Accueil

Innovation "vakabonnagique" sur le campus de Schoelcher

Gerry L'Etang
Innovation "vakabonnagique" sur le campus de Schoelcher
 
   Maître de conférences en anthropologie à la Faculté des Lettres de l'Université des Antilles (campus de Schoelcher), Gerry L'ETANG a adressé le courrier ci-après à Eustase JANKY, président de l'établissement au sujet de faits graves s'étant déroulés lors d'un conseil de faculté, courrier intitulé "NON A LA VIOLENCE DE PHILIPPE JOSEPH !"...


   Mr le Président

   En ma qualité de membre du conseil de l’UFR LSH, j’étais présent à la réunion du conseil plénier dans la matinée du 28/03/2019 et je confirme le récit qu’a fait du déroulé hallucinant de cette réunion, Mme Bertin-Elisabeth, doyen de cette UFR.

   Le plus détestable qui a eu lieu à cette occasion, a été le comportement d’une violence rare de Philippe Joseph, professeur de géographie, membre de ce conseil. Plusieurs éléments attestent de cette violence, que rien ne justifie, encore moins l’interprétation contradictoire d’un article du règlement dudit conseil. Les exactions les plus condamnables de Joseph sont celles-ci :

  1. Philippe Joseph n’a cessé au cours de cette réunion, d’insulter Mme Bertin.
  2. Philippe Joseph s’est saisi du dossier de travail du doyen et l’a voltigé dans un coin de la salle. Et si ce n’était l’interposition de Steve Gadet, autre élu du conseil, qui s’est alors levé en lui intimant avec force, à plusieurs reprises, « Atansion, sa w ka fè la pa bon ! », ce qui a quelque peu réduit le balan du concerné, la dérive de Joseph aurait pu être pire.
  3. Philippe Joseph, alors que je lui conseillais d’arrêter de vociférer car je pouvais hurler aussi fort que lui, m’a invectivé : « doubout ! doubout ! » manière de me convier à une bagarre.

 
   Je vous invite, Mr le Président, à consulter l'enregistrement sonore de cette réunion, afin que vous vous fassiez une idée plus détaillée de ce qui s’est passé.

   De tels faits n’ont pas leur place dans une institution humaniste, productrice et dispensatrice de savoirs. L’université ne saurait être le lieu de tels excès ! En conséquence, je vous demande publiquement, Mr le président, de révoquer Philippe Joseph de sa vice-présidence de délégué à l’innovation pédagogique, car ce dernier confond, à l’évidence, innovation pédagogique et innovation vakabonagerique ; je vous demande également de lui interdire les réunions du conseil d’UFR. Qu’il donne procuration à quelqu’un d'autre de cette assemblée, qu'il aura choisi qui votera en son nom, cette assemblée ne s’en portera que mieux ; je vous demande enfin de faire traduire Philippe Joseph en conseil de discipline pour ces faits de violence.

   Bien respectueusement
   Gerry L’Etang, membre du conseil de l’UFR LSH.

Image: 

Pages