Accueil

Il n'y a plus d'affaire CEREGMIA ni d'affaire Célimène !

   Me Philippe EDMOND-MARIETTE et Me Gérard DORWLING-CARTER, avocats au barreau de Fort-de-France , Martinique, French West-Indies, ont été longtemps les défenseurs des mafieux du CEREGMIA, en particulier de Fred CELIMENE, ex-directeur de ce laboratoires de recherches, qui vient d'être révoqué de la fonction publique par le CNESER (Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche) ce jeudi 08 juin 2016.

   Nos deux robes noires, avant de larguer leur client en rase campagne (le premier nommé conservant toutefois la défense de CELIMENE au plan administratif et donc devant le CNESER), n'ont cessé durant les trois dernières années de multiplier les déclarations fracassantes et les conférences de presse pour clamer urbi et orbi :
   "Il n'y a pas d'affaire CEREGMIA !" ou "Il n'y a pas d'affaire CELIMENE !"
   A force de répéter ce mensonge grossier, une partie du grand public a fini par y croire selon le principe bien connu du "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose !". Qu'un avocat ait le droit et le devoir de son client, fut-il le plus infâme des criminels, est quelque chose de tout à fait normal. Qu'il le fasse avec la plus grande énergie possible, là encore rien que de très logique puisque c'est son métier et qu'il est payé pour cela. Fred CELIMENE et ses comparses avaient doit à des avocats et ce n'est pas ce point que nous voulons soulever. 
   Cependant, les avocats doivent le faire à l'intérieur de l'enceinte judiciaire, à la barre des tribunaux, face aux juges et aux jurés. Pas à l'extérieur et dans l'unique but de manipuler l'opinion publique. Car, oui, il y a eu manipulation de l'opinion publique dans cette affaire et de graves accusations ont été portées par les défenseurs de Fred CELIMENE à l'encontre de la présidente de l'Université des Antilles, reprenant parfois mot pour mot les propos du 7 fois inculpé. Un tel comportement de la part d'avocats est tout simplement inadmissible et nous sommes en train de décrypter les enregistrements audio et télévisuels de toutes leurs interventions publiques au cours des deux années écoulées afin de pouvoir les publier sur notre site-web. Le public jugera !
   En tout cas, on peut affirmer d'aujourd'hui :
   "IL N'Y A PLUS D'AFFAIRE CELIMENE NI D'AFFAIRE CEREGMIA !"...

Pages