Accueil

Hommage à Jean Bernabé

Gerry L’Etang
Hommage à Jean Bernabé

C’est en route pour Haïti où je me trouve présentement que j’ai appris le décès de Jean Bernabé. Il m’est revenu alors un événement, c’était il y a trente ans. J’étais retourné au pays après des études à Paris et Raphaël Confiant me l’avait présenté. Bernabé m’avait accueilli avec ces mots : « C’est donc vous qui avait fait entrer Confiant à la Sorbonne ! ». Je venais de soutenir un mémoire à l’Université Paris III sur les romans en langue créole de Ralph Confiant et cette référence à l’étude de l’œuvre d’un ami commun créa d’emblée une connivence entre nous.

Il est des rencontres qui changent votre vie. Cette rencontre avec Bernabé changea la mienne. Ce fut le début d’un long compagnonnage intellectuel. Il dirigea certains de mes travaux : un DEA de linguistique, une habilitation à diriger des recherches, et surtout, me recruta à l’Université des Antilles et de la Guyane. Je postulais à un emploi d’ethnologue régional en Guyane quand il me dit « Où vas-tu ? Reste ici, on a besoin de toi en Martinique ». Nous avons donc continué à travailler ensemble, comme collègues cette fois, au GEREC (Groupe d’études et de recherches en espace créolophone) d’abord, au CRILLASH (Centre de recherches interdisciplinaires en lettres, langues, arts et sciences humaines) ensuite, laboratoires qu’il fonda à l’UAG (Schoelcher, Martinique).

Quand je me remémore Jean Bernabé, le premier élément qui me vint à l’esprit, c’est l’autorité. Jean faisait autorité. Cela imposait le respect et lui évitait d’avoir à paraître autoritaire. Dans le petit monde universitaire où nous évoluâmes et où en définitive seule compte la production intellectuelle, l’homme disposait d’une œuvre considérable qui représentait l’assise à partir de laquelle il parlait. Il était en effet un pilier international de la créolistique et cette référence incontestée impressionnait.

L’autre élément qui s’impose à mon souvenir, c’est l’éloquence. Pour avoir participé en sa compagnie à des réunions qui étaient parfois des foires d’empoigne, son sens de la répartie, craint ou espéré suivant le camp où l’on se trouvait, faisait toujours mouche, et cette qualité, alliée à une compétence diplomatique certaine, lui faisait souvent remporter la partie. Son éloquence, c’était également sa capacité à discourir en captivant son auditoire par la modulation de sa voix, le jeu de ses mains, la pertinence de son propos. On ne s’ennuyait jamais aux conférences de Jean.

Le troisième élément que je retiens, c’est son sens de l’intérêt collectif. Bernabé, servi par sa puissance intellectuelle et sa capacité à convaincre, a beaucoup fait pour le bien public, Il l’a fait en équipant la langue créole d’une graphie qu’il affina continument, en imposant des études créoles, à l’université d’abord, à l’école ensuite. Il l’a fait en fondant une filière de Français langue étrangère (FLE), en créant l’Université du temps libre (UTL) ou encore une radio universitaire (Campus FM). Il l’a fait enfin en nourrissant le débat public martiniquais de points de vue parfois décapants, toujours intéressants.

Jean Bernabé aura jusqu’au bout produit de la pensée. La maladie neurologique qui ces dernières années minait ses fonctions vitales, laissait heureusement intact son cerveau. Cela lui permit de produire malgré la douleur une véritable œuvre testamentaire : six ouvrages (dont un inachevé) et divers articles, sur la langue créole, la créolisation culturelle, l’identitarisme. Et quand il n’a plus pu écrire, il est mort.

Le CRILLASH consacrera fin 2017 un colloque international à l’œuvre plurielle (créolistique, romanesque, essayiste) de ce grand Martiniquais. Il s’intitulera « Tracées de Jean Bernabé ». Il s’agira d’analyser le cheminement intellectuel de l’homme et l’empreinte laissée par lui dans les sociétés créoles.

 

                                                                                                                  Gerry L’Etang

                                                                                                           Directeur du CRILLASH

Pages