Accueil

ILE MAURICE : POURQUOI LES CREOLES POSENT PROBLEME...

Cet article, publié sur divers site-web mauriciens, sans nom d'auteur, est révélateur du conflit opposant à l'île Maurice, la communauté indienne d'une part et la communauté créole (Noirs, mulâtres, métis Indiens, métis Chinois etc.) de l'autre...

Nos frères créoles, comprenez-nous bien. Sauf quelques-uns d’entre vous, votre communauté, dans son ensemble, n’arrive pas à gravir les échelons sociaux.

Le peu qui s’en sortent généralement vous lâchent et deviennent des faiseurs plus proches des anciens esclavagistes que de vous. Ils ou elles ne jouent pas les modèles. Dans d’autres ethnies, c’est le contraire. Les modestes ont un tel lien avec leur élite que lorsqu’une personne qu’ils estiment être des leurs, tout en étant pleinement Mauriciens, s’élève ils se sentent fiers même si c’est une inconnue pour eux.

Bien sûr, les créoles ont l’impression d’être discriminés davantage dans la fonction publique que dans le secteur privé. Concernant les services publics, pour postuler, il faut avoir les diplômes appropriés. C’est la Public Service Commission qui statue. Dans le monde des affaires, c’est davantage la performance qui compte. Soyons francs. Le mode de vie de la majorité des créoles est-il compatible avec la percée scolaire, clé principale pour la mobilité sociale ? On en doute.

Au lieu de passer votre temps à montrer du doigt les autres de vos compatriotes pour votre malheur, il est temps de vous regarder vous-mêmes. Votre religion est celle de vos anciens tortionnaires. C’est le culte le plus riche de Maurice. Alors pourquoi les descendants des esclavagistes, de même confession que vous, ne vous aident pas à sortir de la pauvreté ? Or, la plupart d’entre eux vous méprisent. Sauf le père Grégoire, brimé au sein de l’Eglise catholique à Maurice, a eu le courage de vous dire la vérité en face. Les autres ecclésiastiques tiennent tout le temps un discours dont le thème est : vous êtes victimes des autres.

Si je suis victime des autres, alors je ne suis pas responsable. Pourquoi alors devrai-je faire des efforts. La hiérarchie de l’Eglise catholique devrait analyser le mal qu’elle est en train de faire aux créoles. La seule chose qu’elle ait réussie à transmettre à ses ouailles, c’est la prétendue supériorité de la culture européenne.

C’est pourquoi des créoles qui ont réussi sont si arrogants jusqu'à la pathologie. Nous en connaissons un spécialement. Savez-vous, par exemple, que lorsque la procession du cavadee passait, dans le temps, devant les églises catholiques, on fermait celles-ci ? Le cavadee est dédié au Dieu tamoul Muruga. Avez-vous remarqué que pour les autres religions on écrit Dieu avec un « d » minuscule ?

Pas étonnant que la plupart des catholiques, même le peu qui sont instruits, ne connaissent pas la religion des autres. Et ce dans un pays multiracial. Les autres ont fait un effort dans ce sens. C’est pourquoi l’interculturalité, dont le chantre à Maurice est le Dr Issa Asgarally, est difficile à saisir par la majorité des créoles. Pourtant au stade de notre Histoire, c’est essentiel pour la cohésion sociale.

Nous avons l’impression que nos frères créoles, qui croient qu’ils sont discriminés, trouvent cela tout à fait normal de critiquer à tout bout de champ les autorités publiques et préfèrent devenir des assistés.

Pourquoi faire des efforts quand on croit que sa culture est basée sur l’Europe et sa religion est la meilleure ? « Il faut aider le créole à s’épanouir et à se diversifier », professe le Dr. Arnaud Carpooran, président de la « Kreol Speaking Union ». L’on eût aimé qu’il dise que le créole doit s’aider pour son épanouissement en se diversifiant. Comment se diversifier quand on persiste de demeurer dans une bulle ?

Pages