Accueil

Hommage à Léon-Laurent Valère lors de la plénière de la CTM : l'hypocrisie de l'opposition PPM

Hommage à Léon-Laurent Valère lors de la plénière de la CTM : l'hypocrisie de l'opposition PPM

  Lors de la dernière plénière de la CTM (Collectivité Territoriale de Martinique), un hommage a été rendu par les élus à Léon-Laurent VALERE, brillant avocat en Martinique, puis magistrat en France, qui vient de décéder. Tous les élus se sont donc mis debout, comme on peut le voir sur la photo qui illustre cet article, pour la traditionnelle minute de silence. Y compris les élus de l'opposition PPM et alliés.

   Bande d'hypocrites !

   Faut-il rappeler, en effet, que lorsque Léon-Laurent VALERE avait osé, aux yeux du PPM (Parti Populiste Macoute), présenter sa candidature à Fort-de-France contre Aimé CESAIRE, il avait été victime d'une ignoble campagne de dénigrement aux accents négrophobes de la part de ce parti. VALERE, alors avocat au barreau de cette ville, candidat de la droite, s'était vu comparer à "KING-KONG", film à succès de l'époque qui mettait en scène un gorille énorme, très noir et très laid. Renaud de GRANDMAISON, sbire du parti, avait fait confectionner des milliers de tracts sur lesquels figuraient le gorille surmonté de la tête de l'avocat, tracts qui avaient été massivement distribués par la racaille populacière à la solde de ces soi-disant partisans de la Négritude.

   Cela n'avait pas empêché pourtant A. CESAIRE d'être pour la première fois mis en ballotage. Mais dès lors, la vie en Martinique devint un enfer pour Léon-Laurent VALERE et surtout pour ses enfants qui se faisaient sans arrêt traiter de "singe" à l'école, chose qui les obligèrent à quitter la Martinique et à émigrer en France où ils demeurèrent durant pas moins de trois décennies.

   Donc quand les élus macoutes du PPM, genre DUVERGER, viennent aujourd'hui se mettre au garde-à-vous pour une minute d'hommage à celui qu'ils avaient traités de gorille, ils prennent carrément les Martiniquais pour des imbéciles. Certes, Neg pa ni mémwè, comme l'affirme le vieux dicton créole, mais grâce à l'Internet, la mémoire revient et demeurera pour ne plus jamais s'effacer.

   Si ces élus avaient la moindre dignité, ils et elles auraient au moins dû faire leur parti publier un communiqué s'excusant du tort immense commis à l'encontre de Léon-Laurent VALERE et de sa famille. Mais, il ne faut pas rêver et comme le dit un autre dicton créole, sé moun-tala pa ni kaka bò zié...