Accueil

HOMMAGE À GILBERT GRATIANT POÈTE ARC-EN-CIEL

Par Daniel Boukman




En Martinique, ont vu le jour des écrivains dont la renommée traverse bien des frontières cependant que l'œuvre d'autres demeure trop souvent l'objet d'oublis injustes.

Gilbert GRATIANT est de ceux-là victimes de silences - officiels - intolérables. Il est heureux qu'aujourd'hui, en son pays natal, au sein de l'Université des Antilles et de la Guyane, soit réparée... disons, cette erreur, et qu' enfin hommage soit rendu à l'homme qui écrivit ces deux langues (la créole et la française) ce bel héritage que l'Histoire nous a légué.

En 1996, les Editions Stock ont publié FABLES CRÉOLES ET AUTRES ÉCRITS , ouvrage au sein duquel se trouve réuni l'ensemble de la production littéraire de Gilbert GRATIANT .

J'ai l'insigne honneur de vous présenter, de façon non exhaustive,

la panoplie thématique de cet écrivain qui , à l'inverse de tant d'autres, a choisi, lui, d'écouter en son cœur chanter cette langue qui berça sa tendre enfance et dont en 150 poèmes il restitua la force et la beauté.

Dans le temps qu'il m'est imparti, il ne saurait être question d'exposer en sa totalité cet inestimable trésor, élément constitutif des acquis culturels de Martinique et de ce fait, partie intégrante du patrimoine universel.

De ce paysage kaléidoscopique, je vais extraire quelques fragments.... Gilbert GRATIANT fut un homme de constante conviction et de son engagement de militant communiste, on retrouve trace dans un poème comme Latè

Lanmè dlo difè soley siel / siel anwò otila tout zétwel ka chanté *

siel anba ki ka fè lè ou ka respiré / labriz é lafréchè / lè pou zwézo

lanmè pré / ki ka pòté kokiyaj woz pou ti mnmay

lanmè lwen / ki ka kouri douvan'w lwen douvan'w

pou fè an kalté kous-kouri / épi ribò siel-la / lanmè ki gran lawout pwéson

tou sa sé ta tout moun. / Pa ni jandam pou di : / « Pa touché'y sé pa taw ! »

Pa ni misié pou di'w : / « Pa menyen'y sé tamwen ! »

Alos poutji latè / sa pa latè tout moun ?

latè nwè latè wouj ? Latè nwè latè anfon ravin

an latè ki telman pétri épi telman bon tè / telman fey mò lontan lontan lontan

avan menm tan ansien / oti pies neg te jen krévé'y pou planté kann

an latè wouj pou pa bizwen gòjé'y épi fimié / pou i sa bay sa i lé bay

é latè wouj latè mòn / latè ou ka glisé asou'y kon koté Mòn Savon

- mé magré sa ki bon latè kanmenm – / épi osi latè sek ki mélé épi sab

bon pou rasin léjé / mé oti tout rasin kod patat / dwé tou jis krévé lapo'y

pou yo sa touvé chimen-yo / kon dan chat adan rat

(pis san kon dlo ka kouri jis anfon / sa ki vivan) / Poutji latè pa ta tout moun ?

An latè ki ka pòté zeb zeb-para zeb-djinen

primié manjé tout bet / bef chouval kabrit mouton

latè oti piébwa gran kon piti / ka fonsé rasin-yo

oti mangnok kann sapotiy kowosol pié-mango

pié-koko fouyapen / ka fonsé rasin-yo

pou sisé sa ki bon / pou bay moun manjé

é pou bay moun bwè / poutji sa pa latè tout moun ?

si tou sa latè ka pòté / pou fè gro sou épi dachin

é gro lajan épi tafia / si tou sa tou sa té ta tout moun

kon lè kon dlo kon siel é kon soley / i sé ké ni mwens maléré asou latè

mwens mizérab dan péyi-a : Ainsi soit-il !

Toute sa vie, le poète aura été sensible aux injustices sociales et c'est, entre autres, dans Jozef lévé qu'il dénoncera l'exploitation de l'homme par l'homme, qui sévissait – et qui sévit encore – en son pays comme sous bien d'autres cieux ...

° Jozef, mi an chapo misié fini pòté

I ké fè'w filozof los ou désann dan bouk

- Mèsi madanm !

° Jozef, mi ti lajan pas ou travay ba mwen

(ou a viré rann li dan boutik lizin-lan)

•  Mèsi met –mwen !

° Jozef, mi léleksion dimanch pou dépité

Tafia-mwen bon, mi an bel goud, neg pa engra...

Mèsi misié !

Jozef, sé an latjet man ka fè pou laviej

Montré'w bon krétien, man ké tiré'w lanfè

- Mèsi monpè !

Jozef ! Jozef !

Ki tan ou ké lévé ?

La charité sa bon pou chien !

Jozef ! Jozef !

Pa sé ni pies chan-kann

pa sé ni pies loto

pa sé ni pies musieu

pa sé ni pies madanm

pasé ni pies monpè

si pa té ni Jozef !

Appel aussi à la révolte salutaire comme dans cet extrait de Fouyapen mò

E si lajistis ka maché / épi an pié-bo

si i ka trennen asou an chimen / plen zòti plen woch plen pikan

telman lontan nou ni tan mò / avan i rivé

alos doubout manmay / annou ralé'y épi bay lanmen / pou i sa rivé !

Même engagement politique sans équivoque, lorsqu'en 1963 , Gilbert GRATIANT manifeste sa solidarité avec les emprisonnés de l'Organisation de la Jeunesse Anticolonialiste Martiniquaise, avec Tout lajol ni an finet (extrait)

Zot pa tjwé moun zot pa volé / mé zot lé bay manmay manjé

pou yo sa tjenbé dwet doubout / pli wo ki papa-yo / dan an péyi san met  !

Amour aussi pour la terre martiniquaise, sentiment affranchi de tout sectarisme quand, franchissant les murailles du temps présent, se faisant le porte-parole des travailleurs des plantations, prophète, le poète proclame dans Sa zié-mwen ka wè (extrait)

Jòdi-a mi nou la / épi dèyè nou tout kalté moun Matinik

sé moun-la mi nou la / blan kon nwè

pou salué soley-la ki lévé anfen / asou péyi-nou a !

Le souffle poétique de Gilbert GRATIANT sait en outre revêtir l'ampleur de l'épopée comme dans Yè épi dimen , long poème où nous sont contés le temps des Caraïbes,

le débarquement des colonisateurs, leurs rapines, leurs tueries, la Traite et l'esclavage, nos métissages fruits du viol et parfois d'amour, la catastrophe du 8 Mai 1902, notre tribut en sang et en larmes versé lors des deux guerres mondiales, la métamorphose juridique de 1946 et pour clore ce parcours historique, inquiétude et espérances mêlées, il dit

Sa dimen ké pòté ? / Mel bonmaten sav / pis mel douvanjou sav anpil bagay

mé tout nonm vayan dwè édé mel-la / fè jou-a wouvè !

Mais gardons-nous d'enfermer la poésie de Gilbert GRATIANT dans la tonalité (austère diront certains) de ces poèmes dont je viens de rappeler l'existence.

Le poète sait aussi décocher les flèches acérées de la satire : les individus et leurs travers sont les cibles de son dire : le prétentieux est cloué au pilori dans Ayen menm (extrait)

I pa menm vo an bélévan / anni souflé'y I ké étenn / pa ralimen'y sé pa lapenn.

Non manman'y sé Man Egois ! / Papa'y ? Musieu Konparéson

Les m'as-tu-vu ne sont pas épargnés comme dans Dè sou krik-krak.

Dans Kat ti konsey , les adeptes de la dive bouteille tropicale sont épinglés, les jeunes – filles naïves, proies faciles pour les beaux parleurs, sont mises en garde, les maris bourreaux de leurs femmes, dénoncés... et à tous ceux-là, tout cela est dit sans aucune pesanteur moralisatrice.

Mais ne pas évoquer la dimension lyrique de la poésie en langue créole de Gilbert GRATIANT , ce serait comme défigurer la beauté d'un beau visage.

Nombreux sont ses poèmes qui célèbrent la femme, la femme tous couleurs, capresses cariatides de bronze, jolies petites négresses souples, rieuses et fermes, blanches créoles de lis et de langueurs, chabines provocantes, indiennes-hindoues délicates et fines, mulâtresses aux longues tresses... panthéon des femmes aimées ou bien... rêvées ... Et au souvenir des amours défuntes se mêlent le temps qui fuit, les fantômes des amis disparus, les affres de la vieillesse, l'ombre de la mort comme dans le poème Dènié zwel (extrait)

Chivè-mwen blan man pa ni dan / janm-mwen tou meg janm kayali

lanmen-mwen ka tranblé kon fil / fil filao adan gran van (…)

sel plézi-mwen sé dénié zwel. / Lespri-mwen ka chaché toulong

sa ki té jenn los man té jenn.

On retrouve pareils parfums de nostalgie dans Anni sonjé lorsque poète se rappelle la terre quittée pour d'autres cieux inhospitaliers

Kan lwen lwen lwen La Matinik / kan ou an Fwans épi sé bétjé-Fwans la

anni sonjé !

An swè asou lawout Balata / an ti boutik anba an pié-mango

tout bètafé ka limen nan granbwa / an touf banbou ka kriyé kon an moun

an nonm pasé pîé-ni san ou tann li / an gran koutla ka kléré asou bra'y

yo rélé Ti Sésé asiz dèyè kay-la / ou wè pa an pèsienn an jenn moun bò an lanp

an lodè kéwozin ké suiv ou kon an chien.

Anni sonjé, anni sonjé / si bato-a tro chè

anni sonjé, chè, / si ou pa pè sonjé-a fè'w sonjé !

Il y aurait encore beaucoup à dire quant à la production poétique en langue créole de Gilbert GRATIANT ... Mais avant de mettre un terme à mon propos, il convient de rappeler que ses poèmes fourmillent d'arbres, d'herbes, de fleurs, de fruits, d'oiseaux, d'insectes, de bêtes de chair et d'os, d'étranges créatures peuplant les nuits de nos peurs enfantines...

Il y a dans cette somme poétique des pans entiers de notre patrimoine avec, entre autres, le rituel des noëls, des jours de l'an, le charivari des vidés carnavalesques... Dans maints poèmes résonnent des tambours bèlè , des cadences de biguine, les violons des valses et mazurkas...

L''œuvre poétique de Gilbert GRATIANT recèle quantité d'autres pierres précieuses... Sa poésie, un arc-en ciel qu'il a su, en langue créole, modeler, moduler avec talent, plaisir et un immense amour.

Lonnè épi anchay respè anlè'w

Misié GILBERT-GRATIANT !

* Les extraits des poèmes de Fables créoles et autres écrits ont été transcrits conformément au principe de la graphie GEREC.

 

Daniel Boukman

 


Commentaires

jose_le | 18/01/2009 - 17:58 :
Bonjour Daniel, J'ai lu avec intérêt ton texte sur Gratiant. J'ai lu moi-même son oeuvre dans l'édition Désormeaux de 1976 je crois. Ce que tu dis est juste mais pourquoi ne pas avoir publié côte à côte le texte original et la version graphie GEREC? Il me semble que la démarche aurait été pédagogique.Ceci dit, je suis très sensible à la défense du Créole qui m'a été volé et ma remarque doit être comprise dans le sens d'une démarche de reconquète. Au bout du compte, merci

Pages