridicule. À force d’insister, Wendy a enfin été reçue par Janky le 28 septembre.

Janky a dit qu’il veut régler le problème et rétablir Wendy dans ses droits. Mais il a continué à mettre en doute la parole de Wendy à propos de la copie égarée qui a ensuite été retrouvée par terre. Il a inventé une nouvelle blague : faire « expertiser » la copie pour savoir si c’est bien celle de Wendy. Wendy a accepté, même si c’est inutile, puisque c’est bien la sienne.

Janky essaye-t-il de ménager l’orgueil des chefs de la fac de droit ? Ou bien de gagner du temps pour que Wendy se décourage ? Mais les cours ont déjà commencé depuis deux semaines. Il est grand temps que cette affaire soit réglée, et que Wendy puisse continuer sereinement ses études !

Nous recevons chaque jour des témoignages d’étudiants ou de parents qui montrent que le cas de Wendy n’est pas une exception. Chaque année, des dizaines d’étudiants ont des problèmes lors des examens : zéros injustifiés, copies perdues, notes « oubliées »... La plupart se découragent, ils abandonnent les études ou ils partent en France. Pas Wendy, elle a raison !

Une pétition a déjà recueilli près de 1000 signatures, nous allons continuer à la faire circuler. Tous les députés et les sénateurs ont été saisis du problème. La protestation contre l’injustice s’élargit. Elle s’élargira de plus en plus !

CONTINUONS À NOUS MOBILISER POUR FAIRE CESSER CETTE INJUSTICE ! WENDY DOIT PASSER EN DEUXIÈME ANNÉE !

Meeting d’information Mercredi 3 octobre à 19h
à l’entrée de l’université de Fouillole